Hyndman Transport de Lévis emporté par la faillite de Celadon

0

Le Groupe Celadon d’Indianapolis aux États-Unis, société mère de Hyndman Transport qui a des terminaux à Lévis au Québec et à Ayr en Ontario, a déposé un avis de faillite en vertu du chapitre 11 américain peu après minuit ce matin.

Que ce soit en Ontario ou au Québec, plus personne ne répond au téléphone chez Hyndman malgré les nombreux appels placés par Transport Routier. Même au recrutement ou aux ventes, des départements où l’on se rue généralement sur le téléphone, seules des boîtes vocales semblent toujours en activité. Sur le site Internet de Hyndman, « l’assistant chat » nous renvoie au recrutement.

Le réseau CTV a toutefois réussi à parler au président et chef de la direction de Celadon, Paul Svindland, qui a confirmé qu’Hyndman faisait partie de la faillite.

Selon les données recueillies par notre publication sœur Today’s Trucking pour son Top 100 annuel des plus grandes compagnies de transport au pays, Hyndman a 725 employés au Canada, en plus de 80 routiers autonomes. Sa flotte canadienne est composée de 538 tracteurs et 2 350 remorques.

Il est pour l’instant impossible de savoir combien de personnes perdent leur emploi au terminal de Lévis ni combien de chauffeurs deviennent disponibles ou ce qu’il adviendra du matériel roulant.

La compagnie de transport québécoise C.A.T. a été proactive sur le réseau professionnel LinkedIn, la vice-présidente exécutive Karine Goyette allant aux devants des chauffeurs de Celadon et leur offrant de les aider à revenir chez eux s’ils en avaient besoin, ainsi qu’un emploi chez C.A.T.

Joint au téléphone, le président du Groupe Guilbault, Éric Gignac, s’est également dit prêt à offrir du travail à des chauffeurs se retrouvant soudainement sans emploi, à son terminal de Québec comme aux autres centres opérationnels de l’entreprise.

Même si le dernier communiqué destiné aux investisseurs disponible sur le site Web de Celadon remonte au 12 juillet dernier, l’entreprise a récemment connu des déboires avec les autorités américaines pour des histoires de manipulations comptables.

Celadon a dû payer un peu plus de 42 millions $ pour régler le litige avec le département de la Justice américain.

Ce texte a été mis à jour afin de confirmer qu’Hyndman Transport était inclus dans la faillite de Celadon et refléter l’intérêt de transporteurs québécois à l’égard des chauffeurs nouvellement sans emploi.

Partager.

Laisser une réponse