Aucune raison de s’inquiéter du ralentissement économique, selon Bob Costello de l’ATA

0

Bob Costello, économiste en chef de l’American Trucking Associations, est convaincu que la deuxième plus longue expansion économique de l’histoire des États-Unis se poursuivra, malgré quelques signes de ralentissement au cours des derniers mois.

«Il n’y a aucune raison de s’inquiéter», a-t-il déclaré lors de la conférence annuelle de l’Association. «Nous allons assister à une décélération de notre industrie et de l’économie, mais décélération ne signifie pas diminution.»

Plusieurs tendances confortent son optimisme.

«Le marché du travail est fort», a-t-il donné en exemple. Au cours des 12 derniers mois, 200 000 emplois ont été créés chaque mois et le taux de chômage de septembre est tombé à des niveaux jamais vus depuis 1969. «Il y a plus de possibilités d’emploi dans l’économie aujourd’hui que de chômeurs», a-t-il déclaré. «Nous n’avons jamais vu cela.»

Cela ne signifie pas que tout le monde est prêt à travailler. Les compétences disponibles ne correspondent pas toujours aux ouvertures.

Cette année, les salaires et les traitements devraient également augmenter de 3,1 %, marquant ainsi le premier essor de ce type dans ce cycle économique. «Cela se traduit par plus de dépenses», a-t-il ajouté. Les dépenses en biens aux États-Unis devraient augmenter de 3,5 % l’année prochaine, tandis que les achats pour la période des Fêtes devraient augmenter de 4,1 % cette année.

Le secteur de la construction est également fort. Cette année, 1,3 million de nouveaux logements ont été construits aux États-Unis – le nombre le plus élevé depuis 2007. «Bien sûr, quand je dis cela tout le monde panique», a déclaré M. Costello. Mais il a rappelé à l’assistance que le pays construisait 2 millions de nouvelles maisons par an avant la grande récession, lorsqu’une bulle immobilière est apparue.

Les dépenses du secteur manufacturier augmentent également et M. Costello voit dans le nouvel accord conclu entre les États-Unis, le Mexique et le Canada (AEUMC) un élément positif, et il espère que l’accord commercial sera signé.

Les achats en ligne continuent de nécessiter que davantage de produits soient stockés près des consommateurs. «Nous avons assisté à une explosion d’entrepôts à travers le pays», a-t-il déclaré.

Les prix de détail du diesel devraient rester stables cette année, mais M. Costello émet une mise en garde en lien avec un changement à survenir en janvier 2020, lorsque l’Organisation maritime internationale plafonnera la teneur en soufre des navires transportant des hydrocarbures. «Cela exercera probablement une pression à la hausse sur les prix de notre diesel», a-t-il ajouté.

Bien que les ventes de camions soient à la hausse, elles ne semblent pas avoir augmenté la capacité. «C’est un cycle de remplacement, en grande partie parce que vous ne pouvez pas trouver assez de chauffeurs», de poursuivre M. Costello. «L’emploi augmente, mais cela ne veut pas dire que la capacité augmente.»

On pense que la croissance du nombre de tracteurs achetés par les grandes flottes de camions publiques est davantage liée aux entreprises qui embauchent des employés pour compenser la baisse du nombre de sous-traitants indépendants.

L’économiste a également contesté l’idée selon laquelle des salaires plus élevés régleraient la pénurie de chauffeurs. «Si ce n’était qu’une question de salaire, la résoudre serait facile», a-t-il déclaré. Comme preuve, il a évoqué les flottes européennes qui continuent d’avoir du mal à trouver des chauffeurs, même si elles offrent des salaires relativement élevés à ceux qui viennent de pays comme la Roumanie.

«Cela», conclut-il, «nous indique que c’est un problème de style de vie.»

Partager.

Laisser une réponse