La pandémie redéfinit la livraison du dernier kilomètre

0

Les fournisseurs de livraison du dernier kilomètre devront s’ajuster à la façon dont les magasins seront exploités après la pandémie de la COVID-19.

Brody Buhler, directeur général mondial, Courrier et colis chez Accenture, a prévenu, lors d’une conférence présentée à Movin ’On le 3 juin, qu’à mesure que les magasins de briques et de mortier sont convertis en centres de distribution, il sera primordial de compter sur des systèmes de livraison efficaces.

Les détaillants ont déjà investi pour permettre des options comme le click-and-pick (ramassage sur le trottoir) et la livraison locale, et ils voudront maintenir ces options à l’avenir, a indiqué M. Buhler.

«Les investissements ont déjà été faits, a-t-il réitéré. «Cette transformation, qui fait qu’on utilise les magasins comme centres de distribution, se poursuivra à l’avenir et constituera une nouvelle caractéristique dominante de la nouvelle normalité.»

La COVID-19 a aussi accéléré l’utilisation du commerce électronique, une autre tendance qui, selon M. Buhler, devrait perdurer. Un achat sur six est désormais effectué en ligne, comparativement à un sur 20 avant la pandémie, et un tout nouveau groupe de consommateurs traditionnels s’est désormais converti par nécessité. Il est peu probable qu’ils fassent marche arrière une fois que les options de vente au détail traditionnelles seront revenues, a souligné M. Buhler.

Le commerce électronique est également stimulé par l’écrasement de l’économie causé par la COVID-19. Bien que plus de 33 millions d’Américains soient depuis peu au chômage, et que plus de 50% des Français sont présentement pris en charge par l’État, il reste encore de l’argent à dépenser en ligne. En effet, les dépenses associées aux voyages, aux divertissements et aux restaurants ont disparu, laissant plus d’argent à dépenser en ligne.

Alors que les consommateurs restent plus près de chez eux, le commerce local devient plus important.

«Les entreprises qui travaillent pour favoriser le commerce local seront probablement les grands gagnants dans l’avenir», prédit M. Buhler.

L’étude des régions du monde où la pandémie de Covid-19 s’est stabilisée a révélé que les habitudes d’achat acquises pendant le confinement sont restées longtemps après la stabilisation. «Les consommateurs vont lentement revenir à la normale», a déclaré M. Buhler. «Les consommateurs que vous pensiez connaître, vous ne les connaissez plus. Tout a changé.»

Les entreprises de livraison du dernier kilomètre constatent un changement dans la nature des volumes : moins de courrier, plus de colis, moins de B2B, plus de B2C. Les modèles de livraison traditionnels, selon lesquels l’expédition part d’un centre de distribution pour se rendre à un dépôt de livraison pour finalement se rendre au client, ne fonctionneront plus, prévoit Brody Buhler, car l’expédition se fera souvent du magasin au consommateur dans un rayon de cinq kilomètres.

Alors que les consommateurs restent plus près de chez eux, le commerce local devient plus important.

L’étude des régions du monde où la pandémie de Covid-19 s’est stabilisée a révélé que les habitudes d’achat utilisées pendant le lock-out sont restées longtemps après la stabilisation. «Les consommateurs vont lentement revenir à la normale», a déclaré Buhler. «Les consommateurs que vous pensiez connaître, vous ne le savez pas. Tout a changé.»

Les entreprises de livraison du dernier kilomètre constatent une évolution des volumes – moins de courrier, plus de colis, moins de B2B, plus de B2C. Les modèles de livraison traditionnels de l’expédition d’un centre de distribution à un dépôt de livraison puis au client ne fonctionneront plus, a déclaré Buhler, car l’expédition se fera souvent du magasin au consommateur dans un rayon de cinq kilomètres.

Des systèmes d’automatisation et de tri plus flexibles et évolutifs, pouvant être rapidement installés dans les espaces existants, seront nécessaires. Les analyses devront être mieux utilisées pour augmenter la capacité et l’efficacité de traitement.

Ces habitudes changeantes ont également des implications environnementales, alors que des véhicules de livraison seront ajoutés aux routes, en particulier dans les centres urbains. On estime qu’il y aura 36% plus de véhicules de livraison sur les routes du monde d’ici 2025, alors qu’en même temps, les grandes villes interdisent les véhicules dépendant des combustibles fossiles.

«Les implications pour Postes Canada, c’est que tous les projets que nous avions prévus pour les  cinq à 10 prochaines années avec la robotique et l’automatisation doivent maintenant être complétés pour demain», de dire Charles Brewer, PDG de Postes Canada. «Notre univers a incroyablement changé.»

La société explore de nouvelles méthodes de livraison comme les vélos cargo dans les grandes villes. M. Brewer ajoute que la COVID-19 a obligé la société à accélérer les investissements dans les capacités de commerce électronique.

Bien que mis au défi de s’adapter à l’évolution rapide des habitudes de vente au détail découlant de la pandémie de la COVID-19, les fournisseurs de livraison du dernier kilomètre n’ont jamais été aussi appréciés, remarque M. Brewer.

«Le niveau d’appréciation de nos employés est absolument phénoménal», constate Charles Brewer. «La livraison n’a jamais été aussi importante.»

«Vous êtes devenus une bouée de sauvetage», de lui dire M. Buhler.

Movin ’On est une conférence mondiale sur la durabilité organisée par Michelin et qui se tient traditionnellement à Montréal en juin. La conférence de cette année s’est tenue en ligne les 3 et 4 juin en raison des restrictions imposées par la pandémie de la COVID-19.

Partager.

Laisser une réponse