Routiers

FPInnovations et Auburn University signent un protocole d’entente pour la tenue d’essais routiers aux États-Unis

FPInnovations (par l’entremise de Groupe PIT) et Auburn University annoncent aujourd’hui la signature d’un protocole d’entente pour la tenue d’essais routiers indépendants et certifiés aux États-Unis. En vertu de l’entente, le National Center for Asphalt Technology (NCAT) et Groupe PIT offriront aux fournisseurs de technologies des services de validation et de certification de leurs produits.

Les formations de l’ACQ reprennent en février

C’est le mercredi 15 février qu’aura lieu la première formation de l’Association du camionnage du Québec (ACQ) pour l’année 2017. Il s’agit de l’atelier intitulé «Les heures de conduite et de repos (QC – CDA – É.-U.) Comment analyser les fiches journalières de vos conducteurs». Cette formation, qui s’adresse notamment au personnel chargé de la vérification des fiches journalières, aux répartiteurs, aux responsables de la sécurité et aux conducteurs, vise à approfondir les connaissances des candidats pour leur permettre de faire une vérification exhaustive des fiches journalières ou des différents registres inhérents aux heures de service.

Capacité des pneus et de l’essieu directionnel : des informations exigées

Le Règlement sur les normes de charges et de dimensions applicables aux véhicules routiers et aux ensembles de véhicules routiers exige que les capacités des pneus et de l’essieu directionnel soient disponibles lors d’une intervention de contrôle sur route. Ces informations sont exigées afin de pouvoir autoriser la limite de charge maximale des catégories d’essieux. Dans la majorité des cas, la capacité des pneus est inscrite sur le flanc des pneus, et la capacité de l’essieu directionnel sur le cadre intérieur de la porte du conducteur. Néanmoins, il est possible que ces informations ne soient pas présentes sur certains types de véhicules tels qu’un véhicule-outil (par exemple : niveleuse, chargeuse, tracteur de ferme). L’exploitant d’un tel véhicule pourrait voir ces limites de charges axiales diminuées, à moins qu’un document officiel atteste de ces informations et qu’il soit à bord du véhicule. Ce document peut être délivré par le fabricant, le concessionnaire, l’autorité gouvernementale compétente ou un ingénieur. Il doit comprendre le nom, l’adresse et la signature de la personne, de l’organisation ou de l’entreprise qui l’a délivré, la capacité de l’essieu directionnel et la capacité des pneus, le numéro d’identification du véhicule et les caractéristiques des pneus. Le document doit pouvoir être remis à l’agent de la paix qui effectue le contrôle des limites de charge du véhicule ou de l’ensemble de véhicules.

Circulation des grands trains routiers en période hivernale : projet de démonstration 2016-2017

Le Règlement sur le permis spécial de circulation d’un train routier autorise la circulation de trains routiers d’une longueur hors normes (grand train routier) sur les autoroutes à chaussée séparée et aux abords de celles-ci. En vertu du Règlement, ces ensembles de véhicules peuvent circuler entre le 1er mars et le 30 novembre. Le ministère des Transports, de la Mobilité durable et de l’Électrification des transports reconduit cette année le projet de démonstration qui permet la circulation des grands trains routiers (GTR) en période hivernale (de décembre à février). Ce projet permet la circulation des GTR sur les routes visées par le Règlement à certaines conditions supplémentaires, qui ont pour objectif d’assurer la sécurité des usagers de la route. Pour être admissibles au projet, les entreprises doivent notamment avoir été titulaires d’au moins un permis spécial de circulation autorisant la circulation de GTR au Québec entre le 1er mars 2015 et le 30 novembre 2016; et détenir une cote de sécurité «satisfaisant», avec ou sans la mention «non audité».

Mise à jour : Règlement sur les normes de sécurité des véhicules routiers

Depuis le 20 novembre, les changements apportés au Règlement sur les normes de sécurité des véhicules routiers sont en vigueur. Les principaux changements concernent : la vérification avant départ (celle-ci devient la ronde de sécurité), les défectuosités mécaniques mineures et majeures, les modalités d’application de la vérification mécanique et les motifs de révocation d’un programme d’entretien préventif. Plusieurs outils et publications sont disponibles. Depuis mai dernier, plusieurs outils ont été élaborés ou mis à jour pour vous aider à vous préparer à ces changements réglementaires.

Règlement sur les normes de sécurité des véhicules routiers

C’est le 20 novembre 2016 que les changements apportés au Règlement sur les normes de sécurité des véhicules routiers entreront en vigueur. Les principaux changements concernent la vérification avant départ (celle-ci devient la ronde de sécurité), les défectuosités mécaniques mineures et majeures, les modalités d’application de la vérification mécanique et les motifs de révocation d’un programme d’entretien préventif. Outils et publications : Depuis mai dernier, plusieurs outils ont été élaborés ou mis à jour pour vous aider à vous préparer à ces changements réglementaires, dont une présentation sur la nouvelle ronde de sécurité. Cette présentation est basée sur les changements au Règlement sur les normes de sécurité des véhicules routiers. Elle se veut un outil d’accompagnement pour les propriétaires, exploitants et conducteurs de véhicules lourds (PECVL) sur les nouvelles règles qui entreront en vigueur le 20 novembre prochain. Pour tous les détails, consultez la page Web portant sur la ronde de sécurité. Pour obtenir plus de renseignements sur ces changements, consultez la page des Normes de sécurité des véhicules routiers ou appelez au 1 800 554-4814.

Règlement sur les normes de sécurité des véhicules : La CAQ demande un sursis de trois à six mois pour les camionneurs

Afin de répondre aux inquiétudes légitimes des camionneurs, la Coalition Avenir Québec (CAQ) demande au gouvernement Couillard de reporter de trois à six mois l’entrée en vigueur de son Règlement sur les normes de sécurité des véhicules routiers pour donner à l’industrie du camionnage une chance de s’adapter aux futures restrictions. À partir du 20 novembre, le nouveau règlement imposera aux camionneurs des ajustements de taille, notamment en ce qui concerne la vérification, l’entretien et l’aspect physique des véhicules. Même s’il convient qu’il ne faut faire aucune concession sur la sécurité des automobilistes, Claude Surprenant, critique de la CAQ en matière de transports, estime que le gouvernement libéral appuie trop vite sur l’accélérateur. «Un report de trois à six mois permettra à toute l’industrie de s’ajuster à temps et de collaborer de façon proactive avec la Société de l’assurance automobile du Québec», estime-t-il.