Québec va de l’avant avec l’élargissement de l’autoroute 30

0

Le ministre des Transports, François Bonnardel, ainsi que la ministre responsable de l’Administration gouvernementale et présidente du Conseil du trésor, Sonia Lebel, annoncent le lancement d’un appel d’offres majeur en lien avec le projet d’élargissement de l’autoroute 30 entre Brossard et Boucherville.

Avec le projet de loi concernant l’accélération de certains projets d’infrastructure, déposé mercredi à l’Assemblée nationale, les travaux débuteront dès 2022.

Les débits quotidiens de l’autoroute 30 entre les autoroutes 10 et 20 varient entre 47 000 et 81 000 véhicules.

L’amélioration de l’autoroute 30 s’inscrit dans le nouveau Réseau métropolitain de voies réservées du gouvernement du Québec. À terme, cet élargissement pourrait permettre l’ajout d’une voie réservée pour le transport collectif dans chaque direction et la mise en place d’une gestion dynamique des voies pour améliorer la fluidité.

«L’autoroute 30 a un rôle crucial pour les résidents de la Rive-Sud et pour l’économie de la grande région métropolitaine», a déclaré M. Bonnardel. «En effet, des milliards de dollars en investissements publics et privés bénéficient de la capacité de cet axe routier stratégique d’assurer les déplacements des personnes et des marchandises. C’est pourquoi nous souhaitons que le projet d’élargissement se concrétise dans les plus brefs délais et nous nous donnons tous les outils nécessaires pour commencer les travaux dès que possible.»

«Le lancement de l’appel d’offres de l’autoroute 30 est un geste concret de votre gouvernement pour accélérer le cheminement d’un projet d’infrastructure», a pour sa part déclaré Mme Lebel. «Le projet est une véritable priorité pour notre gouvernement, et, avec le projet de loi 66, nous avons une occasion en or de le faire avancer plus rapidement au bénéfice des citoyens.»

L’Association du camionnage du Québec (ACQ) a salué l’annonce du ministre des Transports et a annoncé son intention de suivre de très près l’évolution de la situation. L’ACQ a ajouté qu’elle collaborera activement afin que se concrétise ce dossier qui permettra une meilleure fluidité pour le transport routier de marchandises.

Éric Gignac, président du Groupe Guilbault, a pour sa part émis quelques réserves. «Ça fait plusieurs fois qu’ils en parlent mais ils n’agissent jamais, alors je le croirai quand je le verrai», nous a-t-il confié. «C’est un projet intéressant s’il se réalise et on va le prendre quand même, mais ça aurait probablement dû être fait deux ans avant.»

Bien qu’il se dise peu impressionné par l’annonce, il ajoute vouloir donner la chance au coureur. «Si le covoiturage est permis et que ce n’est pas juste pour des autobus vides, ça va certainement aider», de conclure M. Gignac.

L’avant-projet comprendra notamment la réalisation d’études complémentaires relatives à l’arpentage, la géotechnique, l’environnement, l’hydraulique et l’archéologie, tandis que les plans et devis permettront de passer à la réalisation du projet.

Partager.

Laisser une réponse