Interdiction des camions en surcharge sur le pont Champlain

Nouvelle mesure préventive pour assurer l’intégrité structurale

Les Ponts Jacques Cartier et Champlain Incorporée (PJCCI) souhaite aviser l’industrie du camionnage de même que tous les acteurs de la mobilité, que depuis le lundi 10 octobre, il est dorénavant interdit de circuler sur le pont Champlain avec un camion en surcharge (permis de classes 5 et 6). Cette mesure préventive est mise de l’avant afin d’assurer le maintien des activités commerciales névralgiques pour Montréal et préserver l’intégrité structurale du pont.

«Le pont Champlain accueille plus de 5,3 millions de camions chaque année. Toutefois, le passage de véhicules en surcharge et à répétition sollicite la structure du pont au-delà des charges pour lesquelles il a été conçu», explique Glen P. Carlin, Premier dirigeant de PJCCI. «Cette mesure préventive est un geste prudent et ciblé permettant d’alléger les charges appliquées à la structure, tout comme le positionnement des camions dans les voies centrales grâce aux feux de voie dynamiques mis en service à l’été 2015».

Depuis 2008, PJCCI déploie un programme de mesures exceptionnelles afin de veiller plus étroitement sur le pont Champlain et assurer un passage sécuritaire aux usagers. Ces dernières années, PJCCI a investi en moyenne 100 M$ par année dans le programme d’entretien majeur pour sécuriser l’ouvrage d’ici à la mise en service du nouveau pont Champlain.

Au Québec, pour circuler avec un véhicule lourd dont la charge est hors normes, il est obligatoire d’obtenir un permis spécial de circulation émis par la Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ). Différents permis existent, dont celui de la classe 5 qui permet aux camionneurs de circuler avec une charge variant selon le nombre d’essieux, soit entre 66 et 79 tonnes. D’autre part, les permis de classe 6 permettent une charge excédant celles de la classe 5, et en dernier lieu les permis de classe 7 permettent de circuler avec un transport surdimensionné.

«Plusieurs de ces permis spéciaux sont attribués à des chantiers, qui doivent transporter des pièces indivisibles comme un bulldozer, par exemple», explique Marc Cadieux, président-directeur général de l’Association du Québec (ACQ). «On ne peut pas démonter un bulldozer ni une pale d’éolienne, alors il va falloir faire appel à des barges et des bateaux, au ferroviaire et à des routes alternatives.» Selon M. Cadieux, ces changements entraîneront notamment une forte augmentation des coûts de transport. «Et c’est sans compter l’augmentation de la congestion routière, de la pollution et des heures de service utilisées.»    

Les demandes de transport de véhicules en surcharge pour le pont Champlain, comme pour les autres ouvrages sous la responsabilité de PJCCI, sont examinées au cas par cas.

«Et attention, le pire est à venir : Turcot», de conclure M. Cadieux. «Les restrictions auront des répercussions générales sur l’industrie qui ne sera plus en mesure de transporter au même coût, et ce, pendant plusieurs années.»

Steve Bouchard écrit sur le camionnage depuis plus de 20 ans, ce qui en fait de loin le journaliste le plus expérimenté dans le domaine au Québec. Steve est le rédacteur en chef de l’influent magazine Transport Routier, publié par Newcom Média Québec, depuis sa création en 2000. Il est aussi le rédacteur en chef du site web transportroutier.ca, il agit comme rédacteur conseil du magazine L’automobile et il contribue aux magazines Today’s Trucking et Truck News.

Steve rédige aussi le bulletin électronique de Transport Routier, Les nouveautés du routier, et il participe à l’élaboration des stratégies de communication pour le salon ExpoCam de Montréal, propriété de Newcom.

Steve est détenteur d’un permis de conduire de classe 1 depuis 2004 et il est le seul journaliste de camionnage au Québec à avoir gagné des prix Kenneth R. Wilson de la Presse spécialisée du Canada, l’or et l’argent deux fois chacun.

Steve a occupé la présidence et la présidence du Conseil du Club des professionnels du transport du Québec et il représente les médias au comité des fournisseurs de l’Association du camionnage du Québec. En 2011, il a reçu le prestigieux prix «Amélioration de l’image de l’industrie» remis par l’Association du camionnage du Québec.

Donnez votre avis

Vos données ne seront ni publiées, ni partagées.

*