Navigation: Commerciaux

Environnement d’affaires
0

Le ministère des Transports de l’Ontario (MTO) et le ministère de la Formation et des Collèges et Universités (MFCU) proposent de jouer un rôle clé dans la formation, l’évaluation et l’accréditation des chauffeurs de camion, tout cela afin de freiner la hausse des «usines à permis» qui dispensent une formation inférieure à la norme. Les écoles qui facturent moins de 1000$ pour les programmes de formation des chauffeurs commerciaux sont en mesure d’éviter les règlements provinciaux, mais le gouvernement de l’Ontario cherche à combler cette lacune et a ajouté une nouvelle proposition au Registre de la réglementation de l’Ontario, invitant le public à émettre ses commentaires. Un programme de formation des chauffeurs approuvé par le gouvernement coûte environ 8 000$. «La mise en place d’une formation obligatoire, combinée aux exigences d’évaluation, vise à assurer la formation adéquate des chauffeurs de camions commerciaux avant qu’ils n’obtiennent leur permis», indique le nouvel affichage au Registre de l’Ontario. L’Ontario propose trois types de formation obligatoire pour les débutants, soit par un collège privé d’enseignement professionnel, un collège d’arts appliqués et de technologie de l’Ontario ou une autorité reconnue par le Programme de certification des chauffeurs du MTO. Dans le cadre de sa proposition, le MTO indique également vouloir mettre à jour l’objet des tests écrits pour tous les permis de classe commerciale. Les nouvelles normes devraient être publiées d’ici l’été 2016. Les fournisseurs de formation auront environ un an pour développer leur programme d’études et obtenir les approbations nécessaires.

Environnement d’affaires
0

En janvier, l’Ohio est devenu le premier État à mettre en place des cours de sensibilisation à la traite des êtres humains, obligatoires lors de la formation des chauffeurs de camions commerciaux. Cette initiative a pour objectif de lutter contre les réseaux de prostitution forcée. L’Ohio Highway Patrol considère les chauffeurs de camions comme les yeux et les oreilles de la route, et souhaite qu’ils intensifient leurs efforts déjà efficaces. Plus de 1 200 camionneurs ont déjà appelé la ligne spéciale (1-888-373-7888) de l’organisme Truckers Against Trafficking depuis 2009, et les dirigeants du groupe indiquent que ces actions ont conduit à 400 affaires criminelles potentielles, impliquant 692 victimes dont 234 mineur(e)s. Les spécialistes en cosmétologie et en pose d’ongles doivent également suivre des programmes similaires afin d’identifier les signes de traite des êtres humains, puisque ces industries sont communément employées pour couvrir des activités de prostitution. Les camionneurs qui possèdent déjà un permis de conduire commercial n’ont pas à suivre la formation.

Environnement d’affaires
0

Selon un rapport préliminaire publié par la firme FTR, les commandes nettes de camions de classe 8 pour le mois de décembre 2015 ont atteint 27 800 unités en Amérique du Nord. Il s’agit d’une amélioration de 70 pour cent par rapport à un mois de novembre décevant et largement sous les attentes, mais d’une diminution de 36 pour cent en glissement annuel. Lorsque l’on combine les mois de novembre et décembre, les commandes annuelles de classe 8 se rapprochent de la moyenne des dix derniers mois et totalisent 284 000 unités.

Environnement d’affaires
0

Selon un rapport préliminaire publié par la firme FTR, les commandes nettes de camions de classe 8 pour le mois d’août 2015 ont atteint 19 550 unités en Amérique du Nord. Il s’agit du niveau le plus bas depuis septembre 2013. Les commandes ont chuté de 18 pour cent par rapport à juillet et de 22 pour cent par rapport à la même période l’an dernier. À l’exception du mois de juillet, qui avait été affecté positivement par la nouvelle commande d’une flotte d’envergure, le rythme des dernières commandes de classe 8 a été constant, soit aux alentours de 2 000 unités chaque mois depuis mai. Avec les fortes commandes qui ont précédé cette période, les commandes annualisées de classe 8 pour les douze derniers mois totalisaient 350 000 unités.

