8 avantages des DCE

Steve Bouchard

Les dispositifs de consignation électronique (DCE) offrent plusieurs avantages en matière de conduite et d’exploitation, notamment en réduisant les infractions liées aux heures de service, en rendant la planification des voyages plus efficace et en empêchant les transporteurs délinquants de falsifier les fiches journalières papier.

Voici un aperçu de huit avantages des DCE.

Les avantages des DCE dépassent l’élimination du papier. (Photo: iStock)
  1. Avertissements avant que les chauffeurs n’enfreignent la réglementation sur les heures de service

Chris Stepto, responsable de la sécurité pour Berry and Smith Trucking (de Penticton, en Colombie-Britannique), constate que la diminution des infractions en lien avec les heures de service compte parmi les principaux avantages de l’utilisation des DCE, et pas seulement en ce qui concerne les problèmes de normes et formalités, comme un champ vide sur une fiche journalière.

«Les infractions en lien avec les heures de service ont considérablement diminué, car la plupart des DCE avertissent le chauffeur lorsqu’il s’apprête à commettre une infraction», a déclaré M. Stepto, ajoutant que de nombreux chauffeurs peuvent se méprendre sur les règlements sous-jacents, en particulier lorsqu’il s’agit de diviser la période de repos en lien avec les exigences relatives à la couchette.

«Le système connaît et comprend les règlements et il surveille le chauffeur.»

Bien que la plupart des chauffeurs de Berry et Smith se soient d’abord méfiés du passage des fiches journalières papier aux DCE, ils ont changé d’avis après avoir constaté les avantages et les économies de temps.

Denis Côté, directeur de la sécurité routière au Groupe Guilbault, ajoute que, même si la réglementation sur les heures de service est parfois difficile à suivre, les DCE font en sorte que les chauffeurs n’ont pas vraiment besoin de la comprendre.

  1. Tranquillité d’esprit pour les exploitants de flottes

Avec le nom de sa famille inscrit sur le côté de ses véhicules, Greg Munden se dit réconforté de savoir que ses chauffeurs utilisent des DCE et respectent les règles.

«Même si une entreprise n’a pas l’intention d’enfreindre la loi, il y a des chauffeurs qui prennent leurs propres décisions sur la route pour truquer les fiches, mettant ainsi l’entreprise et eux-mêmes dans une position délicate», a déclaré M. Munden, président de Munden Ventures, une entreprise de transport située à Kamloops, en Colombie-Britannique. «Alors que certains chauffeurs, ainsi que des entreprises, semblent s’en tirer à bon compte depuis ce qui semble être une éternité, leur responsabilité serait énorme dans l’éventualité d’un accident grave, si les heures de service ne sont pas respectées.»

Il existe également un lien avec la sécurité routière. Les chauffeurs qui repoussent continuellement les limites permises par la réglementation sur les heures de service peuvent ressentir de la fatigue, et la fatigue augmente les risques d’accident.

«L’un des principaux objectifs de la transition vers les DCE est la réduction du risque de fatigue chez les chauffeurs», de dire M. Munden. «Au minimum, nous pouvons maintenant avoir la certitude que nos chauffeurs profitent du temps de repos nécessaire, à la fois sur une base quotidienne et hebdomadaire.»

Selon l’analyse d’impact réglementaire de Transports Canada ayant mené au règlement sur les DCE, il existe un consensus international sur le fait que la fatigue est responsable de 15 à 20 % des accidents dans le transport. De plus, les chauffeurs qui ne respectent pas les heures de service disponibles sont 2,3 fois plus susceptibles d’être impliqués dans une collision. L’étude révèle que, selon l’industrie, 5 à 10 % des chauffeurs commerciaux dépassent régulièrement le nombre d’heures maximales prévues par la réglementation sur les heures de service.

  1. Conditions de concurrence équitables

Les chauffeurs et les transporteurs qui dépassent continuellement les limites d’heures de service ont un avantage concurrentiel injuste sur ceux qui respectent les règles.

«Comme ces chauffeurs ont la possibilité de travailler plus d’heures, ils pourraient être mieux payés que ceux qui respectent les règles, ce qui permet aux transporteurs routiers non conformes de recruter et de conserver des chauffeurs plus facilement, à un moment où l’industrie est confrontée à une pénurie de chauffeurs», indique l’analyse de Transports Canada.

Mais cela peut entraîner un risque accru d’incidents dus à la fatigue.

«Lorsque les chauffeurs n’enfreignent pas la réglementation sur les heures de service, la conduite en état de fatigue est beaucoup moins probable», de dire Mike Ahart, vice-président des affaires réglementaires chez Omnitracs, citant les conclusions de la Federal Motor Carrier Safety Administration (FMCSA) des États-Unis.

«Et, bien qu’il a été question d’une augmentation de la vitesse des camions lorsque les fiches journalières papier disparaîtraient, les données sur les excès de vitesse publiées par la FMCSA ne soutiennent pas cette notion.»

«Avec les DCE, les chauffeurs sont moins fatigués et il n’y a plus de tricherie. Les impacts sont minimes et personne ne reviendrait en arrière», constate Denis Côté.

  1. Réduction de la distraction mentale et du stress

Un chauffeur conforme est un chauffeur heureux, et un chauffeur heureux est un chauffeur plus sécuritaire.

