Des sénateurs américains réclament des limiteurs de vitesse sur les camions

0

Il y a 10 ans, l’Ontario et le Québec ont mis en place un programme de limitation de vitesse pour les camions, réglant la vitesse maximale pour les véhicules lourds à 105 km/h ou 65 miles/h.

Aujourd’hui, les États-Unis veulent suivre l’exemple dans un contexte de forte augmentation des accidents mortels impliquant des camions lourds. Deux sénateurs américains ont présenté un projet de loi exigeant que les camions soient équipés de limiteurs de vitesse, également réglés à une vitesse maximale de 105 km/h.

Des organismes en faveur de la sécurité routière comme Road Safe America et la Truck Safety Coalition ont fait pression sur le Congrès pendant des mois pour adopter un tel projet de loi.

«La majorité des camions sur nos routes ont déjà une technologie de limitation de vitesse intégrée, et le reste du monde technologiquement avancé l’utilise déjà pour s’assurer que les conducteurs respectent des vitesses sécuritaires», a déclaré le sénateur républicain Johnny Isakson, qui a parrainé le projet de loi avec le sénateur démocrate Chris Coons.

«Ce projet de loi imposerait officiellement une limite de vitesse tant attendue de 65 miles/h pour les gros camions et réduirait le nombre de décès évitables sur nos routes achalandées.»

Les sénateurs ont souligné que le département du Transport avait reporté l’adoption d’une mesure sur les limiteurs de vitesse plus de 20 fois depuis la proposition initiale en 2011.

La Trucking Alliance, une coalition pour la sécurité composée d’entreprises de transport et de logistique, a déclaré qu’elle espérait l’adoption du projet de loi par le Congrès.

L’an dernier, plus de 140 000 personnes ont été tuées ou blessées dans des accidents impliquant des camions lourds, selon la Trucking Alliance.

Les organismes en faveur de la sécurité soulignent également que les limiteurs de vitesse n’entraîneront pas de coûts supplémentaires, car la plupart des camions sont déjà équipés de la technologie.

Une étude du ministère des Transports de l’Ontario a révélé que les collisions liées à la vitesse impliquant de gros véhicules utilitaires avaient chuté de 73 % après l’entrée en vigueur de la loi, selon l’Ontario Trucking Association.

L’étude comparait les données de 2006-08 à celles de 2010-12, a indiqué l’association dans un rapport publié en 2017.

Partager.

Laisser une réponse