Navigation: Petro-Canada

Nouvelles
0

Les Lubrifiants Petro-Canada a obtenu les certifications ISO 9001: 2015 et ISO 14001: 2015, et ce, 16 mois avant la date limite fixée par l’industrie. Les certifications doivent couvrir toutes les étapes du processus y compris la fabrication, le mélange, l’emballage, la conception, la vente et la distribution des stocks de base, des huiles, des graisses et des lubrifiants.

Nouvelles
0

Un an après leur arrivée sur le marché, les nouvelles catégories d’huile moteur FA-4 et CK-4 causent encore une certaine confusion chez les flottes, constate Barnaby Ngai, directeur de portefeuille de catégories pour Lubrifiants Pétro-Canada. «Il subsiste encore une certaine confusion quant aux nouvelles catégories elles-mêmes et aussi quant à leur rétrocompatibilité et à leurs propriétés».

Environnement d’affaires
0

La raffinerie de pétrole américaine HollyFrontier Corp. indique qu’elle achète la division des lubrifiants de Petro-Canada pour 1,13 milliard de dollars. L’agence Reuters avait déjà rapporté que les deux entreprises étaient en «discussions avancées», alors que HollyFrontier avait soumis l’offre la plus élevée lors d’une enchère pour l’acquisition de la division des lubrifiants. HollyFrontier pourrait utiliser l’acquisition afin de diversifier son secteur du raffinage durement touché. Entre-temps Suncor, qui a fusionné avec Petro-Canada en 2009, cherche à rembourser les dettes contractées lors de récentes acquisitions, comme les 4,24 milliards de dollars payés pour acheter Canadian Oil Sands en mars dernier. Sa division des lubrifiants, située à Mississauga, produit plus de 350 lubrifiants avancés pour des industries aussi diversifiées que les produits cosmétiques et la fabrication lourde. Les enchères pour l’acquisition de la division de Petro-Canada ont débuté en juin.

Lubrifiants et fluides
0

Lubrifiants Petro-Canada est en préparation du lancement de sa nouvelle gamme de produits Duron, appelée GEO LD (pour Gas Engine Oil Long Drain) 15W40. Elle est spécialement formulée pour les températures élevées de combustion des véhicules moteurs alimentés au gaz naturel d’aujourd’hui, indique la compagnie, précisant qu’elle permet de réaliser des économies en prolongeant les intervalles de vidange jusqu’à 1 200 heures, tout en maintenant une protection «exceptionnelle» du moteur et en conservant ses caractéristiques de viscosité.