Le vent en poupe pour l’hydrogène en transport

Dans la même journée du 1er août dernier, deux annonces importantes ont été faites concernant l’hydrogène : une à Edmonton, en Alberta, et une autre sur le continent européen, plus précisément en Allemagne.

Du côté canadien, la firme Aurora Hydrogen a d’abord annoncé que 10 millions de dollars US avaient été récoltés auprès d’investisseurs afin de contribuer à la décarbonation rapide des transports et de l’industrie manufacturière.

Istock
L’intégration de l’hydrogène aux solutions écoresponsables en transport de marchandise . Photo : Istock.

Reconnue mondialement pour sa technologie exclusive de pyrolyse par micro-ondes pour produire de l’hydrogène, laquelle ne nécessite aucune consommation d’eau, Aurora Hydrogen précise que son innovation ne rejette aucun CO2 durant le processus de fabrication.

Cette vague de financement permettra donc à l’entreprise de surfer sur la popularité grandissante d’une source d’énergie prometteuse, renouvelable et propre dans sa version verte. Selon le Conseil de l’hydrogène, le marché mondial de l’hydrogène passera de 130 milliards de dollars US actuellement à plus de 2,5 billions US en 2025. Il est urgent, selon eux, de développer de nouvelles technologies à faible coût et à faible émission de carbone pour la production d’hydrogène.

C’est dans cette mouvance que Aurora Hydrogen s’inscrit depuis sa fondation:

« Le financement récent sera donc utilisé pour construire et exploiter une usine de démonstration de 200kg-H2/jour pour des essais sur le terrain à Edmonton. La production annuelle d’hydrogène est soit coûteuse et distribuée, soit peu coûteuse et centralisée, ce qui entraîne des coûts supplémentaires pour le transport. La technologie d’Aurora a le potentiel de débloquer de nombreux nouveaux marchés et applications de l’hydrogène en fournissant de l’hydrogène à faible coût au point d’utilisation, accélérant ainsi la voie vers la décarbonations dans le transport lourd, le chauffage résidentiel et commercial, et de nombreux processus industriels. »

À terme, la contribution d’Aurora Hydrogen à la décarbonation de l’économie se fera à la hauteur de 900 millions de tonnes annuellement. Cette solution, qui utilise 80% moins d’électricité que l’électrolyse, servira les pays dont la production d’électricité se fait avec du charbon, du gaz naturel ou du pétrole.

Un nouveau camion à l’hydrogène en Allemagne

Du côté allemand, le manufacturier QUANTRON, qui s’est déjà largement investi dans la conversion sans émissions de camions et autobus au diesel depuis sa création, présentera, en septembre prochain à la foire de l’IAA Transportation d’Hanovre, en Allemagne, son premier camion lourd FCEV (Fuel Cells Electric Vehicles) de 44 tonnes alimenté aux piles à combustible à l’hydrogène vert. Un camion au long cours qui s’ajoute notamment à celui, prévu entre 2025 et 2030, par le manufacturier suédois Volvo.

Photo : QUANTRON.
Dévoilement du nouveau camion au long cours QUANTRON à l’hydrogène en septembre 2023 à Hanovre, en Allemagne. Photo : QUANTRON

Cette première mondiale, à laquelle Transport routier assistera en présentiel, fait partie d’une offensive de QUANTRON qui comprend déjà une gamme de camions légers 100% électriques pour une utilisation urbaine/ courtes distances et des bus entièrement électriques.

Se définissant comme un leader en transport écoresponsable pour la région du DACH (Allemagne, Autriche et Suisse, ou Communauté helvétique), QUANTRON commercialisera, dès 2023 nous dit le communiqué de l’entreprise, son camion au long cours à hydrogène en partenariat avec le fabricant de piles à combustible Ballard Power Systems.

Forte d’une croissance de son chiffre d’affaires de 360% dans les six premiers mois de 2022 par rapport à l’an passé, la compagnie s’enorgueillit d’avoir IKEA parmi ses clients. Le manufacturier suédois de meubles roule en effet avec des camions zéro émission chez ses 300 clients quotidiens dans la ville de Vienne, en Autriche.

Le vent en poupe, l’hydrogène? Ça ressemble de plus en plus à une vague de fond contre laquelle il sera difficile de résister.

Rédacteur professionnel depuis plus de 15 ans, Christian possède une expérience considérable à titre de journaliste spécialisé en transport, notamment à titre de directeur de la rédaction de L'Écho du transport, magazine aujourd'hui disparu, et de Transport durable magazine.

Donnez votre avis

Vos données ne seront ni publiées, ni partagées.

*