Navigation: FedEx

Environnement d’affaires
0

FedEx Canada vient de conclure un accord avec la chaîne de supermarchés Metro Inc. en vue d’offrir tous les services d’expédition des ExpédiCentres FedEx accrédités dans la majorité des magasins Super C de la province, poursuivant son expansion au détail au Québec. «Cette entente renforce notre engagement au Québec et notre capacité de relier les cyberconsommateurs et les PME du Québec au reste du pays et du monde», a déclaré Lisa Lisson, présidente de FedEx Express Canada. «Notre alliance avec Super C nous permettra d’offrir plus de points d’accès que jamais auparavant aux collectivités de l’ensemble de la province.» FedEx annonçait en avril 2014 la conclusion d’un accord similaire avec Home Hardware Stores Limited, qui permettait aux marchands-propriétaires d’offrir la gamme complète des services d’ExpédiCentres FedEx accrédités dans leur magasin. L’alliance avec Super C permettra la mise en service d’ExpédiCentres FedEx accrédités en deux phases. Durant la première phase, près de 40 magasins deviendront des ExpédiCentres FedEx accrédités d’ici la fin de janvier 2015.

Environnement d’affaires
0

Les quelque 14 travailleurs et travailleuses de l’entrepôt de la compagnie FedEx Freight Canada, localisé à Surrey en Colombie-Britannique, ont choisi la Section locale 31 du syndicat des Teamsters pour les représenter. La campagne de syndicalisation a commencé en juin dernier et s’est conclue avec la publication d’une ordonnance du Conseil canadien des relations industrielles. Il s’agit d’une première en Amérique du Nord pour les travailleurs de cette compagnie, mis à part leurs chauffeurs américains. «Je tiens à saluer le courage de ces 14 personnes», a expliqué Stan Hennessy, président de la Section locale 31 du syndicat des Teamsters et vice-président international. «Ils ont toute mon admiration parce qu’il s’agit d’une première en Amérique du Nord.»

Environnement d’affaires
0

La Cour fédérale américaine a statué que des milliers de chauffeurs de l’entreprise FedEx Ground étaient considérés à tort comme des entrepreneurs indépendants et non pas comme des employés. FedEx pourrait devoir à ces chauffeurs plusieurs millions de dollars pour couvrir certains coûts, selon le cabinet d’avocats Leonard Carder, qui représente les chauffeurs californiens. Les chauffeurs de FedEx devaient payer pour les camions à l’effigie de FedEx Ground (marqués du logo FedEx Ground), le carburant, les assurances, les pneus, les vidanges d’huile, l’entretien, les uniformes, les scanners et la couverture d’indemnisation des travailleurs. Dans certains cas, les chauffeurs de FedEx devaient verser un salaire à des sous-traitants qu’ils devaient embaucher pour compenser leurs quarts de travail manqués (en raison de maladie, de vacances ou pour aider durant la période de Noël). Selon le cabinet d’avocats, après avoir payé ces dépenses, un chauffeur de FedEx type gagne moins qu’un chauffeur employé par les concurrents de FedEx Ground comme UPS, et ne reçoit aucun des avantages sociaux, comme les soins de santé, l’indemnisation des travailleurs, les congés de maladie payés, les vacances et le fonds de pension. En soi, les pratiques de FedEx sont anti-concurrentielles.