Le gouvernement du Canada investit dans l’infrastructure de transport du port de Montréal

0

Marc Garneau, ministre des Transports, et Rachel Bendayan, députée d’Outremont, ont fait l’annonce d’un nouvel investissement de 18,5 millions de dollars pour financer un projet en vue d’augmenter l’efficacité, la capacité et la sûreté du transport en réduisant les temps d’attente et les goulots d’étranglement concernant le transport des conteneurs au port de Montréal.

Le projet consiste à mettre en place un système informatique pour la logistique des camions qui permet aux camionneurs de s’enregistrer pour avoir accès aux terminaux du port, ce qui augmentera la fluidité de la circulation; construire un pont ferroviaire à la sortie du portail d’entrée des camions pour améliorer la circulation des camions au port; installer sur le territoire portuaire une série de panneaux électroniques qui fourniront en temps réel de l’information aux camionneurs; et élaborer un réseau de communication pour réduire la circulation des camions aux abords du port.

Ces investissements entraîneront la création d’environ 370 emplois pendant la période de construction.

«Notre gouvernement investit dans les infrastructures physiques et numériques du port de Montréal pour stimuler la croissance économique, créer des emplois de qualité pour la classe moyenne, et veiller à ce que les réseaux de transport du Canada demeurent concurrentiels et efficaces», a déclaré M. Garneau. «L’investissement accordé au port aidera à réduire la congestion et la circulation des camions aux différents terminaux et aux abords de ces derniers.»

Le ministre a également annoncé un financement de 600 000 $ accordé à l’Université de Montréal pour évaluer les répercussions des changements climatiques sur l’infrastructure du port de Montréal et pour déterminer la résistance de celle-ci aux effets des changements climatiques.

Ce financement s’inscrit dans le cadre de l’Initiative de l’évaluation des risques liés aux ressources de transport, qui est dotée d’un budget de 16 millions de dollars sur cinq ans et que Transports Canada a mise sur pied afin de mieux comprendre les risques climatiques menaçant les actifs de transport fédéraux et de mieux envisager les solutions d’adaptation possibles.

Partager.

Laisser une réponse