Le Canada se joint à First Movers Coalition, une plateforme collaborative dans la dynamisation d’énergies propres

Née d’une initiative du président des États-Unis Joe Biden lors de la Conférence des Nations Unis sur les changements climatiques à Glasgow, en Ecosse, en 2021, la First Morves Coalition (FMC) ajoute un pays à ses membres: le Canada.

Crédit photo: Istock.

Regroupement d’entreprises et d’États, la FMC s’attaque prioritairement à sept grands secteurs industriels dont l’impact carbone compte pour plus de 30% de toutes les émissions de gaz à effet de serre (GES). Ces industries sont le camionnage, l’aluminium, le béton, l’expédition, l’aviation, l’acier et le chimique.

C’est le ministre fédéral de l’Innovation, des Sciences et de l’industrie, François-Philippe Champagne, qui en a fait l’annonce le 18 janvier dernier à Ottawa. « En adhérant à cet organisme, le gouvernement du Canada s’engage à acheter des produits à zéro ou faible émission, et ce même si les coûts sont supérieurs ».

Cette adhésion du gouvernement canadien ajoute des outils à son objectif de carboneutralité, lequel est fixé à l’année 2050. Pour y arriver, le Canada devra compter sur les joueurs majeurs de chacune des industries ciblées. C’est aussi pour envoyer un message sans équivoque aux grands pollueurs qu’il a adhéré à cette coalition. « ll faut développer, acheter et intégrer de nouvelles technologies propres, lesquelles sont indispensables à la transition vers la carboneutralité », dit finalement le communiqué de presse.

Donnez votre avis

Vos données ne seront ni publiées, ni partagées.

*