Ottawa doit réinvestir la taxe carbone dans les technologies vertes de camionnage, dit l’ACC

0

Le gouvernement du Canada déposera son budget annuel dans une semaine très exactement et l’Alliance canadienne du camionnage (ACC) demande au ministre fédéral des Finances, Bill Morneau, de réinvestir les milliards de dollars en taxes sur le carbone payées par les entreprises de camionnage sous forme d’aide à ces mêmes flottes afin qu’elles puissent se munir de technologies vertes permettant de réduire leur consommation de carburant et leurs émissions.

Il pourrait par exemple s’agir de carénages aérodynamiques réduisant la turbulence entre un tracteur et sa remorque, de jupes latérales de remorques, de pneus à faible résistance au roulement, de technologies de réduction des périodes de marche au ralenti, etc.

« Si les revenus générés par les taxes carbone au sein de l’industrie ne sont pas utilisés pour permettre la pénétration plus rapide de technologies de réduction de carbone destinées aux camions diesel, alors il devient difficile pour les transporteurs de comprendre quelle est au juste l’utilité d’une taxe carbone dans notre secteur d’activité », a déclaré hier le président de l’ACC, Stephen Laskowski.

Selon l’ACC, le fédéral pourrait s’inspirer de programmes provinciaux tels qu’Écocamionnage au Québec ou du Programme de promotion des véhicules utilitaires écologiques en Ontario et retourner une partie de ces taxes à l’industrie pour qu’elle puisse doter ses camions de dispositifs qui permettent de réduire l’empreinte carbone des véhicules lourds.

Il est à noter que le fédéral a déjà en place une initiative qui vise cet objectif, appelé Programme d’évaluation écoénergétique des flottes de transport des marchandises. Ce programme, géré par Ressources naturelles Canada, permet aux flottes de faire évaluer par des professionnels le potentiel d’amélioration de leur bilan environnemental. Ottawa s’engage à défrayer 50% des coûts du processus d’évaluation lui-même jusqu’à concurrence de 10 000 $, puis à contribuer financièrement à l’achat de l’équipement permettant d’atteindre les objectifs fixés.

L’ACC dit par ailleurs qu’elle surveillera de près l’aide financière à la formation de la main-d’œuvre qui sera octroyée dans le cadre du budget de mardi prochain. Stephen Laskowski fait valoir qu’avec tous les efforts demandés à l’industrie du camionnage pour que ses chauffeurs soient formés à un niveau de professionnalisme digne de ce nom, « l’ACC accueillerait favorablement toute annonce du gouvernement visant à soutenir l’industrie dans ce dossier. »

Partager.

Laisser une réponse