Lancement du livre Stratégies logistiques et matières dangereuses

0

Un ouvrage collectif qui met en lumière diverses problématiques et des recommandations dans le domaine des chaînes logistiques de matières dangereuses pour une approche globale de la gestion des risques.

Polytechnique Montréal, le Département de mathématiques et de génie industriel, les Presses internationales Polytechnique et le CIRANO lancent l’ouvrage Stratégies logistiques et matières dangereuses écrit sous la direction de Nathalie de Marcellis-Warin, Martin Trépanier et Ingrid Peignier.

Fruit de projets de recherche depuis plus de cinq ans avec de nombreux chercheurs et praticiens possédant des expertises complémentaires, l’ouvrage Stratégies logistiques et matières dangereuses dresse un portrait des industries fabriquant, utilisant, stockant ou transportant des matières dangereuses (MD) au Québec et de l’environnement qui les entoure. Il propose des recommandations quant à différentes problématiques reliées aux MD concernant la réglementation des activités reliées aux MD, les bases de données d’accidents impliquant des MD, les pratiques des entreprises fabriquant, utilisant ou transportant des MD, et l’aménagement du territoire.

Alors que les entreprises cherchent à maximiser l’efficacité de leurs chaînes logistiques pour améliorer leur rentabilité, celles qui œuvrent avec des matières dangereuses ont un défi supplémentaire : elles doivent prendre en compte les risques potentiels de ces substances pour les travailleurs, la population et l’environnement, et ce, à chacun des maillons de leur chaîne. Elles doivent donc intégrer la gestion des risques à leur processus de décisions logistiques et d’opération dans un contexte réglementaire souvent complexe. Le livre propose donc une mise en contexte de la thématique des MD en présentant les différents types de MD et leurs dangers respectifs.

«Bien que certaines entreprises se montrent particulièrement soucieuses de la sécurité et adoptent des pratiques qui vont même au-delà des réglementations en vigueur pour la formation ou la sous-traitance par exemple, un travail de sensibilisation reste à faire », souligne Ingrid Peignier, directrice de projet groupe RISQUES, CIRANO. «Les enquêtes montrent que les transporteurs semblent sous-estimer le risque associé aux différentes phases du transport. Près de 80 pour cent des transporteurs considèrent que la phase la plus à risque est celle du transport lui-même, alors que les statistiques d’accidents au Canada montrent qu’il y a deux fois plus d’accidents pendant le chargement ou le déchargement que pendant le transport».

Pour lire le communiqué intégral, veuillez consulter le http://www.polymtl.ca/carrefour/article.php?no=4242.

Partager.

Laisser une réponse