La Covid-19 donne un coup de pouce à la demande de fret – mais cela durera-t-il?

0

Les entreprises de camionnage canadiennes ne savent toujours pas comment la pandémie de Covid-19 affectera leurs activités à long terme, mais pour l’instant, la situation a été favorable pour les volumes de fret.

«Nous avons en fait constaté une augmentation la semaine dernière par rapport à la semaine précédente», a déclaré Derek Koza, président-directeur général de Wellington Group of Companies. «Nous constatons que les secteurs des soins de santé, des articles ménagers essentiels, des produits alimentaires et des produits de nettoyage se redressent tous, tandis que l’automobile, l’électronique et les produits de première nécessité sont restés stables.»

La semaine dernière, Wellington a livré pas moins de 28 chargements de papier de toilette dans une seule région des États-Unis. Mais M. Koza ne sait pas comment les volumes de fret vont réagir lorsque les achats de panique s’atténueront.

«Puisque c’est une première pour nous – faire face à une pandémie virale – nous avions naturellement pensé que nos volumes seraient en baisse», a-t-il déclaré à notre publication sœur Today’s Trucking. «Nous constatons en fait le contraire et nous avons lu que la semaine dernière a été une semaine record pour la plupart en ce qui concerne les volumes, et nous voyons des rapports supplémentaires indiquant que les marchés au comptant sont en hausse. En cette période de pandémie, l’industrie du camionnage s’intensifie de manière importante pour soutenir la demande.»

M. Koza a reconnu que la hausse actuelle des volumes pourrait ne pas durer. «Il est logique de comprendre que si les consommateurs achètent aujourd’hui du matériel pour les prochaines semaines ou les prochains mois, le besoin ne sera pas là dans un mois pour les mêmes articles, car les ménages ont accumulé des stocks.»

Jared Martin, directeur général de Speedy Transport, a constaté une tendance similaire.

«Les produits de base à forte consommation évidents ont augmenté, ce qui a compensé les articles non essentiels», a-t-il déclaré. «Dans l’ensemble, nos niveaux de volume ont été soutenus mais nous prévoyons une forte baisse du segment de la vente au détail cette semaine.»

Avery Vise, vice-président du camionnage pour la firme FTR, a déclaré que les flottes aux États-Unis connaissent une hausse similaire de la demande, alors que la capacité du marché au comptant américain se resserre pour atteindre les niveaux de 2018.

«En particulier pour le camionnage, franchement, la semaine dernière a été plutôt avantageuse», a déclaré M. Vise en entrevue. «Nous avons constaté une pression supplémentaire sur le marché au comptant.»

Selon M. Vise, le marché au comptant se resserrait déjà avant l’épidémie, mais la demande a encore augmenté au cours des sept à 10 derniers jours. Le déséquilibre entre la disponibilité des chargements et l’affichage de matériel roulant, sur le site d’affichage de cargaisons et d’équipement Truckstop.com, a établi un nouveau record pour la dixième semaine de l’année, selon les dernières données publiées dimanche soir par le site. En conséquence, les taux du marché au comptant ont augmenté lentement mais sûrement, au profit des transporteurs. Et les bas prix du diesel ont également stimulé la rentabilité de ces derniers.

Économisez chaque dollar

M. Vise a exhorté les transporteurs à gérer soigneusement leurs finances tant qu’ils le peuvent.

«Ce que les gens ont surtout intérêt à savoir, c’est qu’ils doivent économiser chaque dollar au cours des prochaines semaines», a-t-il prévenu, soulignant que la baisse des prix du diesel offre un avantage à court terme puisque les transporteurs continuent de recevoir des paiements en fonction de la surcharge carburant basée sur les prix antérieurs du diesel pendant environ 30-45 jours. «L’avantage à court terme, c’est que vous recevez des paiements en fonction de la surcharge carburant basée sur des prix du diesel considérablement plus élevés. Vous aurez donc un petit coup de pouce, mais cela est sur le point de s’arrêter et même de s’inverser éventuellement.»

La bonne nouvelle, selon M. Vise, c’est que les prix du diesel devraient rester bas en raison de la baisse de la consommation des voyageurs et de l’industrie du transport aérien.

En ce qui concerne l’avenir, M. Vise a déclaré que FTR prévoyait quelques trimestres négatifs avant un éventuel rebond. «La reprise pourrait ne pas commencer avant le troisième trimestre», a-t-il prévenu, ajoutant que FTR pourrait revoir ses prévisions à la baisse.

Karen Campbell-Jones, directrice du marketing chez TransCore Link Logistics, a déclaré qu’une hausse des volumes de chargement, observée sur le marché canadien au comptant de Loadlink, est probablement davantage causée par la fin des barrages ferroviaires et des tempêtes hivernales dans certaines régions de l’Ontario, du Québec et du Canada atlantique, que par la demande liée au virus.

«À ce jour, nous ne constatons pas de tendance directement liée au virus sur Loadlink», a-t-elle déclaré à Today’s Trucking.

Les flottes répondent à la menace

Les flottes réagissent à la pandémie de diverses manières, notamment en faisant travailler les employés de bureau à domicile et en fournissant aux conducteurs des informations et du matériel.

«La plupart des entreprises annulent tous les rendez-vous en personne, demandent à ceux qui peuvent travailler à domicile de le faire, et demandent aux personnes qui ont voyagé de s’isoler pendant 14 jours à leur retour», a déclaré Mike Millian, président de l’Association canadienne du camionnage d’entreprise, lorsqu’on lui a demandé quelles sont les mesures prises par les flottes privées.

«Elles fournissent aux chauffeurs du gel antibactérien, des lingettes désinfectantes et des informations sur l’hygiène, et les incitent à limiter autant que possible les contacts avec d’autres personnes. Elles fournissent également des informations sur les symptômes et sur la marche à suivre s’ils en ont. Certains membres ralentissent à cause de cela et font travailler les gens en rotation. D’autres dans l’industrie alimentaire et médicale souffrent d’une pénurie de chauffeurs en raison de la demande et des temps d’attente pour le chargement et le déchargement.»

Wellington Group a développé une campagne de sensibilisation pour l’ensemble du personnel et n’accueille actuellement pas de visiteurs dans ses installations. Les employés ont été invités à éviter les rendez-vous externes, et l’entreprise a uniquement recours à des conférences téléphoniques avec les vendeurs, les fournisseurs et les clients pendant 30 jours.

«Nous avons également demandé aux membres de notre personnel d’éviter les rassemblements non essentiels, les centres commerciaux, les lieux de divertissement, etc., pour améliorer leur sécurité et celle de tous les employés et des membres de leur famille», a déclaré M. Koza. Un employé a été invité à travailler à domicile pendant 14 jours après son retour d’un voyage international, tandis que neuf autres employés travaillent à domicile.»

«Personne n’a présenté de symptômes, mais nous prenons cela au sérieux pour protéger la santé de tous les employés et de la communauté de Wellington Group of Companies», de conclure M. Koza. «Nous continuerons de surveiller la situation et de fournir des nouvelles mises à jour à notre personnel, et nous prendrons des dispositions supplémentaires si nécessaire.»

Partager.

Laisser une réponse