Environnement d’affaires
0

Espar se donne une nouvelle image en adoptant le nom Eberspaecher afin de mieux s’harmoniser avec sa société-mère allemande, apprend-on par communiqué. Le fournisseur d’appareils de chauffage d’appoint était la filiale nord-américaine d’Eberspaecher depuis 1973. En plus de la nouvelle image, la compagnie a aussi présenté son nouveau site Internet nord-américain et a changé son adresse courriel générale pour info-na@eberspaecher.com. Eberspaecher North America produit des appareils de chauffage d’appoint électriques et alimentés au diesel ainsi que des systèmes d’air climatisé pour véhicules commerciaux. Eberspaecher est une entreprise familiale allemande dont la fondation remonte à 150 ans; Espar indique que la décision de se donner une nouvelle image s’inscrit dans une transition logique mettant l’accent sur la longue histoire d’Eberspaecher dans l’industrie. Espar adoptera le nom Eberspaecher sur le marché, tout en conservant «Espar» en tant qu’entité commerciale légale.

Environnement d’affaires
0

Penske Used Trucks compte désormais un concessionnaire de camions commerciaux d’occasion dans la région métropolitaine de Toronto à Mississauga, Ontario. Située au 1610, Enterprise Road, Unit B, la succursale est ouverte six jours par semaine : de 8 h à 18 h, du lundi au vendredi, et de 10 h à 14 h, le samedi. Les camions d’occasion légers, mi-lourds et lourds, les remorques et l’équipement connexe seront en vente dans cet établissement. Il y a maintenant six concessionnaires nord-américains de camions commerciaux d’occasion, notamment : Torrance, Californie; Charlotte, Caroline du Nord; Phoenix; Conyers, Géorgie; et Dallas.

Environnement d’affaires
0

Daimler Trucks North America (DTNA) indique que ses commandes de véhicules des classes 6 à 8 pour l’ALÉNA et ses marchés d’exportation ont atteint 31 304 unités au mois d’octobre. Cela représente la plus grande commande mensuelle pour DTNA et établit un nouveau record mensuel dans l’industrie. En octobre, les commandes mensuelles ont bondi de 61,2 pour cent dans l’industrie, mais la croissance de DTNA a grimpé de 116,9 pour cent. Ses parts des commandes ont représenté 51,9 pour cent du nombre total de commandes dans l’industrie, qui ont atteint 60 307 unités selon ACT Research (ACT). Plusieurs commandes de grandes flottes ont contribué à atteindre ce niveau record, de même qu’une accélération des commandes de la part des flottes de petite et de moyenne taille cherchant à remplacer rapidement leur flotte vieillissante. Si on ne tient compte que des commandes de camions de classe 8, l’industrie dans son ensemble, avec 46 200 unités, a atteint le deuxième plus haut sommet de son histoire, selon ACT. Il faut remonter à mars 2006, avec 52 200 unités, pour voir un niveau de commandes plus élevé, alors que les flottes avaient acheté massivement pour éviter les camions équipés des nouvelles technologies EPA 2007.

Environnement d’affaires
0

Vous savez, ces frais que vous payez chaque année pour obtenir une inspection de quarantaine agricole (IQA) à la frontière? Eh bien, ils pourraient tout bonnement tripler. «Alors que le Canada et les États-Unis sont censés travailler pour mettre en œuvre le plan d’action Par-delà la frontière, l’Animal and Plant Health Inspection Service (APHIS) arrive avec une proposition déraisonnable», a déclaré David Bradley, président et directeur général de l’Alliance canadienne du camionnage. Le département américain de l’APHIS prétend que les frais courants de 105 $ US, perçus auprès des camions qui traversent la frontière, ne génèrent pas suffisamment d’argent pour couvrir les coûts du service. L’APHIS, qui a fait appel à un cabinet d’expertise comptable indépendant pour revoir la structure des frais reliés à l’IQA, a constaté que les camions commerciaux équipés d’un transpondeur devraient débourser près de 320 $ US par année – une augmentation de 205 pour cent.

Environnement d’affaires
0

L’Association du camionnage du Québec (ACQ) se réjouit de l’annonce faite dimanche par le ministre de l’Infrastructure, des Collectivités et des Affaires intergouvernementales, Denis Lebel, de raccourcir les délais de livraison pour la construction du nouveau pont sur le Saint-Laurent en 2018. Le président-directeur général de l’ACQ, Marc Cadieux, a salué la décision du gouvernement fédéral, qui tend à démontrer sa sensibilité à reconnaître ce corridor économique que constitue l’axe du pont Champlain. Chaque année, des échanges commerciaux internationaux d’une valeur de 20 milliards de dollars y transitent.