Partage de services mécaniques entre transporteurs pendant la COVID-19

0

C’est fou ce qu’un service à la clientèle à l’écoute en temps de crise peut générer comme créativité et solidarité.

C’est ce qui s’est produit chez DataDis, la firme de Québec connue pour son logiciel d’entretien préventif MIR-RT qui est utilisé par plus de 700 flottes d’ici et d’ailleurs au pays.

« En appelant nos clients simplement pour avoir des nouvelles, comment ils vivaient la crise, on s’est rendus compte de deux réalités », explique le directeur des ventes Guillaume Laliberté.

« On avait des clients dont les opérations doivent continuer parce que c’est un service essentiel mais qui manquent de personnel dans l’atelier de mécanique parce que des techniciens sont en confinement, d’autres qui vivent une réalité avec des enfants à la maison, etc. Ça fait en sorte qu’il n’y avait plus la main-d’œuvre nécessaire pour continuer à réparer et à garder leurs véhicules sur la route », dit-il.

Ces flottes se sont trouvées prises de court, cherchant des endroits où envoyer leurs véhicules pour en faire l’entretien. Le casse-tête est d’autant plus complexe que bien des ateliers externes  – concessionnaires ou indépendants – fonctionnent déjà à pleine capacité et ont du mal à accueillir un volume de clientèle supplémentaire.

« À l’inverse, on parlait à des clients transporteurs dont les opérations sont plutôt ralenti mais qui ne veulent pas perdre leurs mécaniciens sur l’assurance-emploi avec le risque qu’ils ne reviennent pas, dans un marché où le recrutement et la rétention de main-d’œuvre sont très difficiles », ajoute M. Laliberté.

Ces flottes, elles, cherchent plutôt du travail pour maintenir leurs techniciens et mécaniciens occupés.

L’équipe de DataDis a compris que ces difficultés opposées pouvaient se transformer en solutions et a entrepris de jumeler les entreprises de transport par camion qui souffrent d’un manque de capacité de services mécaniques de véhicules lourds avec celles qui, au contraire, en ont un surplus.

« On a fait un portail Web qui met en relation les personnes qui offrent et les personnes qui demandent [des services mécaniques] », déclare M. Laliberté pour expliquer la démarche de la firme de logiciels.

Les utilisateurs se facturent entre eux, sans intervention de DataDis. Les transporteurs qui se considéraient comme des concurrents il y a quelques semaines à peine se retrouvent maintenant dans une relation d’affaires et d’entraide.

« On est tous dans le même bateau et on se rend compte à quel point on peut être vulnérables face à des situations exceptionnelles », estime M. Laliberté, pour qui cela appelle à des mesures exceptionnelles.

Le portail se trouve sur le site Web de DataDis, sous l’onglet « Nouvelles » et le mot clic #TousEnsemble. On y retrouve deux catégories : des gens qui recherchent des services mécaniques, et d’autres qui en offrent. Les entreprises s’identifient, tissent des liens et font affaire ensemble lorsqu’elles le jugent pertinent.

Le porte-parole de DataDis indique que le service – entièrement bénévole – est appelé à se perfectionner et à offrir des fonctionnalités telles que la localisation géographique. Par exemple si la flotte « X » de Drummondville a un chauffeur dont le camion fait des siennes dans le secteur de Rimouski, il pourra rapidement identifier la flotte « Y » qui s’y trouve et peut lui donner un coup de pouce. Cela pourrait même s’étendre à différentes provinces canadiennes.

La nouvelle s’est apparemment propagée à vitesse « grand V » et les demandes de jumelage affluent, se félicite l’équipe de DataDis.

« On ne fait pas ça pour la business, on fait vraiment ça pour aider dans une situation de crise. L’industrie du transport, c’est notre famille », conclut M. Laliberté.

Partager.

Laisser une réponse