Le troisième lien de Québec bénéficiera au camionnage, dit Legault

Avatar

C’est en fin de journée hier que le premier ministre François Legault, entouré de plusieurs membres de son cabinet et des maires de Québec et Lévis, a présenté ce qu’il est convenu d’appeler le Réseau express de la Capitale (REC). Les autorités ont profité de l’occasion pour donner plus de détails quant au projet de troisième lien entre Québec et Lévis.

« Le tunnel va profiter à l’ensemble des usagers de la route, y compris pour le transport de marchandises, pour tout l’est du Québec », a lancé M. Legault au sujet du tunnel d’environ 8,3 kilomètres, à deux étages, qui demeure à construire. L’ouvrage comportera 3 voies de 3,5 mètres de largeur par direction.

« Le tunnel va profiter à l’ensemble des usagers de la route, y compris pour le transport de marchandises, pour tout l’est du Québec », a  déclaré François Legault. (Photo : Cabinet du premier ministre)

Le tunnel Québec-Lévis offrira un lien direct entre les deux centres-villes. Il reliera l’autoroute Jean-Lesage (20), à la hauteur de la route Monseigneur-Bourget, à l’autoroute Laurentienne (973), à la hauteur du boulevard Wilfrid-Hamel. Selon le gouvernement du Québec, les temps de parcours seront diminués et la fluidité dans le secteur des ponts Pierre-Laporte et de Québec sera améliorée.

« Le transport de marchandises sera lui aussi amélioré considérablement, puisque le nouveau lien permettra de traverser le fleuve plus à l’est, notamment via la sortie Dufferin-Montmorency », peut-on lire dans le communiqué émis par le cabinet du premier ministre.

La réalisation du tunnel, dont le coût de construction est estimé entre 6 et 7 milliards $, s’échelonnera sur un horizon de 10 ans à partir de 2022 et fera l’objet prochainement d’une demande de financement officielle auprès du gouvernement fédéral.

Les trois voies de circulation de chaque direction seront superposées. (Capture d’écran d’une vidéo du REC)

Le même événement de presse a été l’occasion de discuter du tramway de Québec et d’une meilleure desserte en transport en commun de la capitale nationale. Si ces projets obtiennent l’adhésion du public, ce sera également un élément positif pour l’industrie du camionnage puisqu’il y aurait moins de voitures sur les routes qu’empruntent les camions.

L’ACQ satisfaite

L’Association du camionnage du Québec (ACQ) a réagi positivement à l’annonce du gouvernement Legault, disant que le nouveau lien « permettra sans aucun doute d’optimiser le transport des marchandises. »

Le président-directeur général de l’ACQ, Marc Cadieux, s’est dit « heureux de voir que le premier ministre Legault a indiqué qu’il n’y aurait pas de péage pour accéder au tunnel. »

« Le ministère des Transports nous a assuré que notre industrie serait consultée tout au long du processus, ce qui nous permettra de voir à ce que les réalités et besoins des entreprises de transports soient pris en considération dans le développement du tunnel Québec-Lévis », a conclu M. Cadieux.

Ce texte a été mis à jour pour y inclure la réaction de l’ACQ.

Donnez votre avis

Vos données ne seront ni publiées, ni partagées.

*