Peterbilt élargit sa gamme de camions électriques

0

Peterbilt élargit sa flotte de camions électriques d’essais, ajoutant un Model 220EV de poids moyen aux Model 520EV et 579EV lancés antérieurement.

Cela signifie que, d’ici la fin de l’année, le fabricant disposera de plus de 30 véhicules électriques dans différents segments, soit la collecte des matières résiduelles, le transport régional et la livraison urbaine. Cinq sont présentement en période d’essai.

«Nous aurons dorénavant des camions dans les trois segments où les groupes motopropulseurs électriques peuvent générer un retour d’investissement pour nos clients», a déclaré Jason Skoog, directeur général de Peterbilt, au salon annuel Consumer Electronics Show.

«Nous couvrons la collecte des matières résiduelles, nous couvrons le transport régional et nous couvrons le ramassage et la livraison urbaine et locale. Chez Peterbilt, nous croyons que ces trois segments vont générer les bénéfices les plus directs et immédiats en termes de retour d’investissement pour nos clients», a-t-il déclaré.

Alors que le 520EV et 579EV font appel à des transmissions classiques pour connecter des moteurs électriques et des essieux traditionnels, le 220EV intègre l’essieu moteur électrique à deux vitesses Meritor Blue Horizon. Cette approche ouvre un espace entre les longerons du cadre pour monter d’autres composants, a déclaré l’ingénieur en chef Scott Newhouse. L’ensemble est compatible avec toutes les carrosseries actuellement disponibles sur les versions diesel des camions.

L’alimentation proviendra d’une paire de blocs de batteries lithium-nickel-manganèse-cobalt TransPower, d’une puissance de 148 kWh et 650 volts. La puissance maximale atteindra 250 kW, tandis que la puissance continue atteindra 200 kW.

Les 650 volts des batteries sont convertis en courant alternatif utilisé par le moteur pour propulser le camion.

«C’est conçu pour fonctionner aussi bien ou mieux qu’un groupe motopropulseur diesel», d’ajouter M. Newhouse.

Au final, on obtient une autonomie de 160 km et le camion peut être rechargé en une heure avec un système de charge rapide en courant continu, répondant à un besoin particulier pour le segment des services de ramassage et de livraison.

Un chargeur embarqué de 11 kW est doté de deux ports de charge différents – un connecteur CA standard de 220 volts utilisé pour les voitures électriques et capable de charger le système en 11-13 heures, ainsi qu’un chargeur rapide haute tension pouvant faire le travail en une à trois heures.

«Pour chacun de ces camions, les clients peuvent utiliser des bornes de recharge de différents niveaux répondant à leurs cycles de service», a indiqué Joshua Goldman, vice-président du développement commercial chez TransPower. «Nous pouvons désaccorder le chargeur embarqué de 70 kW sur quatre heures du 579 en un chargeur de 12 heures si c’est le temps qu’ils ont, ou nous pouvons passer à la charge rapide en courant continu et charger en une heure à peine, avec une puissance allant de 125 à 350 kW, grâce à la technologie de charge rapide en courant continu développée pour les voitures [mais]à une tension plus élevée requise pour les groupes motopropulseurs de poids lourds.»

Les 650 volts du Model 220EV sont convertis en 14 volts de courant continu pour les accessoires électriques 12 volts montés sous la cabine. Il y a un moteur électrique servant à faire fonctionner la pompe hydraulique pour la direction assistée, et un autre moteur électrique pour faire fonctionner le compresseur d’air.

«Le système électrique est refroidi par du liquide de refroidissement et, tant que le camion est en marche, il refroidira l’essieu électrique ainsi que tous les onduleurs qu’il contient. Et quand il passe en mode charge, ce liquide de refroidissement est utilisé pour refroidir le chargeur intégré», toujours selon M. Newhouse.

Le premier Model 220EV sera livré cet été à un transporteur d’aliments et de boissons, et six unités seront en service avant la fin de l’année. Parmi les autres utilisations attendues, soulignons les camions fourgons pour des livraisons en milieu urbain, ou peut-être compléter des voyages entre les centres de distribution pour le commerce électronique et les bureaux de poste, de poursuivre M. Skoog.

«Ce sont encore des véhicules très coûteux – et à l’heure actuelle, de nombreuses subventions aident à amortir une grande partie de ce coût», a déclaré M. Skoog. «Mais pour pouvoir commercialiser, en collaboration avec nos partenaires fournisseurs et nous-mêmes, vous devez trouver un moyen de continuer à réduire les coûts afin de générer un retour d’investissement.»

«Beaucoup de choses doivent être réunies pour avoir du succès [avec les camions électriques].»

Les essais clients sont complétés par d’autres tests effectués au centre technique Paccar de Mount Vernon, dans l’État de Washington.

Partager.

Laisser une réponse