Construisez-les, et ils viendront

Tel le personnage de Kevin Costner dans le film Field of Dreams, Gaz Métro Solutions Transport (GMST) a entendu l’appel : construisez-les, et ils viendront.

Du moins, GMST espère que la construction de cinq nouvelles stations-service multi-énergies offrant notamment du gaz naturel liquéfié (GNL), sur le tronçon Québec-Toronto, encouragera les entreprises de camionnage à faire l’acquisition de camions au gaz naturel.

Cette annonce est le résultat d’une entente intervenue avec La Coop fédérée; elle se traduira par «le déploiement d’un concept novateur de stations-service multi-énergies». Il s’agira des premières stations publiques de l’est du Canada à offrir du GNL et du gaz naturel comprimé (GNC). Dans certains cas, elles distribueront aussi du diesel, de l’essence, du propane, du biocarburant et mettront des bornes électriques à la disposition des utilisateurs.

Les trois premières stations sont d’abord prévues à Lévis et Cornwall, puis à Rivière-du-Loup, où GMST en est rendu aux étapes finales quant au choix du terrain. Dans une seconde phase, la société prévoit également implanter une station-service publique à l’est de Toronto et une autre sur la Rive-Sud de Montréal. GMST est à la recherche de terrains pour ces deux endroits.

Martin Blanchet, directeur du développement des affaires, explique qu’il existe déjà une bonne synergie entre GMST et la Coop fédérée, qui possède la bannière Sonic. «Nous nous sommes rendu compte que la Coop fédérée pouvait nous aider à exploiter les sites. Elle possède une expertise dans la gestion d’un dépanneur ou d’un restaurant, ce qui ne fait pas partie de nos opérations de base. Leur expertise est complémentaire à la nôtre», d’expliquer M. Blanchet en entrevue.  

Il n’est pas exclu que des sites existants de la Coop fédérée vendent un jour du gaz naturel, mais l’objectif actuel vise la construction des cinq nouvelles stations. «Dans le contrat actuel, nous sommes propriétaires des terrains et des équipements de gaz naturel, alors que la Coop fédérée est propriétaire de l’équipement pétrolier. Si, éventuellement, une occasion se présentait d’offrir du gaz naturel à un site existant de la Coop, par exemple en région, nous évaluerions évidemment cette option.»

GMST voit ces stations multi-énergies comme des haltes routières qui serviront l’ensemble des usagers de la route et croit que cette formule répondra aux besoins de la grande variété de véhicules qui se trouvent sur la route aujourd’hui.

L’intention des deux entreprises avec cette annonce est d’offrir tous les types de carburants, mais Martin Blanchet souligne que les investissements vont être dictés par le marché. «Nous voulons que ces stations offrent tous les types d’énergie et nous avons espoir que les camions vont choisir le gaz naturel.»

En ce qui a trait au gaz naturel, GMST prévoit d’abord offrir du gaz naturel liquéfié (GNL), «mais s’il faut ajouter du gaz naturel comprimé (GNC) parce que le marché se développe, nous sommes prêts à le faire», assure Martin Blanchet.

Le GNL vise les flottes de camions qui pourraient consommer autour de 60 000 ou 70 000 litres de ce carburant par année. Les réservoirs qui seront installés aux nouvelles stations-service (20 000 gallons) seront plus gros que celui que l’on trouve présentement chez Transport Robert (15 000 gallons). Cette capacité permettra d’optimiser la livraison du carburant par citernes. Deux distributrices seront installées à chacune des stations, ce qui permettra de facilement fournir 80 camions. Si la station est plus achalandée, il sera possible d’installer des  distributrices additionnelles.

Les camionneurs trouveront sur place toute l’aide qui pourrait leur être nécessaire lors du remplissage. «Nos contrats d’approvisionnement comprennent une formation. Nous formons les chauffeurs des flottes et les gens de la Coop fédérée auront des ressources aux sites pour les chauffeurs qui auraient des questions.»

