Les camions prennent la route pour la réouverture de la construction résidentielle

0

Le lundi 20 avril, une partie de la construction résidentielle a redémarré au Québec, après un arrêt de près d’un mois en raison de la pandémie de COVID-19.

Le gouvernement du Québec a inclus les chantiers de construction résidentielle dans la liste des activités prioritaires, afin de compléter la livraison des unités prévues au plus tard le 31 juillet et d’éviter une crise du logement qui s’ajouterait à la crise sanitaire.

Considérés comme essentiels, les commerces offrant des services de quincaillerie sont demeurés ouverts.

Grâce à l’explosion des ventes en ligne, Patrick Morin inc. a pu garder tous ses chauffeurs.

L’entreprise offre la livraison à domicile gratuite pour un minimum d’achat en ligne et pour certains produits*. Pour répondre à la demande, l’entreprise a loué des fourgonnettes pouvant être conduites par des détenteurs de permis de classe 5, libérant les chauffeurs titulaires d’un permis de conduire de classe 3 pour la livraison des matériaux et des grosses commandes.

Michel St-Jean, directeur général de Patrick Morin inc.

«Les livraisons commerciales représentent environ 30 pour cent du volume de vente», indique Michel St-Jean, directeur général de Patrick Morin inc.

Le protocole qui a été mis en place pour les livraisons à domicile sera utilisé sur les chantiers. «Les camions sont désinfectés avant et après les quarts de travail. On y trouve du gel désinfectant et des gants. Les livreurs respectent la distanciation de deux mètres, ils demandent au client son nom et une preuve d’identité, mais ne font pas signer la facture. Le même processus va s’appliquer sur les chantiers», assure M. St-Jean.

«Nos équipes ont reçu une formation à savoir comment respecter la distanciation sociale. Nous suivons aussi toutes les communications de l’APCHQ et de l’Association de la construction du Québec.»

Les stocks en magasin suffisent déjà à combler la demande de 30 pour cent attendue avec la réouverture des chantiers. Patrick Morin inc. compte en outre un centre de distribution à Saint-Paul-de-Joliette. «Nous avons profité de l’arrêt pour monter nos inventaires. Le moment était idéal, car nos partenaires qui livrent chez nous par camions avaient de la capacité de transport, et on sait que, présentement, la circulation routière est favorable aux camionneurs et le transport se fait plus rapidement. Nous en avons profité pour faire le plein de stock.»

Une excellente nouvelle

À la réouverture des chantiers résidentiels, le 20 avril, Groupe BMR comptait sur une flotte de 26 camions pour desservir l’ensemble de ses magasins corporatifs, soit une hausse de 14 camions par rapport aux dernières semaines marquées par la pandémie, indique Martin Lecomte, vice-président détail. «Nous prévoyons que ce nombre augmentera encore davantage au cours des prochains jours, alors que les activités sur les chantiers reprendront graduellement leur rythme habituel», nous a-t-il indiqué.

La reprise partielle des chantiers de construction résidentielle est une excellente nouvelle pour Groupe BMR, alors qu’elle permet de retrouver bon nombre de chauffeurs et de relancer les opérations du côté des entrepreneurs. «Cela dit, nous ne ménagerons aucun effort afin d’assurer la sécurité de nos employés et de nos clients en offrant un service conforme aux normes sanitaires émises par Québec», précise M. Lecomte.

«Nous avons conçu une procédure très stricte que les chauffeurs doivent suivre lors des livraisons. Par exemple, le port de gants et de lunettes de protection, de même que le respect de la distanciation de deux mètres, sont obligatoires. Dans les rares cas où deux employés sont à bord d’un même camion, le port du masque est aussi exigé.»

Martin Lecomte, vice-président détail au Groupe BMR

Groupe BMR a aussi installé une station de désinfection dans tous ses camions. Les chauffeurs doivent donc se laver les mains et désinfecter leur équipement avant et après chaque livraison.

«Assurément, la différence principale avec l’avant COVID-19 réside dans les mesures sanitaires à instaurer et à appliquer», constate Martin Lecomte, qui assure lui aussi que l’approvisionnement ne pose pas de problème.

«En toute transparence, il y a peu d’impacts de notre côté en ce qui a trait à l’approvisionnement. Nous avons été identifiés comme commerce essentiel, nous n’avons jamais arrêté de nous approvisionner et nos fournisseurs opérationnels ont été en mesure de répondre à la demande. Dans tous les cas, nous avons toujours des stocks qui sont commandés en prévision de plusieurs mois. Nous n’avons donc pas connu de problème à cet effet.»

Reprise importante pour le béton

La reprise de la construction résidentielle signifie aussi une remise en marche partielle de l’industrie du béton, qui était pratiquement arrêtée depuis le 24 mars.

«Si on se fie aux statistiques de l’Ontario – province où la construction résidentielle n’a pas été arrêtée – on doit s’attendre à une hausse de 30 % à 60 % des activités selon la région», estime Luc Bédard, président de l’Association Béton Québec.

Selon le secteur et le moment de l’année, la construction résidentielle peut en effet représenter jusqu’à 60 % du volume de l’industrie du béton au Québec. «C’est un secteur assez névralgique», souligne Luc Bédard. «En Montérégie, en Estrie et à Québec, des gens avaient déjà commencé à creuser pour faire leurs fondations. Ça va reprendre rapidement.»

*La livraison est offerte gratuitement lors d’un achat en ligne de 50 $ et plus avant taxes. Certaines exclusions s’appliquent.

Partager.

Laisser une réponse