Automobilistes

Les 20 routes les plus congestionnées au Canada

Ils ne couvrent que 65 kilomètres, mais les 20 pires points d'engorgement routier du Canada font néanmoins perdre collectivement 11,5 millions d'heures aux automobilistes en plus de leur faire gaspiller 22 millions de litres de carburant par an. Ces chiffres sont tirés du rapport Quand tout s'arrête : Évaluation des pires points d'engorgement au Canada, une étude inédite publiée aujourd'hui par l'Association canadienne des automobilistes (CAA).

Pires routes 2015 – CAA-Québec dresse un premier bilan des investissements réalisés

Des 12 routes figurant au palmarès des Pires routes 2015, 10 ont fait ou feront l'objet de réparations à court terme. Globalement, ce sont 500 millions de dollars qui auront été investis par les municipalités concernées ou par le ministère des Transports pour la réfection, l'entretien ou l'aménagement sécuritaire de toutes ces routes. Les nombreux signalements obtenus grâce à Pires routes 2015 ont-ils fait accélérer les choses? Regardons de plus près les sommes investies pour la réfection des cinq routes se trouvant au sommet du classement du palmarès de l'an dernier. Le chemin du Lac-Bécancour, à Thetford Mines, a fait l'objet d'importantes réfections sur 2 km en 2015. Des travaux d'entretien sont également prévus en 2016. Investissement total de la municipalité : 400 000$.

Hausse injustifiée des tarifs sur l’autoroute 30?

À compter du 1er février 2015, les tarifs du péage sur l’autoroute 30 passeront à 1,85$ par essieu, ce qui représente une augmentation de 60 pour cent par rapport aux tarifs inauguraux. Ainsi, pour emprunter la nouvelle partie de l’A30 reliant Vaudreuil-Dorion à Candiac, il en coûtera maintenant près de 13$ pour les camions lourds à sept essieux, comparativement à 8$ en décembre 2012. Cette hausse, que plusieurs considèrent injustifiée, est dénoncée par divers regroupements et organismes de Montréal et des environs. Jumelée à la mise en place de la bourse du carbone, adoptée seulement par le Québec et la Californie, l’augmentation des tarifs risque d’exposer le Québec à un manque de compétitivité avec les provinces et les états voisins. «Les entreprises ne seront pas capables d’absorber un tel coût et devront refiler la facture à leurs clients, ce qui se répercutera par la suite sur le prix des biens que l’on consomme», indique Marc Cadieux, président-directeur général de l’Association du camionnage du Québec (ACQ).