Dan Columbus, vice-président en charge de la santé, la sécurité et l’environnement chez Westcan Bulk Transport, nous a dit que les chauffeurs jouissent d’un mode de vie plus sain lorsque les DCE sont utilisés.

«(Il y a une) réduction de l’ensemble des incidents causés par les distractions mentales et le stress, et bien sûr, moins de paperasserie physique avec l’absence de manipulation», a-t-il dit.

«Les chauffeurs ne perdent plus de temps à remplir manuellement les fiches journalières. Ils sont moins stressés quand ils doivent fournir leurs heures aux contrôleurs routiers et aux postes de pesée», constate Denis Côté.

  1. Possibilités d’encadrement

Bison Transport, l’un des plus importants transporteurs au Canada, tire profit des fiches journalières en temps réel de plusieurs façons pour contribuer à améliorer la sécurité et l’efficacité opérationnelle.

«La possibilité de consulter les fiches journalières d’un chauffeur en temps réel nous permet de fournir un encadrement et/ou de la formation lorsque cela est nécessaire, au lieu d’attendre l’arrivée des fiches papier pour identifier un problème», a déclaré Stephanie Fensom, responsable de la sécurité chez Bison.

  1. Amélioration de l’efficacité opérationnelle

Une solide plate-forme de DCE peut également contribuer à rationaliser les opérations d’un transporteur, ce qui facilite grandement la vie des répartiteurs, du personnel de bureau et des gestionnaires.

M. Munden a souligné plusieurs façons dont les DCE ont accompli cela pour son entreprise, notamment ce qu’il appelle le «signalement des exceptions».

«Au lieu de devoir examiner des centaines de fiches journalières pour s’assurer de la conformité, le personnel d’exploitation ne s’attarde qu’aux jours où le système signale une non-conformité», explique-t-il. «Puisque le système fournit des informations en temps réel au chauffeur dans la cabine et à notre personnel de bureau, ces cas sont extrêmement rares et sont probablement dus à un quelconque événement inattendu sur la route, et sont généralement traités immédiatement.»

Glenn Williams, vice-président de la gestion des produits chez Trimble, a souligné que les DCE aident les responsables de la sécurité à identifier de manière proactive les heures disponibles à travers leur base de chauffeurs afin de repérer les infractions et d’éliminer les risques pour la sécurité avant qu’ils ne se produisent.

«Grâce à des éléments supplémentaires, comme des ensembles de règles et des exceptions personnalisables, les gestionnaires de flotte peuvent se sentir en confiance de savoir qu’ils ont une visibilité totale du comportement de leurs chauffeurs, afin d’aider à identifier ceux d’entre eux qui posent des gestes risqués ou potentiellement fatals.»

  1. Données supplémentaires permettant d’aborder d’autres enjeux

Les DCE contribuent également à éliminer les erreurs de normes et formalités dans les fiches journalières, en garantissant qu’aucun champ de données n’a été négligé. Et les données peuvent servir de munitions pour soutenir les conversations difficiles avec les expéditeurs et les destinataires concernant les défis à relever, notamment les temps d’attente excessifs.

Certains dispositifs permettent également de recueillir des rapports d’inspection avant et après le voyage, offrant ainsi un aperçu du matériel en soi.

«Je recommande vivement de veiller à ce que tout système choisi par l’entreprise le fasse, éliminant ainsi toute la paperasse nécessaire à la conformité quotidienne des chauffeurs et des entreprises aux normes de la division CVSE (Commercial Vehicle Safety and Enforcement) [du gouvernement]», a déclaré Greg Munden.

  1. Réduction du temps consacré à vérifier les fiches journalières

Selon Chris Stepto, les DCE peuvent même contribuer à éliminer le besoin de personnel supplémentaire qui aurait à surveiller, analyser, classer et stocker les fiches papier.

«Dans la plupart des cas, la répartition peut rapidement passer en revue les heures de conduite disponibles afin de mieux planifier sans mettre les chauffeurs en danger», conclut-il.

Steve Bouchard

Steve Bouchard écrit sur le camionnage depuis plus de 20 ans, ce qui en fait de loin le journaliste le plus expérimenté dans le domaine au Québec. Steve est le rédacteur en chef de l’influent magazine Transport Routier, publié par Newcom Média Québec, depuis sa création en 2000. Il est aussi le rédacteur en chef du site web transportroutier.ca, il agit comme rédacteur conseil du magazine L’automobile et il contribue aux magazines Today’s Trucking et Truck News.

Steve rédige aussi le bulletin électronique de Transport Routier, Les nouveautés du routier, et il participe à l’élaboration des stratégies de communication pour le salon ExpoCam de Montréal, propriété de Newcom.

Steve est détenteur d’un permis de conduire de classe 1 depuis 2004 et il est le seul journaliste de camionnage au Québec à avoir gagné des prix Kenneth R. Wilson de la Presse spécialisée du Canada, l’or et l’argent deux fois chacun.

Steve a occupé la présidence et la présidence du Conseil du Club des professionnels du transport du Québec et il représente les médias au comité des fournisseurs de l’Association du camionnage du Québec. En 2011, il a reçu le prestigieux prix «Amélioration de l’image de l’industrie» remis par l’Association du camionnage du Québec.

Donnez votre avis

Vos données ne seront ni publiées, ni partagées.

*