Le marché des camions reste solide malgré les vents contraires, selon Mack

Quelle que soit l’évolution de l’économie en général, les fabricants de camions ne devraient pas subir de plein fouet les effets d’un éventuel ralentissement.

Alors que l’activité manufacturière de camions a traditionnellement reflété l’économie en général, les commandes en attente sont plus nombreuses que d’habitude, la demande reste stable et les camions nord-américains vieillissent en raison des problèmes de la chaîne d’approvisionnement et des pénuries de main-d’œuvre qui nuisent à la production.

Jonathan Randall, vice-président principal des opérations de vente et de communication chez Mack, s’est montré optimiste quant au marché nord-américain des camions lors d’un événement de presse tenu à Bethlehem (Pennsylvanie) cette semaine.

«Nous nous dirigeons vers un ralentissement [économique]. Nous croyons que la croissance du PIB sera probablement égale ou inférieure à 2 % l’année prochaine, ce qui vous indique que les choses ralentissent définitivement. Cependant, au même moment, nous nous trouvons face à une demande sans précédent de camions commerciaux», a-t-il déclaré. «C’est la dichotomie avec laquelle nous jonglons lorsque nous parlons de ce qui se passe dans notre industrie.»

(Photo : James Menzies)

Les dépenses de consommation ralentissent et les taux d’intérêt et l’inflation augmentent. Mais en même temps, les bons de fabrication sont en hausse et le chômage reste faible.

«Cet intéressant bras de fer entre les indicateurs économiques normaux qui suggèrent une récession et la demande incroyablement forte [de matériel] est assez déroutant», de dire M. Randall.

La demande reste incroyablement élevée

Les clients n’annulent pas leurs commandes. Au contraire, ils cherchent à ajouter des unités, poursuit-il. «La demande reste incroyablement élevée.»

Mack s’attend à ce que la demande de camions de classe 8 aux États-Unis, au Canada et au Mexique atteigne 300 000 unités cette année, et croit qu’elle va augmenter l’année prochaine.

«Ce qui nous donne cette conviction, ce sont les carnets de commandes et l’âge moyen des camions», a-t-il ajouté, soulignant que les camions plus anciens coûtent plus cher à exploiter et à entretenir. «Les coûts d’entretien augmentent et les cycles de remplacement sont plus longs parce que nous n’avons pas été en mesure de répondre à la demande de remplacement. Nous croyons donc au maintien d’une très forte demande dans un avenir prévisible pour l’industrie des camions commerciaux.»

Le marché du transport longue distance est au cœur de la croissance, représentant plus de 52 % des nouvelles immatriculations de camions, par rapport à 47 % l’année dernière. En temps normal, 30 % de la production de Mack est destinée à l’inventaire des concessionnaires, mais ce pourcentage a été réduit à 5-6 %, car la plupart des camions qui quittent les chaînes de montage sont déjà réservés par des clients.

Des gains dans le segment des poids moyens

Selon M. Randall, l’incursion de Mack dans le segment des véhicules de poids moyen avec sa MD Series est arrivée au bon moment, juste avant que la pandémie ne frappe. Le fabricant est passé d’aucune part de marché dans ce segment à 4,7 % depuis le début de l’année, et jusqu’à 6 % au cours des derniers mois. «Nous sommes passés de 0 à 100 milles à l’heure assez rapidement», a déclaré M. Randall à propos de sa présence sur le marché des véhicules de poids moyen.

En ce qui concerne le marché plus large des camions commerciaux, il a déclaré : «Nous semblons résister assez bien aux autres pressions économiques générales à ce stade. Nous sommes prêts pour de bons moments à venir dans tous nos segments.»

Et alors que les flottes de transport longue distance s’efforcent d’acquérir de nouveaux camions, certaines essaient le Mack Anthem pour la première fois. Cela crée un équilibre délicat pour Mack, car le fabricant cherche à s’implanter auprès de nouveaux acheteurs tout en répondant à la demande de ses clients existants dans la mesure du possible.

«Nous avons accès à des clients que nous n’avions pas auparavant», de conclure M. Randall. «Nous faisons des conquêtes et nous fournissons des Mack Anthem à des flottes qui n’ont jamais travaillé avec Mack auparavant. Mais nous voulons également nous assurer de soutenir nos bons clients à long terme. Nous gérons donc les deux du mieux que nous pouvons dans l’environnement actuel.»

Donnez votre avis

Vos données ne seront ni publiées, ni partagées.

*