Le gel d’embauche au MTQ nuira aux contribuables et à la sécurité routière, disent les syndiqués

0

Le Syndicat de professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec (SPGQ) dit condamner le gel d’embauche au ministère des Transports.

Selon Line Lamarre, présidente du SPGQ, les 1 200 membres qu’elle représente et qui assurent la planification des travaux routiers sont déjà « en constante surcharge de travail », ce qui est tout à fait contradictoire avec un gel de l’augmentation des effectifs, dit-elle.

Selon le syndicat, une telle mesure ne fera qu’amplifier le besoin de recourir à la sous-traitance, dans un contexte de pénurie de main-d’œuvre. Le syndicat juge que cette situation « ouvre la porte à davantage de collusion et de corruption ».

Il se questionne également sur le maintien de l’intégrité du réseau routier advenant une perte d’expertise interne. « Doit-on attendre l’effondrement d’un autre viaduc pour agir? », se demande Mme Lamarre.

En entrevue à Radio-Canada, le ministre des Transports du Québec, François Bonnardel, a déclaré qu’évoquer de tels scénarios catastrophes était « irresponsable », ajoutant : « On fait toutes les inspections possibles pour s’assurer que le réseau est sécuritaire. »

Partager.

Laisser une réponse