Emballage Cartier abrite le plus grand laboratoire en optimisation d’emballage au pays

Vous connaissez peut-être Emballage Cartier pour avoir croisé de ses camions sur la route, mais son activité principale, c’est la distribution de solutions d’emballage. L’entreprise de Saint-Césaire vient d’investir 600 000 $ dans l’expansion de son laboratoire d’innovation et l’achat de nouveaux équipements, devenant ainsi le plus grand laboratoire en optimisation d’emballage au Canada.

David Cartier dirige l’entreprise qui a été fondée par son père en 1980. «Nous avons comme vision d’être un spécialiste en solutions d’emballage. Nous avons regardé ce qui se faisait ailleurs dans le monde et cela nous a fait découvrir l’International Safe Transit Association (ISTA), une communauté de grandes entreprises qui font des tests, qui essaient de reproduire, qui se demandent ce qui se passe dans les camions, dans les avions, les trains», explique M. Cartier. 

On s’y pose des questions du genre : un camion qui accélère, ça développe combien de G? Qu’est-ce que subit la marchandise à l’intérieur? «Il n’y a pas grand monde qui s’enferme dans un camion pour voir à quel point ça brasse sur les routes», lance David Cartier.

(Photo: Emballage Cartier)

Emballage Cartier a mis son laboratoire sur pied il y a une dizaine d’années, avec «quelques machines dans le fond de notre entrepôt», au début. L’investissement de 600 000$ a permis d’agrandir le laboratoire d’innovation et d’y ajouter de nouveaux équipements à la fine pointe, dont une table de compression dynamique, une chambre de conditionnement et des équipements d’emballage, y compris une emballeuse automatique.

Cette gamme d’équipements permet de recréer le parcours complet d’une marchandise et de déterminer le point d’optimisation de l’emballage de celle-ci. Ce processus tient compte du produit à livrer, du moyen de transport utilisé et des conditions, notamment la distance, l’état des routes et les impacts potentiels.

«La chambre de conditionnement nous permet de constater les changements de températures et d’humidité. On peut voir le carton s’affaisser ou le bois qui va absorber l’humidité à l’intérieur d’un conteneur, par exemple.»

David Cartier, président d’Emballage Cartier (Photo: Emballage Cartier)

Avec la table de compression dynamique, on peut recréer les vibrations d’un camion, des accélérations et des décélérations. Un appareil permet de tester des chutes de colis, reproduisant ce qui se passe dans les camions de livraison. Incidemment, il a été déterminé qu’un colis va tomber en moyenne 17 fois entre le lieu d’expédition et sa livraison au domicile du client.

David Cartier a lui-même été livreur pour la compagnie familiale. Il sait que les chauffeurs sont souvent pointés du doigt quand une palette est renversée dans un camion. «Les chauffeurs se font couper, ils doivent parfois freiner en urgence, il y a les carrefours giratoires, les routes au dégel. C’est toute une aventure, une journée pour un chauffeur. Et ils ne savent pas nécessairement ce qu’il y a dans le camion», explique M. Cartier.

Les problèmes de renversement de cargaisons sont souvent attribuables à un emballage mal fait, a-t-on constaté chez Emballage Cartier. «Pour des palettes semblables, on a vu des emballeurs qui mettaient trois tours de pellicule, d’autres qui faisaient dix tours. Pourquoi? Nous nous sommes appliqués à mettre en place des standards d’emballage pour éviter que les chauffeurs ne ramènent des cargaisons brisées.»

Avec le boom du commerce électronique, les entreprises de livraison de colis cherchent des livreurs. On se retrouve donc avec des gens qui n’ont jamais fait de transport qui, du jour au lendemain, effectuent 50 ou 60 livraisons de colis par jour, observe David Cartier.

«Des emballages non optimisés peuvent entraîner des pertes du chiffre d’affaires allant jusqu’à 10 % selon la taille de l’entreprise. Considérant que 80 % des entreprises n’ont pas encore optimisé leur emballage, nous souhaitons, avec notre laboratoire d’innovation, les aider à identifier et implanter la meilleure solution d’emballage afin d’accroître leur productivité, réduire le suremballage et éliminer leurs risques de dommages», indique David Cartier.

Le laboratoire d’innovation d’Emballage Cartier est prêt à faire des essais pour des entreprises de camionnage, par exemple, qui seraient intéressées à utiliser ses services. 

Vous pouvez visionner une capsule vidéo 360 du laboratoire ici : https://360.emballagecartier.com/

Steve Bouchard écrit sur le camionnage depuis plus de 20 ans, ce qui en fait de loin le journaliste le plus expérimenté dans le domaine au Québec. Steve est le rédacteur en chef de l’influent magazine Transport Routier, publié par Newcom Média Québec, depuis sa création en 2000. Il est aussi le rédacteur en chef du site web transportroutier.ca, il agit comme rédacteur conseil du magazine L’automobile et il contribue aux magazines Today’s Trucking et Truck News.

Steve rédige aussi le bulletin électronique de Transport Routier, Les nouveautés du routier, et il participe à l’élaboration des stratégies de communication pour le salon ExpoCam de Montréal, propriété de Newcom.

Steve est détenteur d’un permis de conduire de classe 1 depuis 2004 et il est le seul journaliste de camionnage au Québec à avoir gagné des prix Kenneth R. Wilson de la Presse spécialisée du Canada, l’or et l’argent deux fois chacun.

Steve a occupé la présidence et la présidence du Conseil du Club des professionnels du transport du Québec et il représente les médias au comité des fournisseurs de l’Association du camionnage du Québec. En 2011, il a reçu le prestigieux prix «Amélioration de l’image de l’industrie» remis par l’Association du camionnage du Québec.

Donnez votre avis

Vos données ne seront ni publiées, ni partagées.

*