Grève au port de Montréal : le gouvernement fédéral s’apprête à intervenir

Avatar

Plus de 1 100 membres du Syndicat des débardeurs du Port de Montréal ont entamé une grève générale illimitée à 7h00 ce matin, notamment en réponse à la modification des horaires de travail des débardeurs par l’Administration portuaire de Montréal (AEM).

Or, cet arrêt de travail – qui ne touche pas le déchargement des marchandises en lien avec la lutte contre la pandémie de COVID-19, a assuré le Syndicat la semaine dernière – pourrait être de courte durée.  

Dans une série de messages publiés sur Twitter dimanche, la ministre du Travail, Filomena Tassi, a déclaré que le gouvernement fédéral s’apprêtait à intervenir.

«Ce matin, notre gouvernement a émis un préavis de dépôt de législation intitulé Loi prévoyant la reprise et la poursuite des activités au port de Montréal», a-t-elle écrit dimanche.

«Le gouvernement doit agir lorsque toutes les autres options sont épuisées et qu’un conflit de travail cause d’importants préjudices économiques aux Canadiens. Le port de Montréal est essentiel à la vitalité économique des Canadiens de tout le pays, en particulier ceux du Québec et de l’est du pays.»

Dans un communiqué publié dimanche après-midi, l’APM a affirmé qu’il s’agissait d’un «signal clair de la reconnaissance du caractère stratégique du Port de Montréal».

Rappelons que des biens totalisant en moyenne 275 M$ circulent chaque jour sur les quais du port de Montréal, allant des produits agroalimentaires aux produits pharmaceutiques, en passant par des matériaux de construction. Une récente étude économique estime qu’une interruption prolongée des activités portuaires représente une perte de 10 M$ à 25 M$ par jour pour l’économie.

Donnez votre avis

Vos données ne seront ni publiées, ni partagées.

*