Les chauffeurs plus fidèles à leur employeur aux É-U

Avatar

C’est fou ce que la perspective d’une baisse de l’activité économique, jumelée à des hausse substantielles des salaires peuvent agir comme vecteurs de loyauté chez les chauffeurs de camions.

L’American Trucking Associations (ATA) rapporte en effet que le taux de roulement des chauffeurs a chuté de 11% aux États-Unis au troisième trimestre de 2018, après deux trimestres pendant lesquels les routiers étaient plus enclins à changer d’employeur ou à quitter l’industrie.

Chez les grands transporteurs de charges complètes (TL), le taux de roulement est descendu à 87%, son plus bas niveau depuis le premier trimestre de 2017, alors qu’il s’établissait à 74%.

Toujours selon l’ATA, les transporteurs de plus petite envergure (chiffre d’affaires annuel de moins de 30 millions $ US) ont vu leur taux de roulement de chauffeurs demeurer inchangé à 72% au troisième trimestre de 2018. Ce sont néanmoins les flottes faisant du transport de charges partielles (LTL) qui semblent le mieux s’en sortir, avec un taux de roulement de seulement 10%, en baisse de 4%.

« Plusieurs facteurs peuvent expliquer cette baisse du taux de roulement », a déclaré Bob Costello, économiste en chef de l’ATA. « D’abord, les hausses de salaires accordées par les flottes semblent faire leur effet, les chauffeurs demeurant en poste chez leur employeur actuel. Ensuite, nous avons observé un ralentissement des marchés du transport de marchandises au cours du troisième trimestre après le rythme effréné observé plus tôt en cours d’année. Historiquement, des volumes de marchandises moins élevés s’accompagnent d’une baisse du taux de roulement chez les chauffeurs », a-t-il ajouté.

Donnez votre avis

Vos données ne seront ni publiées, ni partagées.

*