L’ARC augmente le montant fixe des demandes de remboursement de repas

0

L’Agence du revenu du Canada (ARC) a fait passer de 17 $ à 23 $ par repas le montant que les employés de transport et que d’autres personnes peuvent demander pour des frais de repas en utilisant la méthode simplifiée (un montant fixe par personne). Ces augmentations, qui entrent en vigueur immédiatement, sont rétroactives au 1er janvier 2020.

La dernière mise à jour du montant dans ces politiques remonte à 2009; il avait alors été fixé à 17 $. Ces augmentations offrent une plus grande souplesse et représentent maintenant de façon juste le coût moyen d’un repas aujourd’hui, selon l’ARC.

«Il s’agit d’une mesure de soutien importante pour les employés du secteur des transports du Canada, en particulier nos camionneurs», a déclaré Marc Garneau, ministre des Transports, lors de l’annonce. «Les Canadiens doivent beaucoup au travail acharné des camionneurs canadiens, en particulier pendant la pandémie de COVID-19. Cette augmentation des taux d’allocation de repas permettra aux camionneurs et aux autres travailleurs essentiels de pouvoir se procurer des repas abordables lorsqu’ils parcourent de longues distances, transportant des marchandises et des fournitures essentielles.»

«La mise à jour de nos politiques fait partie intégrante de notre philosophie Les gens d’abord, qui consiste à mettre les Canadiens au centre de tout ce que nous faisons», a pour sa part déclaré Diane Lebouthillier, ministre du Revenu national. «L’augmentation du montant raisonnable pour les indemnités et les allocations de repas, ainsi que du montant fixe pour les frais de repas, démontre l’engagement de l’Agence à s’assurer que notre régime fiscal est équitable et répond aux besoins des Canadiens aujourd’hui.»

Cet ajustement était demandé par l’Association du camionnage du Québec (ACQ) et par l’Alliance canadienne du camionnage depuis le printemps dernier. «L’ACQ est heureuse de constater la diligence du gouvernement fédéral afin de supporter notre industrie en période de crise», s’est réjoui Marc Cadieux, président directeur-général de l’ACQ. «Il était important que nos travailleurs essentiels puissent avoir accès à des repas qui répondent à l’inflation d’aujourd’hui, alors qu’ils continuent de fournir des services qui aident la population pendant cette pandémie.»

Partager.

Laisser une réponse