Un sondage révèle le manque de relais routiers au Canada

Les résultats d’un sondage sur les relais routiers, présenté par Transports Canada, indiquent qu’ils sont trop peu nombreux, que les services offerts sont insuffisants et que la sécurité y est inadéquate, une réalité que déploraient déjà les chauffeurs et les compagnies de transport.  

L’étude, intitulée Rest Area Research Project, a été menée conjointement par l’École  Polytechnique de Montréal et l’Alliance Canadienne du camionnage (ACC). Le manque de relais routiers, a noté l’ACC, affecte le comportement des chauffeurs et peut les inciter à dépasser la limite permise d’heures travaillées en une journée.   

Plus de 60 pour cent des camionneurs interrogés affirment avoir de la difficulté à trouver des espaces de stationnement ou des aires de repos lorsqu’ils travaillent en territoire canadien. Une grande majorité considère que les relais routiers et les aires de repos, à travers le pays, n’offrent pas les aménagements de base nécessaires aux chauffeurs.

Le nord de l’Ontario, le sud de la Colombie-Britannique, une partie de l’Alberta et la plupart des grands centres urbains ont été identifiés comme les pires secteurs en matière de relais routiers.  

Quarante-neuf pour cent des chauffeurs prétendent devoir rallonger leur itinéraire pour trouver un espace de stationnement, occasionnant parfois le dépassement de leurs heures de travail réglementaires. Les conducteurs, a indiqué l’ACC, souhaitent un assouplissement des règlements en vigueur lorsqu’ils sont incapables de trouver du stationnement. Quarante-deux pour cent des conducteurs interrogés affirment avoir déjà reçu un avertissement des autorités pour avoir occupé un espace de stationnent non-désigné.    

Au total, 88 pour cent des chauffeurs questionnés déplorent le manque de relais routiers, d’espaces pour s’immobiliser en bordure de la route et de zones de sécurité, afin d’effectuer leurs inspections réglementaires.  

«Les espaces de stationnement les plus adéquats sont les propriétés industrielles, suivis par les stationnements de centres commerciaux, les terrains vacants, les zones d’immobilisation et les stations de pesage», a déclaré l’ACC.

Manque de services

La plupart des chauffeurs rapportent que les téléphones, les salles de bain, l’éclairage et les points d’eau potable sont insuffisants. Ils aimeraient voir davantage de relais routiers équipés de services de téléphonie cellulaire, de restaurants, de douches et d’accès Internet dans les régions éloignées.

Plus de 40 pour cent des chauffeurs trouvent également que les aires de services accessibles uniquement aux détenteurs de cartes magnétiques sont inacceptables. 

Quatre-vingt-sept pour cent des chauffeurs interrogés sont disposés à payer pour des douches – mais pas pour des espaces de stationnement – à moins qu’ils ne bénéficient d’une sécurité renforcée (28 pour cent). Enfin, 70 pour cent des chauffeurs se disent prêts à débourser jusqu’à 30 $ par nuit pour obtenir des services adéquats.  

Un problème qui risque de s’aggraver

Alors que le trafic relié au transport routier augmente au même rythme que la demande, le problème risque de s’aggraver, selon un rapport complémentaire de Transports Canada intitulé Environmental Scan of Truck Stop Needs at Rest Areas. Et c’est sans compter l’augmentation de la taille des camions, notamment les trains routiers, contribuant à la réduction de l’espace disponible.

Le rapport recommande les modifications suivantes :

• L’aménagement d’espaces de stationnement supplémentaires, lorsque nécessaire et conformément au budget établi;

• L’harmonisation des normes nationales en matière de délimitation et d’aménagement des espaces publics réservés aux camions;  

• L’utilisation des systèmes de transport intelligents pour transmettre, en temps réel, de l’information sur la disponibilité et l’emplacement des espaces de stationnement pour les camions;

• Le développement d’un partenariat public-privé pour réduire les coûts reliés à l’entretien et à la rénovation des relais routiers existants;

• Le resserrement des normes de sécurité.

Steve Bouchard écrit sur le camionnage depuis plus de 20 ans, ce qui en fait de loin le journaliste le plus expérimenté dans le domaine au Québec. Steve est le rédacteur en chef de l’influent magazine Transport Routier, publié par Newcom Média Québec, depuis sa création en 2000. Il est aussi le rédacteur en chef du site web transportroutier.ca, il agit comme rédacteur conseil du magazine L’automobile et il contribue aux magazines Today’s Trucking et Truck News.

Steve rédige aussi le bulletin électronique de Transport Routier, Les nouveautés du routier, et il participe à l’élaboration des stratégies de communication pour le salon ExpoCam de Montréal, propriété de Newcom.

Steve est détenteur d’un permis de conduire de classe 1 depuis 2004 et il est le seul journaliste de camionnage au Québec à avoir gagné des prix Kenneth R. Wilson de la Presse spécialisée du Canada, l’or et l’argent deux fois chacun.

Steve a occupé la présidence et la présidence du Conseil du Club des professionnels du transport du Québec et il représente les médias au comité des fournisseurs de l’Association du camionnage du Québec. En 2011, il a reçu le prestigieux prix «Amélioration de l’image de l’industrie» remis par l’Association du camionnage du Québec.

Donnez votre avis

Vos données ne seront ni publiées, ni partagées.

*