Daimler et Volvo alliés dans les piles à combustible hydrogène

Avatar

Les rivaux de toujours de la fabrication de camions, Daimler Truck AG et le Groupe Volvo, ont annoncé ce matin la création d’une coentreprise par le biais de laquelle ils mettront au point conjointement des piles à combustible hydrogène destinées aux camions des deux groupes, et potentiellement à ceux d’autres constructeurs.

Daimler déploie son expertise, ses droits de propriété intellectuelle et ses activités courantes liées aux piles à combustible dans l’initiative, Volvo s’y taillant une participation de 50% en injectant la somme de 600 millions d’euros (650,8 millions de dollars US).

Chacune des deux entreprises ajoutera des sommes supplémentaires « dans les neuf chiffres » dans la coentreprise, a précisé Martin Daum, président du Conseil d’administration de Daimler Truck AG à l’occasion d’un appel conférence avec les médias en matinée.

Martin Daum et Martin Lundstedt, grands patrons de Daimler Truck AG et du Groupe Volvo.

« Le leadership s’exprime par les partenariats », a pour sa part indiqué le président et chef de la direction du Groupe Volvo, Martin Lundstedt, au sujet de l’alliance inattendue. Les deux dirigeants estiment que ce partenariat permettra d’accélérer la mise au point de la technologie des piles à combustible dans des applications commerciales, contribuant à l’atteinte de leurs obligations en vertu de l’accord de Paris sur le climat, incluant la fin de la production de moteurs à combustion interne d’ici 2050.

La coentreprise sera basée à Nabern en Allemagne, là où se trouve l’essentiel des activités de Daimler en matière de piles à combustible. M. Daum ajoute toutefois que d’autres sites – dans la région de Vancouver en Colombie-Britannique et ailleurs en Allemagne – se verront confier des mandats de production. La coentreprise – qui sera une entité autonome et indépendante, précisent ses créateurs – permettra de réduire les coûts de recherche et développement de Daimler et de Volvo, tout en accélérant la pénétration de la technologie des piles à combustible sur le marché.

« Nous demeurerons des concurrents dans tous les autres domaines », a souligné M. Lundstedt. « Mais nous partageons la même vision d’une transformation vers des solutions de transport durables. En travaillant ensemble, nous pouvons agir plus vite, ce qui est bénéfique pour nos clients mais, plus important encore, pour la société dans son ensemble. »

La formation de la coentreprise est non contraignante et doit attendre le feu vert des autorités réglementaires.

Compléments aux batteries

Les piles à combustible hydrogène sont considérées comme étant complémentaires aux technologies de camions électriques à batteries. Elles conviennent particulièrement aux longs trajets et lourdes cargaisons puisque l’énergie peut être produite à bord du véhicule.

Pour M. Daum, l’annonce faite aujourd’hui s’inscrit dans les moments charnières de son parcours professionnel. « Il s’agit d’une journée historique pour le camionnage », a-t-il dit.

L’objectif est d’amener la production de piles à combustibles à des volumes élevés d’ici le milieu de la décennie et d’atteindre le stade de la grande production en série environ 10 ans plus tard.

« Nous ne partons pas de zéro », a insisté le patron de Daimler Truck. « Nous bâtissons à partir d’une base solide et menée à maturité. Nous disposons d’une longue expérience de recherche et développement de cette technologie. »

Selon M. Daum, ce partenariat avec Volvo pourrait servir de déclencheur pour que d’autres intervenants se mettent en marche, par exemple pour mettre en place l’infrastructure de distribution requise par les camions tirant leur électricité de piles à combustible hydrogène.

« Nous ne pouvons pas tout faire nous-mêmes. Mais aujourd’hui, nous avons très vigoureusement placé le premier jalon vers l’atteinte de cet objectif », a déclaré M. Daum.

Il n’est pas écarté que la coentreprise – qui n’a pas encore de nom – fournisse des piles à combustible à d’autres fabricants.

« La coentreprise produira une pile à combustible pouvant alimenter des camions Daimler et des camions Volvo, mais aussi d’autres véhicules et même des applications hors route telles que la génération de puissance », a expliqué M. Daum. « Nous ne voulons pas mettre en place une entreprise qui ne compte que deux actionnaires. Pourquoi pas une industrie tout entière? Notre objectif est de disposer de la pile à combustible la plus performante sur le marché. »

Lorsqu’on lui a demandé si Daimler et Volvo avaient été motivés dans leur démarche par la pression qu’exercent certains nouveaux fabricants qui commenceraient à leur souffler dans le cou, M. Daum a répliqué du tac au tac : « Nous leur mettons autant de pression qu’ils en mettent sur nous. »

La coentreprise devrait au départ compter environ 250 employés. M. Lundstedt, qui est dans l’industrie depuis une trentaine d’années tout comme son vis-à-vis de Daimler, se dit emballé du potentiel qui se profile à l’horizon.

« Les piles à combustible, ça a toujours été pour dans 10 ans. Pour la première fois de ma carrière, on en est plus près que ça », a-t-il déclaré.

« Je suis optimiste à l’effet que, dans 20 ans, les piles à combustible couvriront le marché en entier, dans 95% des applications », a conclu M. Daum.

Donnez votre avis

Vos données ne seront ni publiées, ni partagées.

*