La chaîne de blocs pourrait révolutionner le camionnage. Mais qu’est-ce que c’est?

0

L’industrie du transport de marchandises génère une montagne de paperasse. Des contrats établissent les tarifs et les conditions de livraison; des connaissements sont signés et déposés; des factures sont générées pour demander les chèques qui doivent être émis et encaissés.

La chaîne de blocs – essentiellement un genre de livre numérique – promet de remodeler la façon dont toutes ces transactions ont lieu.

Imaginez le jour où les paiements seraient émis instantanément lorsque les envois sont livrés, ou les frais qui sont automatiquement calculés et facturés si le matériel est retardé à un quai de chargement. Les petites entreprises de logistique tierces ou les courtiers de fret pourraient être évités complètement, plutôt que de laisser ces entreprises amputer votre rentabilité.

Les analystes de Morgan Stanley s’attendent à ce que de telles transactions en ligne, au sud de la frontière, atteignent environ 500 milliards de dollars en deux ans. Cela aurait des répercussions sur tout, du transport de fret aux achats de carburant.

IBM et Walmart sont en train de créer la Blockchain Food Safety Alliance pour suivre les expéditions de produits alimentaires, en veillant à ce que les marchandises soient convenablement manipulées tout au long du voyage. Et Maersk met en place une chaîne de blocs pour superviser les déplacements de millions de conteneurs maritimes, après avoir déterminé qu’un seul envoi d’Afrique de l’Est vers l’Europe peut impliquer pas moins de 30 entités différentes et plus de 200 interactions distinctes.

Qu’est-ce qu’une chaîne de blocs?

La plupart des nouveautés sur cette technologie concernent le commerce de soi-disant cryptomonnaies, comme le Bitcoin, qui peut être échangé sans l’implication des banques traditionnelles. Mais c’est plus que ça. La chaîne de blocs – qu’IBM décrit comme le système d’exploitation rendant le Bitcoin possible – est construite autour d’enregistrements numériques horodatés connus sous le nom de blocs. Les utilisateurs peuvent consulter ou ajouter des pages de données, mais pas écraser ou supprimer les informations qui s’y trouvent déjà. Cela permet aux gens d’approuver et de suivre chaque étape d’une transaction commerciale.

«Cela va simplifier les activités de la flotte», a déclaré Sandeep Kar, chef de la planification stratégique chez Fleet Complete, lors d’une présentation pour le cabinet d’avocats Fernandes Hearn à Toronto. Fleet Complete s’attend à ce que les options de péage automatisé, de paiement instantané et de contrats numériques intelligents fassent leur apparition dès l’année prochaine. D’ici 2022, les options disponibles pourraient se développer pour inclure un meilleur suivi de la sécurité du fret ainsi qu’une tarification transparente. Dès 2025, la chaîne de blocs pourrait être utilisée pour suivre en continu le service et l’entretien des véhicules, la capacité de la flotte et la conformité.

La chaîne de blocs dans le camionnage

Des centaines de fabricants et d’expéditeurs ont déjà demandé à rejoindre la Blockchain in Transport Alliance (BiTA), qui souhaite établir des normes et éduquer les responsables du transport de marchandises.

«C’est la plus grande alliance commerciale au monde reposant sur la chaîne de blocs», a déclaré le directeur général Craig Fuller. Et on retrouve déjà des noms connus parmi les membres de l’alliance, comme UPS, TMW Systems, Bridgestone et l’important transporteur U.S. Xpress, entre autres. Ensemble, ils représentent environ 85 pour cent de toutes les transactions liées aux camions aux États-Unis.

«Cela peut potentiellement éliminer le besoin d’intermédiaires, et c’est ce qui rend la chose vraiment puissante», a-t-il ajouté.

«La chaîne de blocs a de multiples applications dans l’industrie de la logistique, notamment en ce qui concerne la chaîne d’approvisionnement, l’assurance, les paiements, les vérifications et le courtage en douane», a expliqué Linda Weakland, de la division architecture d’entreprise et innovation d’UPS direct, lorsque l’entreprise a rejoint l’alliance l’année dernière. «La technologie a le potentiel d’accroître la transparence et l’efficacité parmi les expéditeurs, les transporteurs, les courtiers, les consommateurs, les fournisseurs et les autres intervenants de la chaîne d’approvisionnement.»

S’appuyant sur des «contrats intelligents» codés par des ingénieurs logiciels, la chaîne de blocs permet de prendre en charge un ensemble de transactions instantanées.

Imaginez un camion retenu à un quai de chargement pendant sept heures, a expliqué M. Fuller. Des frais de retard pourraient être automatiquement déclenchés en faisant correspondre les conditions contractuelles approuvées avec les données télématiques qui confirment où se trouve un camion à un instant donné.

