Les changements dans les chargements affectent la rémunération nette aux États-Unis

0

Bob Costello, économiste en chef de l’American Trucking Associations, peut énumérer une longue liste de raisons pour lesquelles le camionnage est en plein essor aux États-Unis, notamment l’augmentation des activités de consommation, du secteur de la construction et de la production en usine. Pourtant, il y a des défis à relever – en particulier lorsqu’il s’agit de trouver des gens prêts à travailler derrière un volant.

La réponse naturelle a été d’augmenter les salaires, et la paie des chauffeurs américains a augmenté d’environ trois pour cent au cours de l’année dernière, a-t-il déclaré dans une présentation lors de la récente conférence Outlook d’Omnitracs.

Cela ne signifie pas nécessairement que les chauffeurs gagnent plus d’argent. Les tracteurs qui parcouraient autrefois 200 000 km par année peuvent avoir du mal à atteindre 160 000 km dans l’environnement d’exploitation actuel. Un chargement moyen parcourait 1 280 km dans une remorque fourgon en 2000, mais seulement 848 km l’an dernier, a indiqué M. Costello.

Ne cherchez pas plus loin que le commerce électronique pour en connaître l’une des principales raisons. Depuis 2000, les ventes en ligne pour les détaillants sans magasin sont en hausse de 246 pour cent, tandis que les détaillants qui ont pignon sur rue ont vu leurs ventes en ligne augmenter de 78 pour cent – pour atteindre 16 pour cent du chiffre d’affaires global. Ce sont les mêmes produits qui sont accompagnés d’une promesse de livraison en deux jours. Les détaillants ont réagi en ouvrant de nouveaux centres de distribution pour répondre aux besoins, modifiant les modèles de trafic en cours de route.

La façon dont ces expéditeurs emballent efficacement la marchandise modifie également le nombre de camions qui sont requis.

«Ils ont compris l’emballage parfaitement», poursuit-il. L’eau est retirée des produits comme le détergent à lessive. Et les remorques qui transportaient autrefois 100 téléviseurs grand écran peuvent maintenant contenir des centaines de téléviseurs à écran plat.

«Notre potentiel de croissance n’est pas aussi élevé qu’autrefois», toujours selon M. Costello. «Bien que les ventes de camions soient fortes, on ne sait pas quelle portion des véhicules est destinée à remplacer plutôt qu’à ajouter de la capacité.»

En 2016, les grandes flottes ont réduit leur nombre de tracteurs de 5 pour cent, tandis que les petites flottes l’ont augmenté de 5,1 pour cent – en partie parce qu’il y avait du matériel roulant usagé à faible kilométrage sur le marché. Le kilométrage moyen par camion et le prix par camion ont tous deux chuté de 15 pour cent en deux ans.

Au moment où les volumes de fret se sont rétablis, au début de 2017, la capacité des grandes flottes continuait de diminuer en raison du manque de chauffeurs disponibles. La taille des petites flottes a été réduite de 0,2 pour cent.

Partager.

Laisser une réponse