51 % des défectuosités majeures auraient dû être détectées lors de la ronde de sécurité

Par Jean Jacques Alary, C.A.É., F.C.I.L.T., CCLP

C’est ce que les représentants de Contrôle routier Québec (CRQ) ont affirmé aux membres du Regroupement des professionnels en sécurité routière du Québec (RPSRQ) lors d’une séance d’information fort intéressante.

On compte au Québec 250 000 chauffeurs détenteurs du privilège de conduire un véhicule lourd et 175 000 véhicules lourds. Dans les faits, on s’entend que ce ne sont pas tous les détenteurs de ce permis qui conduisent un véhicule commercial.

Il y a annuellement 15 millions de mouvements de transport au Québec et CRQ en vérifie 85 000 annuellement. On s’entend que ce ne sont pas toutes des vérifications complètes.

Au Canada, on compte cinq niveaux d’inspection pour les véhicules lourds :


■ 1er niveau – Inspection complète du véhicule et du dossier du
conducteur
■ 2e niveau – Inspection du dossier du conducteur et vérification partielle du véhicule
■ 3e niveau – Inspection du dossier du conducteur seulement
■ 4e niveau – Inspection d’une ou plusieurs composantes
propres au véhicule
■ 5e niveau – Inspection complète du véhicule seulement

La grande majorité des vérifications sur la route sont de niveau 2.

Ici, je veux juste ouvrir une parenthèse sur les inspections qui apparaissent au dossier Propriétaire et exploitant de véhicules lourds (PEVL). Toutes les inspections de niveau 1 conformes ou non apparaissent au dossier PEVL. Pour les autres niveaux, seulement celles qui révèlent des défectuosités apparaissent au PEVL, même si on remet un document indiquant que l’inspection est conforme. C’est pourquoi je suggère de tenir un registre complet des vérifications sur la route pour mesurer votre réelle performance.

Dans l’industrie, 75 % des entreprises ne font pas partie du programme d’entretien préventif (PEP) de la Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ), tandis que 25 % en sont membres.

Les données fournies indiquent que la performance de celles qui sont membres du PEP est juste un peu plus élevée que celles qui n’en font pas partie.

Les défectuosités les plus souvent détectées sur la route sont liées aux freins (perte d’air, tige de poussée, freins de service), aux roues et aux pneus, et au système électrique.

On s’entend que la vérification de ces éléments fait partie de la liste 1 de la ronde de sécurité. Bien sûr, le suivi de l’entretien préventif joue également un rôle dans la qualité des véhicules lourds.

Avec ces résultats, je pense que chaque propriétaire devrait mettre l’accent sur la qualité de son programme d’entretien préventif, et les exploitants sur la qualité des rondes de sécurité effectuées par leurs chauffeurs. Vous pourriez avoir des surprises!

Est-ce que vous faites un examen scrupuleux de tous les certificats de vérification des véhicules lourds (CVM) pour trouver la cause des défectuosités apparaissant au CVM? Une fois la cause trouvée, quel est le remède que vous administrez pour remédier à la situation?

Avez-vous en place une méthode de contrôle de la qualité des rondes effectuées par les chauffeurs? Ça pourrait être des étiquettes placées à différents endroits qui font partie des éléments à inspecter lors de la ronde, avec une indication «à remettre à votre superviseur». On ne dit pas le nombre qui doit être rapporté. Si le chauffeur ne les rapporte pas toutes, on s’entend qu’il y a un problème!

Lors des inspections PEP, quelles étaient les défectuosités qui auraient dû être détectées par le chauffeur lors de la ronde de sécurité?

À quelle fréquence un formateur ou un mécanicien se rend-il dans la cour pour observer la qualité de la ronde de sécurité effectuée? Vous pouvez utiliser des caméras et des zones dédiées à la ronde de sécurité!

Jusqu’à 51 % de défectuosités majeures détectées sur la route auraient dû être détectées par le chauffeur lors de la ronde de sécurité. C’est un problème d’industrie qu’il faut régler!


Jean Jacques Alary est président de la firme de consultation Jean Jacques Alary Plus Inc. On peut le joindre par courriel à j.j.alary@sympatico.ca. Tél. : 514-252-0252.

Donnez votre avis

Vos données ne seront ni publiées, ni partagées.

*