Navigation: permis

Environnement d’affaires
0

Le ministère des Transports de l’Ontario (MTO) et le ministère de la Formation et des Collèges et Universités (MFCU) proposent de jouer un rôle clé dans la formation, l’évaluation et l’accréditation des chauffeurs de camion, tout cela afin de freiner la hausse des «usines à permis» qui dispensent une formation inférieure à la norme. Les écoles qui facturent moins de 1000$ pour les programmes de formation des chauffeurs commerciaux sont en mesure d’éviter les règlements provinciaux, mais le gouvernement de l’Ontario cherche à combler cette lacune et a ajouté une nouvelle proposition au Registre de la réglementation de l’Ontario, invitant le public à émettre ses commentaires. Un programme de formation des chauffeurs approuvé par le gouvernement coûte environ 8 000$. «La mise en place d’une formation obligatoire, combinée aux exigences d’évaluation, vise à assurer la formation adéquate des chauffeurs de camions commerciaux avant qu’ils n’obtiennent leur permis», indique le nouvel affichage au Registre de l’Ontario. L’Ontario propose trois types de formation obligatoire pour les débutants, soit par un collège privé d’enseignement professionnel, un collège d’arts appliqués et de technologie de l’Ontario ou une autorité reconnue par le Programme de certification des chauffeurs du MTO. Dans le cadre de sa proposition, le MTO indique également vouloir mettre à jour l’objet des tests écrits pour tous les permis de classe commerciale. Les nouvelles normes devraient être publiées d’ici l’été 2016. Les fournisseurs de formation auront environ un an pour développer leur programme d’études et obtenir les approbations nécessaires.

Environnement d’affaires
0

Le Québec pourrait bientôt émettre un permis spécial permettant l’utilisation de grands trains routiers plus longs. Ce permis autoriserait la circulation d’un ensemble tracteur/semi-remorque ou d’un train double de type B dont l’empattement du tracteur est supérieur à 6,2 mètres, et permettrait donc l’utilisation d’ensembles d’une longueur hors tout de 27,5 mètres, comparativement à 25 mètres actuellement. En Ontario un tel permis est en place depuis le début de janvier 2015. Cet allongement laisserait de l’espace pour incorporer les technologies de réduction des émissions (génératrices, réservoir de DEF, système de post-traitement); il permettrait aussi l’aménagement de compartiments-couchettes plus appropriés à une gestion efficace de la réglementation sur les heures de service. «Présentement, s’ils veulent respecter la longueur hors tout maximale de 25 mètres pour les trains routiers de type B, les transporteurs doivent utiliser des tracteurs dont l’empattement varie de 5,6 à 5,8 mètres. Or, il est difficile d’installer toutes les technologies anti-pollution dorénavant requises et de bénéficier d’un compartiment-couchette de bonne dimension avec un tel empattement», explique Normand Bourque, coordonnateur des dossiers techniques et opérationnels pour l’Association du camionnage du Québec (ACQ). M. Bourque précise que cette modification n’a pas pour objectif d’augmenter la capacité de chargement ni en volume, ni en masse. «La longueur de caisse maximale (espace entre l’avant de la 1re remorque et l’arrière de la 2e) demeurerait à 20 mètres».

Environnement d’affaires
0

Le Ministre des transports de l’Ontario (MTO) émettra des permis individuels et de flotte pour l’utilisation de trains routiers de type B (constitués d’un tracteur et d’une remorque double) plus longs, à partir de janvier 2015. Une annonce officielle à ce sujet devrait être faite sur le site du MTO au cours des prochains jours. Il s’agit de la plus récente annonce dans le cadre de ce qu’a qualifié David Bradley, président du MTO, «d’une impressionnante liste de décisions positives de la part de Steven Del Duca, ministre des Transports, qui contribuera à améliorer la sécurité, la protection de l’environnement et la productivité». Durant son relativement court mandat en tant que ministre, M. Del Duca avait annoncé son intention d’aller de l’avant avec une formation de base obligatoire pour les chauffeurs de camion ; la mise sur pied d’un plan visant à intégrer les camions lourds non immatriculés au système d’immatriculation et de taxes sur le carburant de l’Ontario, le prolongement de la période d’activité des trains routiers en Ontario à 12 mois par année, «la mise en application différée» permettant l’utilisation de rétreints pleine longueur en Ontario; en plus d’avoir ouvert la voie à des trains routiers plus longs.

Environnement d’affaires
0

La Régie de l’assurance maladie du Québec (RAMQ) et la Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ) rappellent qu’elles commencent à délivrer des cartes d’assurance maladie et des permis de conduire dont la durée de validité s’étendra graduellement de quatre à huit ans, à compter du 1er octobre 2014. Les deux organismes soulignent que cette mesure s’inscrit dans la volonté du gouvernement d’améliorer les services aux citoyens. Ainsi, la prolongation de la durée de validité des deux pièces fera en sorte que les citoyens réduiront de moitié leurs déplacements vers les points de service. De plus, la diminution du nombre de renouvellements contribuera à la protection de l’environnement en utilisant moins de papier et de plastique. Les procédures de renouvellement de la carte d’assurance maladie et du permis de conduire demeureront les mêmes et la délivrance des pièces continuera de se faire de manière synchronisée.

Environnement d’affaires
0

Il demeure toutefois valide jusqu’à sa date d’expiration, avec les mêmes privilèges. La Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ) ne délivre plus de permis de conduire Plus. Il demeure toutefois valide jusqu’à sa date d’expiration, avec les mêmes privilèges. Lorsque leur permis Plus arrivera à expiration, les titulaires devront obtenir un permis régulier, s’ils veulent conduire, et un document de voyage (passeport, carte NEXUS, etc.) s’ils veulent traverser la frontière américaine. En cas de perte, de vol ou de bris, d’ajout ou de retrait d’une condition ou d’une classe de permis, le permis Plus ne pourra pas être remplacé. Partagez ce courriel avec vos collègues et les membres de votre organisation!

Environnement d’affaires
0

RH Camionnage Canada, l’Alliance canadienne du camionnage (ACC) et plusieurs associations provinciales de camionnage ont uni leurs efforts dans un projet qui permettra d’établir des critères de référence pour l’industrie; l’un des objectifs de ce projet vise la mise en place d’une formation obligatoire pour les chauffeurs débutants à travers le Canada – une étape clé dans la lutte contre la pénurie grandissante de personnel qualifié dans l’industrie du camionnage.