La Politique énergétique mise sur les carburants de remplacement dans le camionnage

0

Le gouvernement Couillard a dévoilé, jeudi dernier, sa Politique énergétique 2030. D’ici là, le gouvernement veut diminuer de 40 pour cent l’utilisation du pétrole et misera sur le développement d’une économie à faible empreinte carbone.

Pour y arriver, le gouvernement compte agir de différentes manières, y compris sur le transport des marchandises. Dans sa Politique énergétique, Québec entend rehausser l’efficacité du transport des marchandises en faisant la promotion des cycles courts, de l’écologie industrielle et de l’application des nouvelles pratiques de logistique des transports dans le but de réduire les besoins de transport des marchandises.

Il veut également soutenir la conversion des véhicules de transport déjà sur la route à des carburants à plus faible teneur en carbone, notamment le gaz naturel liquéfié (GNL), le gaz naturel comprimé (GNC) et le propane. Il entend aussi soutenir la décarbonisation des transports en milieu industriel en y faisant la promotion de formes d’énergie moins émettrices de GES, et veut bonifier le programme Écocamionnage de manière à privilégier la conversion au gaz naturel des véhicules lourds.

En ce qui a trait à la distribution des carburants de remplacement, le gouvernement du Québec veut mettre en place un projet pilote de stations multi-carburants (essence, biocarburants, gaz naturel, propane, électricité, hydrogène) et l’étendre à l’échelle du Québec d’ici 2030. Ces stations seront d’abord installées dans les régions à fort potentiel d’utilisation. Après 2030, toute autorisation gouvernementale pour de nouvelles installations, ou encore la modernisation de stations d’essence, devra être accompagnée d’une offre multi-carburants.

Enfin, la Politique énergétique veut soutenir l’objectif de Gaz Métro d’augmenter de 15 pour cent la flotte de véhicules lourds propulsés au GNL ou au GNC d’ici 2030. Pour assurer leur approvisionnement, le gouvernement travaillera de concert avec Gaz Métro afin d’évaluer la possibilité d’étendre sur l’axe nord-sud la Route Bleue, un réseau de stations de ravitaillement en GNL pour les véhicules lourds, ce qui assurerait une couverture complète du Québec.

Partager.

Laisser une réponse