Le PEACVL franchit une étape majeure pour sa pérennité

0

Après neuf ans et deux projets pilotes, le Programme enrichi d’accès à la conduite de véhicules lourds (PEACVL) a franchi une étape importante, alors qu’un projet de règlement visant à faciliter l’accès à la conduite de véhicules lourds aux jeunes de 18 ans a fait l’objet d’une prépublication dans la Gazette officielle du Québec.

Le PEACVL constitue l’une des mesures visant à aider les transporteurs face à la pénurie de chauffeurs. Il a pour but de permettre aux jeunes diplômés d’un des deux Centres de formation en transport de Charlesbourg ou de Saint-Jérôme d’accéder à la conduite de véhicules lourds à partir de l’âge de 18 ans.

En 2011, l’Association du camionnage du Québec (ACQ) a commencé à intensifier ses demandes auprès du gouvernement afin d’élaborer un projet permettant aux jeunes d’obtenir le droit de conduire un véhicule lourd plus rapidement.

Malgré quelques réticences, un premier projet pilote, d’une durée de trois ans, a été mis en place impliquant 40 jeunes aspirants chauffeurs, soit 20 au Centre de formation en transport de Charlesbourg (CFT) et 20 au Centre de formation en Transport routier de Mirabel (CFTR).

Un décret ministériel a permis, en 2016, de reconduire le programme mais, cette fois, pour une durée de quatre ans et avec maximum de 300 jeunes de partout au Québec, permettant aux autorités gouvernementales d’obtenir l’échantillonnage de plus grande ampleur qu’elles souhaitaient.

Emmy Desrosiers est une jeune routière qui a pris part au programme PEACVL. (Photo: courtoisie)

L’ACQ dit accueillir l’annonce de la prépublication du règlement avec une très grande satisfaction. «La prépublication est un bon indicateur que l’on s’en va vers la législation. Nous étions confiants des résultats, mais notre objectif était assurément la pérennité de ce programme », a indiqué Marc Cadieux, PDG de l’ACQ.

«Étant donné que le projet pilote se terminait en avril 2020, il était difficile de créer une synergie avec les jeunes intéressés par le PEACVL», de dire Normand Bourque, coordonnateur, dossiers techniques et opérationnels à l’ACQ. «On ne pouvait pas aller intéresser les jeunes au programme au début de leur secondaire, car on ne savait pas s’il allait encore exister. Que le projet pilote devienne un règlement, c’est une étape majeure dans la pérennité du programme.»

Le deuxième projet pilote a connu un succès tel que des transporteurs ont été placés sur une liste d’attente. «Les transporteurs ont compris l’intérêt du programme, ils ont pris de l’expérience au point de vue de l’encadrement des jeunes et les assureurs ont été rassurés par la réussite du premier projet pilote», de dire M. Bourque.

Il est difficile de compiler des chiffres quant à la rétention, car les jeunes camionneurs peuvent changer d’emploi, mais des statistiques sommaires montrent qu’ils restent dans l’industrie.

Eric Gignac, PDG du Groupe Guilbault, est un fervent partisan du programme et l’un des transporteurs qui a accueilli le plus de jeunes candidats. «C’est une des meilleures nouvelles que l’industrie a eues depuis un bon moment », nous a-t-il confié. » Les objectifs sont atteints et les résultats sont très positifs. On doit toujours se réinventer et s’améliorer, et le gouvernement est ouvert à ce genre de choses. C’est gagnant-gagnant.»

Sauf un, tous les jeunes qui ont fait partie du PEACVL chez Guilbault sont restés, dont un qui occupe maintenant un poste de répartiteur en chef.

« Il y a des bonnes têtes qui sortent de ce programme. Des jeunes sérieux et talentueux. Tous les transporteurs devraient y participer», croit M. Gignac.

L’étape de prépublication franchie, le règlement est maintenant soumis à une période de 45 jours au cours de laquelle les personnes souhaitant soumettre des commentaires pourront le faire. Ensuite, le projet de règlement sera ajusté au besoin en fonction des commentaires reçus, pour finalement aller à la publication finale. On prévoit que le règlement entrera en vigueur à l’automne.

Partager.

Laisser une réponse