Et le dyméthyléther (DME), dont on a beaucoup parlé récemment? «Le but avec les stations multi-énergies, c’est de répondre à toutes les demandes. Par contre, nous croyons qu’il faudra un certain temps avant que la production de DME ne soit mûre pour le marché», indique M. Blanchet. Serait-il possible que Gaz Métro devienne un jour producteur de DME? «On n’ouvre pas la porte, mais on ne la ferme pas non plus. L’avenir nous dira quel rôle nous pourrions jouer, mais nous n’en sommes pas arrivés là.»

Un des grands avantages du gaz naturel, c’est son prix par rapport au diesel. Toutefois, on laisse entendre que le projet Énergie Est de TransCanada pourrait entraîner une hausse des prix du gaz naturel. Une telle hausse pourrait-elle faire reculer des transporteurs routiers qui envisagent faire l’essai du gaz naturel dans leurs camions? «Il est vrai que le projet Énergie Est de TransCanada (TCPL), tel que présenté actuellement, entraînerait une réduction des capacités de transport de gaz naturel vers le Québec et l’Ontario», répond GMST. «Une telle réduction de la capacité de transport sur le réseau de TCPL aurait des répercussions importantes sur la sécurité d’approvisionnement en gaz naturel et sur la facture des consommateurs gaziers de l’Ontario et du Québec. Cependant, Gaz Métro et ses vis-à-vis ontariens font tout en leur pouvoir pour sécuriser du transport au meilleur coût possible pour les années à venir. Gaz Métro s’assure de mettre en place les conditions nécessaires pour assurer un approvisionnement en GNL aux transporteurs routiers qui voudraient faire l’essai du gaz naturel dans leurs camions. Nous sommes confiants que nous pourrons faire avancer ce dossier pour régler la situation d’ici là.»

Plus globalement, GMST ne prévoit pas conclure de partenariats avec des fournisseurs ou des entreprises d’ailleurs au pays ou aux États-Unis, mais la société est très ouverte à la collaboration. «Nous n’avons pas l’ambition de conquérir l’Amérique du Nord», précise Martin Blanchet. «Mais nous allons assurément collaborer avec les autres fournisseurs de GNL et de GNC afin d’accroître l’offre de gaz naturel sur le réseau routier global. Cela nous permettra aussi d’accueillir des clients américains sur notre réseau au Québec et en Ontario.»

Le message que lance l’industrie du camionnage, c’est qu’elle achètera des camions au gaz naturel si un réseau d’approvisionnement est mis en place. «C’est ce que nous sommes en train de faire», souligne Martin Blanchet. «Nous y croyons assez pour bâtir les sites.»

Steve Bouchard écrit sur le camionnage depuis plus de 20 ans, ce qui en fait de loin le journaliste le plus expérimenté dans le domaine au Québec. Steve est le rédacteur en chef de l’influent magazine Transport Routier, publié par Newcom Média Québec, depuis sa création en 2000. Il est aussi le rédacteur en chef du site web transportroutier.ca, il agit comme rédacteur conseil du magazine L’automobile et il contribue aux magazines Today’s Trucking et Truck News.

Steve rédige aussi le bulletin électronique de Transport Routier, Les nouveautés du routier, et il participe à l’élaboration des stratégies de communication pour le salon ExpoCam de Montréal, propriété de Newcom.

Steve est détenteur d’un permis de conduire de classe 1 depuis 2004 et il est le seul journaliste de camionnage au Québec à avoir gagné des prix Kenneth R. Wilson de la Presse spécialisée du Canada, l’or et l’argent deux fois chacun.

Steve a occupé la présidence et la présidence du Conseil du Club des professionnels du transport du Québec et il représente les médias au comité des fournisseurs de l’Association du camionnage du Québec. En 2011, il a reçu le prestigieux prix «Amélioration de l’image de l’industrie» remis par l’Association du camionnage du Québec.

Donnez votre avis

Vos données ne seront ni publiées, ni partagées.

*