Financement annoncé pour le projet SuperTruck 3

Avatar

Le département de l’Énergie des États-Unis a annoncé un financement supplémentaire de 100 millions de dollars pour un troisième projet SuperTruck.

Cette fois, le projet sera élargi pour inclure à la fois des camions de poids moyen et lourd, et sera axé sur l’électrification du camionnage. La secrétaire à l’Énergie des États-Unis, Jennifer Granholm, a annoncé ce financement lors d’un webinaire organisé hier matin avec le North American Council for Freight Efficiency (NACFE).

«Pour atteindre la carboneutralité d’ici 2050, nous devons réduire de façon marquée la plus grande source d’émissions : le secteur des transports», a déclaré Mme Granholm. «Les deux premières initiatives SuperTruck du département de l’Énergie ont poussé les plus importants fabricants de camions, sur le marché américain des semi-remorques, à faire des progrès considérables en matière d’efficacité énergétique. Ce nouveau financement multiplie par trois ces progrès en favorisant l’électrification des camions de toutes tailles, les efforts visant à améliorer l’accès à la recharge des véhicules électriques, et le développement de moteurs automobiles à faibles émissions.»

Le SuperTruck de Navistar (photo : James Menzies)

Le projet SuperTruck initial, lancé en 2009, a permis aux fabricants d’équipement d’améliorer de 50 % l’efficacité du transport par camion lourd, tandis que le projet SuperTruck 2 pourrait permettre de doubler les kilomètres par gallon, voire plus. Daimler, Volvo, Cummins/Peterbilt et Navistar font partie des entreprises qui ont bénéficié du financement accordé au projet SuperTruck 2.

La prochaine étape s’échelonnera sur quatre ans et devrait contribuer à l’amélioration des systèmes tout électriques, des systèmes hybrides rechargeables faisant appel à des biocarburants renouvelables et des technologies de piles à combustible hydrogène. Mme Granholm a ajouté que le plus récent projet SuperTruck arrive à un moment «passionnant et urgent».

«C’est passionnant, car il y a tellement d’occasions de revendiquer la part de l’Amérique sur le marché international des énergies propres, ce qui signifie la création de millions d’emplois», a-t-elle précisé. «Et c’est urgent, car nous ne pouvons pas tarder à mener une guerre totale contre les changements climatiques, et le secteur des transports est l’un des principaux champs de bataille.»

Elle ajoute que, pour la première fois, le programme ne se limitera pas aux camions de classe 8.

Le SuperTruck de Daimler (photo : DTNA)

«Nous voulons toutes sortes de camions. Des camions de collecte des ordures, des camions de livraison utilisés pour déposer des colis à votre domicile, des dépanneuses qu’on appelle en cas d’urgence – tous les camions de poids moyen ou lourd en circulation, nous voulons qu’ils fonctionnent avec des énergies alternatives ou plus propres», de dire Mme Granholm.

Deux camionneurs qui ont bénéficié des technologies développées dans le cadre des précédents programmes SuperTruck étaient également présents lors de l’annonce. Joel Morrow, chauffeur d’essai et formateur chez Ploger Transportation, a démontré beaucoup d’enthousiasme envers les groupes auxiliaires de bord à énergie solaire et à la manière dont ils contribuent à améliorer le sommeil et à réduire la pollution.

«Ça fonctionne très bien et c’est très silencieux», a-t-il dit. «Certaines alternatives que nous utilisions dans le passé comportaient un moteur diesel pour faire fonctionner le système de climatisation une fois stationné, ou nous faisions tourner le moteur principal au ralenti. Ceci élimine cela.»

Il a également souligné que le concept de «downspeeding», c’est-à-dire l’abaissement du régime moteur, été perfectionné dans le cadre des projets SuperTruck. «Grâce à des projets comme SuperTruck, nous commençons à voir la productivité et l’efficacité aller de pair, et c’est une excellente chose pour le chauffeur», de poursuivre M. Morrow.

Et selon lui, les petites flottes et les voituriers-remorqueurs bénéficient du processus de validation des produits qui a lieu dans le cadre du programme, avant que ces technologies ne soient mises sur le marché.

«Il est super important de valider que les technologies sont prêtes pour le monde réel», explique-t-il. «Au début, nos camions avaient des systèmes antipollution qui n’ont pas eu cette validation, et beaucoup de petites flottes et de voituriers-remorqueurs s’en sont pris plein la figure sur le terrain. Il est très important que ces technologies soient validées par des programmes comme SuperTruck et par le NACFE pour que nous ayons la certitude, une fois sur le terrain, qu’elles seront prêtes pour le monde réel et que nous n’aurons pas à faire de rétro-ingénierie.»

M. Morrow a souligné que les petites flottes et les voituriers-remorqueurs se font concurrence sur le plan de l’efficacité, alors que les grandes flottes ont l’avantage que le confère leur taille. Il est donc essentiel que les technologies qu’ils adoptent fonctionnent comme prévu.

Clark Lee, un chauffeur chez Nussbaum, a convenu de l’importance «d’amener ce matériel sur le terrain et de s’assurer qu’il fonctionne, de manière que lorsqu’il sera question de taille, le voiturier-remorqueur moyen qui possède un camion ou deux sache que la technologie va fonctionner, qu’elle va lui faire économiser de l’argent et qu’elle va contribuer à préserver l’environnement».

Mike Roeth, directeur général du NACFE, s’est félicité de l’accent mis sur des technologies comme les batteries électriques et les piles à hydrogène, car ce sont elles qui vont probablement gagner la bataille à long terme.

«En fin de compte, nous pensons que les batteries électriques et les piles à combustible à hydrogène seront les principales technologies qui nous permettront d’atteindre les objectifs de neutralité carbone d’ici 2040-2050», a déclaré M. Roeth.

Kelly Speakes-Backman, première sous-secrétaire d’État adjointe au département de l’Énergie des États-Unis, a ajouté que l’administration actuelle financera également le déploiement de l’infrastructure de recharge des véhicules électriques. Une annonce distincte faite en même temps que celle du programme SuperTruck 3 visait à faire installer des chargeurs de véhicules électriques dans des immeubles d’habitation et d’autres zones où des voitures électriques sont susceptibles d’être déployées.  

«Vous allez entendre cette administration et le département de l’Énergie parler de déploiement, déploiement, déploiement. Nous sommes prêts à aller de l’avant», de conclure Mme Speakes-Backman, ajoutant que le président américain Joe Biden a annoncé son intention de déployer 500 000 chargeurs de véhicules électriques aux États-Unis d’ici 2030.

Donnez votre avis

Vos données ne seront ni publiées, ni partagées.

*