100 millions $ pour l’Internet haute vitesse en régions

0

« Paul, c’est Jean-Marc je suis au Texas. As-tu reçu le document que j’ai scanné avec mon cell? »

« Il est en train de télécharger, mais l’Internet est lent. »

Ce scénario n’est que trop familier pour de nombreuses entreprises de camionnage établies dans des régions qui doivent toujours composer avec un service à faible débit. C’est notamment le cas dans certains secteurs de la Côte-Nord, du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie.

Le gouvernement du Québec compte remédier à la situation avec un investissement de 100 millions $ dans une initiative appelée « Régions branchées », présenté plus tôt aujourd’hui afin d’appuyer des projets d’infrastructures numériques dans les régions.

Les projets soutenus permettront d’offrir aux citoyens, aux entreprises et aux organismes l’accès à un service Internet haut débit fiable et de qualité à un coût comparable aux services proposés en milieu urbain. Régions branchées devrait permettre aussi d’offrir un accès Internet haut débit à plus de 70 000 foyers et à plusieurs milliers d’entreprises du Québec.

L’appel de projets vise à appuyer le déploiement d’infrastructures dans les zones partiellement desservies par un service Internet haut débit. Ces zones sont jugées prioritaires, car elles n’étaient pas admissibles dans le cadre du dernier programme mis en place par le gouvernement du Québec (Québec branché), et échapperont aux prochains appels de projets du Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) et du gouvernement fédéral. De nombreuses régions du Québec se trouvent donc dotées d’un service inégal.

Selon les normes du CRTC, un accès Internet haut débit correspond minimalement à 50 mégabits par seconde en téléchargement (download) et à 10 mégabits par seconde en téléversement (upload).

« Si l’on souhaite que nos entreprises soient compétitives et innovantes, nous devons à tout prix leur fournir les outils qui favoriseront leur réussite. Bien évidemment, l’accès à Internet haut débit a une incidence directe sur leur capacité d’innovation et de croissance », a déclaré Pierre Fitzgibbon, ministre de l’Économie et de l’Innovation.

La communauté d’affaires applaudit

Du côté de la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI), le directeur principal de la recherche nationale, Simon Gaudreault, affirme : « Nous sommes au 21e siècle et plus d’une PME sur deux nous dit ne pas être branchée à une connexion Internet plus performante en raison de l’absence d’une meilleure offre dans leur région. Nous espérons que les nouveaux investissements annoncés aujourd’hui se traduiront par une offre plus fiable et plus intéressante pour les entreprises. »

« Un meilleur accès aux technologies du web est indispensable pour augmenter la productivité et accéder à de nouveaux marchés », ajoute son collègue Gopinath Jeyabalaratnam, conseiller aux affaires économiques et gouvernementales.

La Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) a elle aussi accueilli favorablement l’annonce gouvernementale. Au sujet des infrastructures numériques, le président-directeur général de la FCCQ, Stéphane Forget, a affirmé : « Elles sont désormais reconnues comme un ingrédient essentiel à la croissance des régions, pour permettre notamment à des entreprises d’être en mesure de se brancher sur le reste du monde et d’appuyer leur volonté d’augmenter leur productivité par l’acquisition de nouvelles technologies. »

La FCCQ a également réitéré que le déploiement des infrastructures numériques doit être une priorité pour le prochain gouvernement fédéral qui obtiendra un nouveau mandat le 21 octobre.

Partager.

Laisser une réponse