Challenger dans la mire des Teamsters

Le syndicat des Teamsters a lancé, le 27 novembre dernier, une campagne de syndicalisation des travailleurs du groupe Challenger, formé des entreprises Challenger Motor Freight, Elgin Motor Freight et Lodwick Transport.

 Le président du syndicat des Teamsters, Robert Bouvier, a indiqué par communiqué que le syndicat a décidé d’entreprendre cette campagne à la suite d’appels téléphoniques reçus de certains camionneurs de Challenger qui «en ont assez des décisions arbitraires et des pressions indues de leur employeur».
 
Des éléments des clauses normatives et l’organisation du travail seraient au cœur du litige, notamment «les affectations sans droit de regard, l’ancienneté et les échanges». Le syndicat des Teamsters allègue aussi que les travailleurs des trois entreprises de camionnage n’auraient pas obtenu d’augmentation salariale depuis 2003 et ne disposeraient pas d’un régime de retraite.
 
La démarche syndicale a apparemment commencé il y a quelques semaines à un terminal du Québec. Depuis, elle a pris l’ampleur d’une campagne nationale qui touche quelque 1 500 travailleurs de Challenger au Canada.
 
«La renommée d’une entreprise de camionnage ne se bâtit pas dans le bureau du président, mais à bord des camions», d’affirmer M. Bouvier dans son communiqué.
Le président de Challenger, Dan Einwechter, qui a lui-même débuté en tant que voiturier-remorqueur, a semblé véritablement étonné d’apprendre que la campagne battait son plein lorsque que notre publication-soeur Today’s Trucking l’a rejoint. Invité à commenter, il a dit qu’il ne fait pas de doute pour lui que la majorité de sa main-d’œuvre est satisfaite.
 
«Personnellement, je crois qu’il est malheureux que les agissements d’un petit nombre de personnes puissent avoir des répercussions aussi grandes sur autant de gens et créent une énergie négative», a-t-il confié. «Au cours de mes 35 ans en affaires, du moment où j’ai commencé avec un seul camion jusqu’à aujourd’hui, j’ai toujours pensé à tous mes employés et ils ont toujours eu une très grande influence sur mes décisions.»
 
«Partant de cela, nous n’avons jamais maximisé nos retours et toujours considéré nos employés comme une priorité. Ils sont le cœur de ce que nous sommes»
 
M. Einwechter a ajouté que tout cela est en partie confirmé par de nombreuses récompenses en matière de sécurité et de gestion obtenues par la compagnie au cours des dernières années, y compris celle de figurer comme membre Platine de la liste des 50 sociétés les mieux gérées au Canada.
 
Le directeur des communications des Teamsters, Stéphane Lacroix, n’a pas pu nous préciser combien de chauffeurs avaient signé leur carte d’adhésion, mais il a indiqué qu’il y avait «beaucoup d’intérêt». Il nous a confirmé que la campagne vise les chauffeurs de compagnie de Challenger ainsi que son groupe de chauffeurs sous-traitants. «Nous ferons tout en notre pouvoir pour nous assurer que les voituriers-remorqueurs soient inclus dans notre pouvoir de négociation», a-t-il indiqué, ajoutant que les avocats des Teamsters travaillent présentement à cette stratégie.
 
Cette approche, nous a confié une source, est en partie inspirée par la campagne dynamique que les Teamsters ont menée pour faire changer les règles de classification de la main-d’œuvre qui guident FeDex aux États-Unis. Le changement causerait un tremblement de terre en matière de main-d’œuvre, car il permettrait aux chauffeurs de FeDex, y compris les exploitants indépendants, d’être syndiqués à l’instar des chauffeurs de leur rival UPS.
 
Il existe de nombreux précédents en la matière au Canada, notamment ceux de Mackie Moving Systems et de Verspeeten Cartage. Dans ces dossiers, le Conseil canadien des relations industrielles a accrédité des syndicats afin qu’ils négocient collectivement pour les voituriers-remorqueurs (que les camionneurs le veuillent ou non). Les autorités ont justifié leur décision en expliquant que les camionneurs indépendants pouvaient être considérés de facto comme des employés parce que le transporteur exerce un certain contrôle sur leurs activités au quotidien.

Stéphane Lacroix a indiqué que le syndicat s’affairerait à faire signer des cartes d’adhésion aux chauffeurs au cours des prochaines semaines. Des représentants syndicaux seront «visibles» sur la route et dans les relais routiers. On tentera aussi de mobiliser des milliers de camionneurs déjà syndiqués par les Teamsters en Amérique du Nord afin qu’ils fassent la promotion du syndicat auprès des chauffeurs de Challenger. «Lorsqu’ils verront des chauffeurs au volant d’un camion de Challenger, ils leur parleront et leur diront que c’est peut-être le temps pour eux de se joindre aux Teamsters».

 
Évidemment, Dan Einwechter adoptera une stratégie inverse. Et il ne sera probablement pas seul de son côté. «Au cours des années, certains chauffeurs ont quitté la compagnie pour différentes raisons et nombre d’entre eux sont revenus et nous ont répété qu’ils avaient eu à aller voir ailleurs pour confirmer à quel point Challenger est une bonne compagnie.»
 
«J’accepte le fait que, dans une entreprise de notre taille, tout ne peut pas toujours être fait dans une parfaite harmonie. Mais il est triste que les sentiments négatifs de quelques-uns affectent tant de monde et créent une telle situation… qui, je crois, n’est pas nécessaire. »

Steve Bouchard écrit sur le camionnage depuis plus de 20 ans, ce qui en fait de loin le journaliste le plus expérimenté dans le domaine au Québec. Steve est le rédacteur en chef de l’influent magazine Transport Routier, publié par Newcom Média Québec, depuis sa création en 2000. Il est aussi le rédacteur en chef du site web transportroutier.ca, il agit comme rédacteur conseil du magazine L’automobile et il contribue aux magazines Today’s Trucking et Truck News.

Steve rédige aussi le bulletin électronique de Transport Routier, Les nouveautés du routier, et il participe à l’élaboration des stratégies de communication pour le salon ExpoCam de Montréal, propriété de Newcom.

Steve est détenteur d’un permis de conduire de classe 1 depuis 2004 et il est le seul journaliste de camionnage au Québec à avoir gagné des prix Kenneth R. Wilson de la Presse spécialisée du Canada, l’or et l’argent deux fois chacun.

Steve a occupé la présidence et la présidence du Conseil du Club des professionnels du transport du Québec et il représente les médias au comité des fournisseurs de l’Association du camionnage du Québec. En 2011, il a reçu le prestigieux prix «Amélioration de l’image de l’industrie» remis par l’Association du camionnage du Québec.

Donnez votre avis

Vos données ne seront ni publiées, ni partagées.

*