Conditions

Indice des conditions d’expédition FTR : retour en territoire négatif pour le mois de février

De janvier à février, l’indice des conditions d’expédition FTR a chuté à 1,0, alors que se dissipent les répercussions positives à court terme de l’ajustement ponctuel causé par la chute rapide des prix du diesel et par l’annulation des changements au règlement sur les heures de service. Partant de là, on s’attend à ce que l’indice se détériore en raison des pressions occasionnées par les nouvelles réglementations affectant le secteur du camionnage, de même que par la croissance continue du fret et de la hausse anticipée des prix de l’énergie.

FTR : l’amélioration des conditions d’expédition en juin reflète une pause de la croissance saisonnière du fret

En juin, l’indice des conditions d’expédition FTR s’est amélioré d’un point par rapport au mois précédent, affichant une lecture de -6,5. Cette amélioration pourrait être de courte durée, cependant, puisque FTR prévoit un nouveau recul de l’indice en juillet. D’ici la fin de l’année, des résultats similaires ou inférieurs à ceux du mois de mai pourraient être observés. Les tarifs contractuels et les taux au comptant – pour le transport de marchandises – augmentent dans un environnement à pleine capacité, ce qui n’est pas prêt de changer. Alors qu’une forte augmentation de la demande pour la saison d’expédition automnale se concrétise, les conditions d’expédition risquent de se détériorer davantage.

L’indice d’expédition FTR reflète des conditions d’approvisionnement tendues

L’indice des conditions d’expédition FTR a augmenté de plus d’un point en mars, pour atteindre une lecture de 8,69, ce qui reflète la capacité extrêmement serrée du secteur des charges complètes. Il y a une possibilité d’allègement de la capacité dans ce secteur au cours des prochains mois, si la croissance du fret ralentit comme prévu au deuxième trimestre. Les conditions d’approvisionnement actuelles tendues sont principalement causées par une réglementation ralentissant les capacités d’expédition, de même que par l’hiver rigoureux que nous venons de traverser. L’indice des conditions d’expédition devrait demeurer au même niveau d’ici la fin de 2014, alors que la capacité de l’industrie continuera d’être serrée.

L’indice des conditions d’expédition FTR se détériore en février

Avec une lecture de -8,8 en février, l’indice des conditions d’expédition FTR reflète un resserrement de la capacité survenant plus tôt que la normale, occasionné par les effets négatifs des tempêtes de neige en début d’année. Les conditions devraient s’améliorer si un ralentissement de la croissance du fret persiste; cependant, les expéditeurs sont invités à acquérir une capacité suffisante jusqu’à ce que le pic d’expédition saisonnier du printemps soit passé. 2014 pourrait être une année très volatile, nécessitant une attention accrue des expéditeurs par rapport aux conditions du marché.

L’indice des conditions d’expédition FTR reste ensilé en terrain négatif

L’indice des conditions d’expédition de FTR s’est légèrement amélioré pour un deuxième mois consécutif en octobre, avec une lecture de -7,5, ce qui constitue une augmentation de 0,4 point par rapport à septembre. L’indice des conditions d’expédition devrait demeurer près des niveaux actuels pour le moment. Cependant, les pressions réglementaires continues ainsi que la croissance de la demande au ralenti sans augmentation de la capacité devraient contribuer à l’abaissement de l’indice, annonçant des conditions d’expédition moins favorables à mesure que l’année 2014 se poursuivra.

L’indice des conditions d’expédition FTR en hausse pour le mois de septembre

L’indice des conditions d’expédition de FTR s’est considérablement amélioré en septembre, mais demeure tout de même en territoire négatif avec une lecture de -7,9, une augmentation de 0,8 pour cent par rapport au mois précédent. Cependant, même cette petite amélioration de l’environnement affectant les expéditeurs ne serait que temporaire. De plus en plus de preuves pointent vers une hausse des tarifs de transport, en plus d’une hausse des prix dans le marché au comptant. Il s’agit de conséquences directes de la baisse de productivité due à la nouvelle réglementation sur les heures de service. Les transporteurs de charges complètes affirment que cette baisse de productivité se situe entre trois et cinq pour cent, et que plusieurs voituriers-remorqueurs quittent l’industrie alors que le tonnage du fret est encore en croissance. Les résultats devraient contribuer à resserrer la capacité encore davantage, avec l'augmentation des coûts d'expédition et une possible tournure négative de l'indice des conditions d’expédition, à la fin de l’année 2013.