Les expéditeurs arrêteraient de remettre à plus tard sur les comptes payable) simplement parce qu’une facture ne correspond pas d’un sous au kilomètre, a-t-il ajouté. La chaîne de blocs déterminerait le prix convenu par toutes les parties concernées, approuvant les paiements en conséquence. «Il devient très coûteux pour la flotte d’attendre et de laisser cet argent être retenu», a-t-il ajouté.

Les blocs de données pourraient même transformer les ventes de camions, toujours selon M. Fuller. Imaginez deux camions pratiquement identiques qui sont mis en vente. L’un provient d’un important transporteur comme JB Hunt, et l’autre provient d’une petite flotte inconnue. Aujourd’hui, un acheteur pourrait accepter de payer plus pour le camion de JB Hunt simplement parce qu’il a confiance dans les pratiques d’entretien du transporteur. «Dans un monde reposant sur la chaîne de blocs, cela n’a pas d’importance. La marque n’a pas d’importance», poursuit-il. Toutes les personnes impliquées dans la transaction auraient accès à tous les dossiers d’entretien pertinents sur chaque camion.

Si une cargaison de nourriture se détériore en transit, les registres de la remorque frigorifique dans la chaîne de blocs peuvent aider à déterminer si les températures ont été maintenues conformément à ce qui était prévu par le contrat. Les prix du carburant peuvent être calculés automatiquement en fonction du prix actuel indiqué par une tierce partie, comme le Service d’information sur le prix du pétrole (OPIS en anglais). Les possibilités semblent infinies.

«Les courtiers ont le plus à perdre», a déclaré M. Fuller, parlant de ceux qui font des transactions par téléphone et retiennent les paiements pendant 60 à 90 jours. «Cela permet à un Werner, un U.S. Xpress et à un Joe Bleau de jouer selon les mêmes règles, parce que le code ne se soucie pas de qui est impliqué.»

Il y a encore des défis à surmonter, bien entendu. M. Kar fait référence à un manque d’expertise et de confiance dans le système, et il doit y avoir plus de cryptomonnaies qui changent de main dans de telles transactions avant d’être transformées en fonds traditionnels. D’ailleurs, il n’y a pas d’autorité centrale pour contrôler la valeur de ces cryptomonnaies. Et le processus n’exige pas de tierce partie qui, autrement, serait là pour protéger contre les risques.

Mais la chaîne de blocs est en cours de construction. Bloc par bloc. Et cela va relier les entreprises comme jamais auparavant.

Comment les chaînes de blocs pourraient être utilisées dans le camionnage :

  • Utilisation des actifs – Les systèmes peuvent prévoir la demande de fret et déterminer les meilleurs itinéraires possibles pour les chargements.
  • Vérifications et exigences réglementaires – Des transactions clairement enregistrées peuvent simplifier les vérifications et confirmer la conformité.
  • Surveiller les chauffeurs – Plus de renseignements en temps réel sur la performance des chauffeurs, un meilleur partage de l’information avec les expéditeurs et les organismes de réglementation, et la simplification des réclamations d’assurance après une collision.
  • Suivi des actifs – Un meilleur aperçu de l’emplacement des véhicules et des actifs, une meilleure planification du chargement et des informations de statut en temps réel mises à la disposition des expéditeurs, des transporteurs et des clients.

Source: Fleet Complete

Partager.

À propos de l'auteur

Steve Bouchard

Steve Bouchard écrit sur le camionnage depuis plus de 20 ans, ce qui en fait de loin le journaliste le plus expérimenté dans le domaine au Québec. Steve est le rédacteur en chef de l’influent magazine Transport Routier, publié par Newcom Média Québec, depuis sa création en 2000. Il est aussi le rédacteur en chef du site web transportroutier.ca, il agit comme rédacteur conseil du magazine L’automobile et il contribue aux magazines Today’s Trucking et Truck News. Steve rédige aussi le bulletin électronique de Transport Routier, Les nouveautés du routier, et il participe à l’élaboration des stratégies de communication pour le salon ExpoCam de Montréal, propriété de Newcom. Steve est détenteur d’un permis de conduire de classe 1 depuis 2004 et il est le seul journaliste de camionnage au Québec à avoir gagné des prix Kenneth R. Wilson de la Presse spécialisée du Canada, l’or et l’argent deux fois chacun. Steve a occupé la présidence et la présidence du Conseil du Club des professionnels du transport du Québec et il représente les médias au comité des fournisseurs de l’Association du camionnage du Québec. En 2011, il a reçu le prestigieux prix «Amélioration de l’image de l’industrie» remis par l’Association du camionnage du Québec.