Plusieurs mesures intéressantes pour les entreprises qui tombent à point nommé, estime le Conseil du patronat du Québec

0

Le Conseil du patronat du Québec accueille favorablement les orientations contenues dans le Plan de développement du commerce extérieur 2013-2017, présenté par le ministre des Relations internationales, de la Francophonie et du Commerce extérieur, M. Jean-François Lisée. Pour l’organisme, le plan proposé comprend plusieurs mesures intéressantes et ciblées – qui vont dans le sens de demandes répétées du milieu des affaires à cet effet au cours des dernières années – pour favoriser davantage l’exportation de produits et services par les entreprises québécoises.

«Alors que le gouvernement fédéral vient de signer une entente de principe quant à la conclusion de l’Accord économique et commercial global avec l’Union européenne, et que le Canada cherche à élargir et à diversifier ses relations économiques et commerciales avec d’autres économies émergentes ailleurs dans le monde, notamment les pays d’Asie du Sud-Est et l’Inde, les entreprises québécoises doivent saisir les nombreuses occasions d’affaires qui se présenteront afin de faire rayonner leur savoir-faire à l’échelle planétaire. En ce sens, le plan présenté aujourd’hui tombe à point nommé, en proposant plusieurs mesures pour aider et accompagner les entreprises dans cette démarche et leur permettre de croître et de prospérer», a indiqué la directrice de la recherche et économiste en chef du Conseil du patronat, Mme Norma Kozhaya.

Parmi les éléments qui lui apparaissent les plus prometteurs, le Conseil du patronat note la simplification et la bonification de l’offre en matière de services-conseils, d’information et d’accompagnement pour les entreprises en matière d’exportation, entre autres par le biais d’Export Québec, de même qu’une aide financière accrue pour favoriser une plus grande commercialisation sur les marchés extérieurs. Le Conseil du patronat voit également d’un bon œil les efforts additionnels que souhaite investir le gouvernement dans la promotion de l’expertise des entreprises d’ici auprès des gouvernements et des donneurs d’ordre à l’étranger, notamment en misant sur davantage d’occasions de maillage.

Partager.

Laisser une réponse