Navigation: Employeur

Environnement d’affaires
0

Transport transfrontalier Canada – États-Unis : Procédures douanières. Pour les transporteurs routiers de marchandises au Canada, les connaissances et la compréhension des processus transfrontaliers et des règlements sont essentielles. Cette formation vous permettra de bien maîtriser la réglementation douanière, connaître les procédures ainsi que les différents programmes d’accélération des procédures de vérification concernant le commerce transfrontalier. Audience simulée à la CTQ : Mieux vaut prévenir que guérir! Qu’un transporteur ait déjà été convoqué ou non devant la CTQ, il est important qu’il connaisse à l’avance les rouages de ce processus et que rien ne soit laissé au hasard car, comme le dit si bien l’adage : Mieux vaut prévenir que guérir! Organisé en collaboration avec Cain Lamarre Casgrain Wells et Jean Jacques Alary Plus inc., cet atelier fournira aux participants des conseils pratiques afin d’éviter le transfert de leur dossier PEVL à la Commission des transports du Québec, ainsi que des outils concrets visant à justifier le maintien de leur cote «satisfaisant», en cas de convocation, le tout dans une atmosphère hautement interactive.

Environnement d’affaires
0

James McKibbon, camionneur vétéran pour l’entreprise Trappers Transport, a remporté le prix Chauffeur de l’année décerné par la Manitoba Trucking Association (MTA) et Camions Volvo Canada. «James a reçu des éloges de clients de Trappers pour sa coopération et sa capacité à dépasser les attentes sur une base régulière», a déclaré son employeur. Un dossier de sécurité impeccable, un engagement envers l’industrie et le service à la clientèle ainsi qu’un modèle à suivre dans la communauté. Tels sont les critères évalués chaque année par la MTA pour déterminer le Chauffeur de l’année. M. McKibbon s’est distingué dans chacune des catégories : il a 33 ans de conduite sécuritaire derrière lui et ses confrères le décrivent comme étant loyal, travailleur et fiable, en plus d’être «le gars qui sacrifie son propre temps sans se plaindre».

Environnement d’affaires
0

Après trois ans au service des entreprises du transport routier, la Mutuelle de formation annonce qu’elle ne renouvellera pas son mandat car elle n’a pu faire face aux différentes contraintes qui se sont présentées. Camo-route a été reconnu en tant que Mutuelle de formation en avril 2010. L’objectif du Conseil d’administration était de développer un outil pour l’ensemble des entreprises du Québec afin d’installer une culture de formation au sein de l’industrie. Chaque année, plusieurs millions de dollars sont déposés par les entreprises de transport au Fonds de développement et de reconnaissance des compétences de la main-d’œuvre et cet argent n’est pas nécessairement utilisé pour l’industrie du transport routier. Afin de faire bénéficier les entreprises de ces retombées, la Mutuelle était un outil de choix pour conserver leurs argents, notamment l’obligation du 1 pour cent de formation, dans un compte en fidéicommis leur appartenant. Cependant, une nouvelle directive concernant la gestion des fonds en fidéicommis précise que les montants déposés dans le compte de la Mutuelle doivent bénéficier à l’ensemble des employeurs membres. Ainsi, aucune somme ne peut être réservée pour un employeur et le remboursement de ces sommes par la Mutuelle, à un employeur les ayant versées, n’est pas possible.