Livraisons manufacturières : du ressort et de l’incertitude

0

Manufacturiers et exporteurs du Québec a dévoilé les résultats de son enquête manufacturière de septembre 2012.

Au Canada, les ventes de biens fabriqués sont restées globalement stables avec une très légère progression de 183 millions de dollars, gardant simplement le cap sur la tendance haussière observée depuis l’été 2009.

Ce résultat est confirmé par la progression de plus de 1 milliard de dollars des nouvelles commandes en septembre. On notera néanmoins un ralentissement de la croissance annuelle des ventes, des nouvelles commandes et des commandes en carnet (+2 %, -2 % et +1 % en septembre, à comparer avec une moyenne sur les six derniers mois de +5 %, +3 % et +7 %, respectivement).

Si le creux de l’année 2009 est maintenant derrière nous, il faut donc s’attendre à une progression beaucoup plus calme au cours des prochains mois et à un possible plafonnement des ventes canadiennes autour du seuil de 50 milliards de dollars. Le rapport des stocks aux ventes est toujours inférieur à sa moyenne sur les trois dernières années, ce qui signale aussi la relative prudence des manufacturiers canadiens.

Au Québec, les ventes totales de biens fabriqués ont augmenté de 472 millions de dollars, essuyant ainsi la quasi-totalité des pertes enregistrées en juin, juillet et août. Cette bonne nouvelle s’explique essentiellement par la hausse des ventes de matériel de transport (+354 millions de dollars), des ventes de produits du pétrole et du charbon (+95 millions de dollars) et des ventes de la première transformation de métaux (+70 millions de dollars). Le résultat du mois de septembre est positif, mais il ne brise pas encore la nouvelle tendance à la baisse des ventes, constatée depuis le début de l’année 2012. De plus, le taux de croissance annuel est négatif pour un troisième mois consécutif.

En somme, le manufacturier québécois a toujours du ressort, mais sa relative robustesse commence à s’apparenter à une stagnation qui laisse, pour les prochains mois, les perspectives plutôt incertaines.

Partager.

Laisser une réponse