L’industrie manufacturière selon RBC

Les nouvelles commandes et la production ont de nouveau fortement augmenté en octobre, la croissance ralentissant toutefois dans les deux cas, comme l’indique l’indice RBC des directeurs d’achats de l’industrie manufacturière canadienne (indice PMIMC RBC), une étude mensuelle lancée dernièrement par la Banque Royale du Canada (RBC) en partenariat avec Markit, l’un des plus importants fournisseurs d’information financière au monde, et avec l’Association canadienne de gestion des achats (ACGA). L’indice PMI RBC constitue un indicateur avancé complet des tendances du secteur manufacturier canadien.

D’après l’indice PMI RBC, la conjoncture s’est de nouveau améliorée en octobre dans le secteur manufacturier canadien. Les entreprises attribuent généralement la hausse des nouvelles commandes et de la production à un renforcement de la demande et à un accroissement de leurs portefeuilles clients. Toutefois, freinée par un affaiblissement de la conjoncture économique mondiale, qui se traduit notamment par un léger repli des exportations, la croissance ralentit dans les deux cas.
À 53,7 en octobre, l’Indice global PMI RBC – un indicateur composé qui donne, en un seul chiffre, l’état de santé global du secteur manufacturier – se replie par rapport à son niveau de septembre (55,0) et met en évidence la plus faible croissance en trois mois. Une valeur de l’indice supérieure à 50 indique une expansion par rapport au mois précédent, tandis qu’une valeur inférieure à 50 indique une contraction.
« Le secteur manufacturier canadien s’est plutôt bien tiré des difficultés liées aux facteurs macroéconomiques et à la conjoncture, et nous prévoyons une modeste croissance économique pour le reste de l’année », a déclaré Craig Wright, premier vice-président et économiste en chef, RBC. « La bonne tenue de l’Indice PMI RBC est encourageante, compte tenu du ralentissement des secteurs manufacturiers dans d’autres régions du monde. »
En plus de produire l’indice global PMI RBC, l’étude suit les variations de la production, des nouvelles commandes, de l’emploi, des stocks, des prix et des délais de livraison des fournisseurs.
Voici les principales conclusions de l’étude réalisée en octobre :
·         Forte croissance des nouvelles commandes et de la production, mais le rythme ralentit dans les deux cas ;
·         Fléchissement du taux de création d’emplois par rapport à septembre ;
·         Nouvel allègement des tensions inflationnistes.
Les entreprises attribuent généralement à l’amélioration de la conjoncture la hausse du volume des nouvelles commandes au cours du mois. Le nombre des nouvelles commandes a en effet fortement progressé, près de 30 pour cent des répondants indiquant avoir enregistré une hausse par rapport au mois dernier, tendance qu’ils attribuent généralement à un renforcement de la demande et à l’obtention de nouveaux clients. La croissance du volume des nouvelles commandes affiche toutefois son plus faible niveau depuis juillet, affaiblie par un léger repli des ventes à l’export en octobre.
Prolongeant la tendance observée depuis le début du recueil des données en octobre 2010, les fabricants canadiens ont intensifié leur production au cours du mois. Les données d’octobre mettent ainsi en évidence une hausse soutenue de l’activité, quoiqu’à un rythme plus lent qu’en septembre. Parallèlement, les entreprises signalent un léger repli du volume du travail en cours ainsi qu’une nouvelle réduction de leurs stocks de produits finis, certains fabricants indiquant avoir puisé dans leurs stocks pour répondre à l’augmentation du nombre des nouvelles commandes.
Reflétant la hausse de la production, les fabricants canadiens ont augmenté le volume de leurs achats en octobre, provoquant ainsi un nouvel allongement des délais de livraison des fournisseurs (le plus faible toutefois depuis le début de cette enquête, il y a treize mois). Les stocks d’achats ont cependant diminué pour un deuxième mois consécutif, certains répondants faisant état de la mise en place de politiques de réduction des stocks.
Par ailleurs, l’emploi a de nouveau augmenté en octobre dans le secteur manufacturier canadien, environ 22 pour cent des entreprises interrogées ayant recruté du personnel supplémentaire, contre 14 pour cent d’entre elles ayant réduit leurs effectifs. Bien que fléchissant par rapport à septembre, le taux de création d’emplois reste globalement élevé.
Les fabricants canadiens signalent en octobre une hausse du prix de leurs achats, notamment du carburant et de certaines matières premières telles que les métaux. Bien que fléchissant de nouveau fortement par rapport au sommet enregistré en avril, le taux d’inflation reste élevé. Cherchant généralement à passer cette augmentation du prix de leurs achats à leurs clients, les entreprises ont relevé leurs prix de vente en octobre, cette hausse des tarifs n’étant cependant que modérée.
Voici maintenant les faits saillants par région :
·         Les dernières données PMI par région signalent en octobre une amélioration de la conjoncture dans le secteur manufacturier de chacune des quatre grandes régions étudiées par l’enquête, l’Alberta et la Colombie-Britannique enregistrant de nouveau l’expansion la plus soutenue ;
·         Ce sont en outre les fabricants de l’Alberta et de la Colombie-Britannique qui signalent la plus forte augmentation du volume des nouvelles commandes ;
·         Trois des quatre grandes régions étudiées par l’enquête enregistrent des créations d’emplois en octobre, le Québec étant la seule exception ;
·         C’est la région Alberta et Colombie-Britannique qui enregistre l’inflation des prix des achats la plus soutenue.
« L’expansion se poursuit à un rythme soutenu en octobre dans le secteur manufacturier canadien malgré un ralentissement par rapport au mois dernier », a déclaré Cheryl Paradowski, présidente et chef de la direction de l’Association canadienne de gestion des achats (ACGA). « Le volume des nouvelles commandes reçues par les fabricants canadiens enregistre sa plus faible hausse en trois mois, ce ralentissement de la croissance résultant essentiellement d’un repli des exportations. Les taux d’expansion de la production et de l’emploi fléchissent également, mais les tensions sur les coûts des fabricants s’atténuent, affaiblies par un nouveau ralentissement de l’inflation par rapport au sommet enregistré en avril. »
 

Steve Bouchard écrit sur le camionnage depuis plus de 20 ans, ce qui en fait de loin le journaliste le plus expérimenté dans le domaine au Québec. Steve est le rédacteur en chef de l’influent magazine Transport Routier, publié par Newcom Média Québec, depuis sa création en 2000. Il est aussi le rédacteur en chef du site web transportroutier.ca, il agit comme rédacteur conseil du magazine L’automobile et il contribue aux magazines Today’s Trucking et Truck News.

Steve rédige aussi le bulletin électronique de Transport Routier, Les nouveautés du routier, et il participe à l’élaboration des stratégies de communication pour le salon ExpoCam de Montréal, propriété de Newcom.

Steve est détenteur d’un permis de conduire de classe 1 depuis 2004 et il est le seul journaliste de camionnage au Québec à avoir gagné des prix Kenneth R. Wilson de la Presse spécialisée du Canada, l’or et l’argent deux fois chacun.

Steve a occupé la présidence et la présidence du Conseil du Club des professionnels du transport du Québec et il représente les médias au comité des fournisseurs de l’Association du camionnage du Québec. En 2011, il a reçu le prestigieux prix «Amélioration de l’image de l’industrie» remis par l’Association du camionnage du Québec.

Donnez votre avis

Vos données ne seront ni publiées, ni partagées.

*