Les camionneurs travailleurs étrangers pourront continuer à traverser la frontière

0

Les camionneurs qui sont des travailleurs étrangers et qui doivent traverser la frontière canado-américaine seront autorisés à retourner au Canada, a indiqué l’Association du camionnage du Québec (ACQ) dans son bulletin quotidien spécial sur la Covid-19. .

La nouvelle a été confirmée par le bureau du ministre de la Sécurité publique, Bill Blair, et clarifiée par la US Customs and Border Protection.

De telles zones grises sont particulièrement préoccupantes, car le Canada et les États-Unis restreignent les voyages non essentiels entre les deux pays. Mais le commerce et les échanges commerciaux continuent.

«Nous comptons plusieurs chauffeurs européens qui n’ont pas encore leur résidence permanente, ils ont des visa de travail ouverts ou fermés», explique Marc-André Hubert, directeur général de C.H. Express, à Saint-Jean-sur-Richelieu. Sur la trentaine de camionneurs qu’il engage, environ le quart sont des travailleurs étrangers qui se rendent aux États-Unis.

«Ce ne sont pas des voyageurs. Ils sont là pour travailler.»
– Marc-André Hubert

Cela «changerait complètement la donne» si les chauffeurs européens n’étaient pas autorisés à se rendre aux États-Unis, a-t-il déclaré. «Ce ne sont pas des voyageurs. Ils sont là pour travailler.»

Des questions comme celles-ci font partie des sujets soulevés lors de la conférence téléphonique quotidienne qui a lieu entre le PDG de l’ACQ, Marc Cadieux, et le comité d’urgence du ministère des Transports du Québec.

Marc Cadieux, PDG de l’Association du camionnage du Québec.

Lundi (le 16 mars), le MTQ a réitéré ce que le premier ministre du Québec, François Legault, avait clarifié à quelques reprises, soit que les chauffeurs qui reviennent des États-Unis n’ont pas à se placer en quarantaine lorsqu’ils rentrent au pays.

«Le premier ministre a dit que l’industrie du transport des marchandises est très importante dans la chaîne d’approvisionnement, et qu’il n’y a pas obligation de quarantaine pour les chauffeurs qui reviennent des États-Unis, sauf évidemment s’il y a des symptômes», a répété M. Cadieux.

Dans son bulletin du mardi 17 mars, l’ACQ a confirmé, après vérification avec la New Jersey Trucking Association, qu’il n’y a pas de couvre-feu en place présentement dans cet État; le couvre-feu a été évoqué par l’État, mais aucune mesure à cet effet n’affecte le transport de marchandises jusqu’à maintenant.

L’ACQ a aussi indiqué que l’État de la Pennsylvanie a décrété la fermeture de toutes les aires de repos et de stationnement exploitées par l’État. Toutefois, les haltes routières exploitées par l’entreprise privée demeurent ouvertes, ce qui comprend celles du Pennsylvania Turnpike. L’American Trucking Associations et l’Alliance canadienne du camionnage travaillent de concert avec l’Association du camionnage de la Pennsylvanie afin que les aires fermées soient rouvertes rapidement.

Partager.

Laisser une réponse