8 façons d’améliorer l’économie de carburant – même avec des remorques plateau

Au cours des dernières années, il était assez facile de bien gagner sa vie en conduisant un camion. Le fret était abondant, les chauffeurs et le matériel étaient rares et les tarifs atteignaient des niveaux record.

Puis le prix du carburant a grimpé en flèche, les taux du marché au comptant se sont effondrés et, soudainement, les moyens de subsistance des voituriers remorqueurs sont menacés. L’économie de carburant est à nouveau au centre des préoccupations, car c’est le facteur qui influence le plus la rentabilité d’un voiturier remorqueur.

(photo : iStock)

Mais même lorsque les prix du diesel étaient plus bas, l’économie de carburant était toujours une priorité pour Greg Decker, un voiturier remorqueur qui conduit un poids lourd pour Mullen Group. Nous lui avons demandé de nous donner quelques conseils sur la façon dont il optimise l’efficacité énergétique.

1. Surveillez la consommation de carburant avec précision

Vous ne pouvez pas améliorer ce que vous ne surveillez pas. De nombreux outils et dispositifs sont disponibles pour aider à surveiller la consommation de carburant. M. Decker aime le logiciel Driver’s Daily Log.

«Je surveille chaque réservoir», explique-t-il, ajoutant qu’il tient également compte du terrain et des poids transportés pour obtenir une image précise de sa consommation réelle.

Il a un problème avec les chauffeurs qui n’incluent pas le temps de marche au ralenti dans leurs calculs, sous prétexte qu’il s’agit d’un mal nécessaire. «Si ça va dans le réservoir, il faut le compter», a-t-il précisé.

2. Réduisez votre marche au ralenti

Bien que le carburant consommé pour garder la cabine chaude ou froide soit toujours comptabilisé, M. Decker affirme qu’il y a des mesures que vous pouvez prendre pour en consommer moins.

«J’ai un onduleur et un GAP [groupe auxiliaire de puissance] sur le camion. Et s’il fait semi-chaud, j’utilise un chauffage Webasto au lieu du GAP», de dire M. Decker. Sa philosophie est de ne jamais faire tourner le moteur au ralenti inutilement. «Refroidissez-le et éteignez-le», dit-il en parlant du gros moteur.

Il estime qu’il fait fonctionner son GAP entre 600 et 700 heures de moins que les autres chauffeurs, et à raison d’approximativement un litre par heure, les économies s’additionnent. «J’ai laissé tourner le moteur au ralenti trois nuits en quatre ans et j’ai roulé en Alaska de manière assez intensive», a-t-il ajouté.

3. Tenez compte de l’emplacement de votre chargement

Lorsque vous tirez des remorques plateau, la façon dont vous chargez la remorque a une incidence sur l’économie de carburant. M. Decker a donné en exemple un récent voyage au cours duquel il a transporté un énorme récipient. Il a insisté pour que l’expéditeur le charge de façon à ce que l’ouverture soit orientée vers l’arrière de la remorque, afin qu’il y ait moins de résistance au vent.

«Je tire des remorques plateau», a-t-il dit. «Si vous avez quelque chose de gros et de laid et qu’il y a plusieurs pièces, mettez la grosse pièce laide derrière le col. Ça crée une barrière contre le vent et rend le chargement aussi aérodynamique que possible. Les expéditeurs détestent ça, mais j’obtiens un rendement énergétique supérieur d’un mille par gallon simplement grâce à la façon dont ils mettent le fret sur la remorque.»

4. Soyez sélectif quant aux chargements

En tant que voiturier remorqueur, M. Decker affirme qu’il est impératif de ne prendre que les chargements qui semblent logiques.

«Pourquoi dépenser de l’argent si je n’ai pas à le faire?», demande-t-il. Certains chargements lourds sur de mauvaises routes en terrain vallonné (par exemple, de l’Alberta à la Californie) ne sont tout simplement pas rentables au prix actuel du carburant.

5. Soyez un bon opérateur

La plus grande influence sur la consommation de carburant se trouve dans le siège du conducteur.

«J’appelle ça être un bon chauffeur», a déclaré M. Decker. Il fait référence à des éléments tels que l’anticipation des feux de circulation, le relâchement de l’accélérateur avant les arrêts, les accélérations lentes à partir d’un arrêt et la conscience de son environnement.

«S’il y a trois choses qui tuent l’économie de carburant, ce sont l’accélérateur, le freinage et le frein Jake», a-t-il déclaré. «Utilisez les trois le moins souvent possible.»

À l’approche d’un virage, il coupe le régulateur de vitesse et prend le virage en roue libre. «Vous allez peut-être perdre 20 secondes, mais vous économiserez du carburant», explique-t-il.

6. Faites confiance aux ingénieurs

Greg Decker conduit un Western Star 5700 équipé d’un moteur Detroit et s’est beaucoup appuyé sur les recommandations de son représentant commercial et des ingénieurs du fabricant pour choisir les spécifications les plus écoénergétiques possibles.

«Faites confiance aux ingénieurs», poursuit-il. «Ils savent ce qui permettra d’obtenir le meilleur rendement énergétique.»

Il admet que ses spécifications ne lui permettent pas d’atteindre le sommet de la colline le plus rapidement, mais si elles lui évitent quelques voyages à la station-service, c’est un petit prix à payer.

Il a également souligné la nécessité d’adapter le camion au travail à accomplir. «Spécifiez votre camion en fonction de ce que vous allez faire», a-t-il dit. «Spécifiez-le pour rouler à 60 ou 62 mi/h [97 ou 100 km/h]. Ne spécifiez pas un camion à 75 mi/h [120 km/h] pour ensuite vous plaindre de votre consommation de carburant.»

La spécification des pneus peut aussi affecter la consommation de carburant. M. Decker insiste également sur l’importance d’un bon alignement et d’un bon entretien, et il utilise des huiles entièrement synthétiques pour tous les composants nécessitant une lubrification.

7. Investissez dans l’aérodynamique

Les carénages de cabine et de châssis (et les carénages de remorque sur un fourgon) permettent d’économiser du carburant. M. Decker en apprécie même l’aspect.

«Je n’aime pas l’aspect d’un camion sans carénages», a-t-il dit. «Ils permettent au vent de circuler au lieu de tout bloquer. Les rallonges de cabine sont utiles pour combler l’espace [de la remorque], surtout sur un fourgon. Elles empêchent également la neige d’entrer dans le protecteur de cabine.»

Il préfère un compartiment couchette surélevé lorsqu’il tire des fourgons, mais cela peut coûter du carburant si la plupart des voyages consistent à tirer des remorques plateau.

8. Soyez patient

Le plus grand ennemi de l’économie de carburant est le manque de patience, de dire M. Decker.

«Patience est le mot d’ordre. N’accélérez pas pour battre les feux rouges de vitesse et ne démarrez pas en trombe aux feux verts. Ç’est dur sur le carburant», explique-t-il.

La patience au volant est une qualité qui fait défaut de nos jours, et M. Decker estime que le manque de formation en est en partie responsable.

«Je n’ai jamais vu personne être formé sur la consommation de carburant. Ils sont formés sur l’arrimage des charges et les permis, mais jamais sur la consommation de carburant. Quand je suis arrivé [chez Mullen] et que j’ai dit que je recherchais les économies de carburant, les gars ont rigolé et ont dit ‘Vous ne pouvez pas faire ça’ [dans le transport lourd]. Mais oui, c’est possible. On peut toujours s’améliorer.»

Donnez votre avis

Vos données ne seront ni publiées, ni partagées.

*