Plus de jeunes disponibles à l’emploi

0

Le ministre du Travail du Québec, Jean Boulet, a annoncé ce matin la conclusion de l’entente avec le gouvernement fédéral concernant le volet régional du programme Stratégie emploi et compétences jeunesse (SECJ), qui représente environ 135 millions de dollars d’ici 2025.

Les types d’interventions auprès des jeunes couvertes par l’entente sont la formation de base, le développement et le perfectionnement des compétences pour intégrer un emploi ou se maintenir en emploi, les services de pré-employabilité, les subventions salariales, l’aide aux entreprises qui embauchent des jeunes et les stages pour les jeunes pour qui une première expérience de travail est nécessaire, dont ceux éloignés du marché du travail ou les nouveaux diplômés.

Ces fonds seront répartis aux quatre coins du Québec et leur utilisation correspondra aux besoins et aux priorités établies par les acteurs locaux et régionaux.

Les jeunes Québécois de 15 à 30 ans, en particulier ceux éloignés du marché du travail, bénéficieront d’une offre de services consolidée et représentative de leur réalité régionale. L’objectif est de les aider à développer leurs compétences et à acquérir de l’expérience pouvant leur permettre de mieux intégrer le marché du travail.

Cet accord de financement vient s’ajouter aux 5,4 milliards de dollars annoncés le 20 juin dernier dans le cadre des Ententes de transfert relatives au marché du travail.

« Cette nouvelle entente permet au Québec de consolider son rôle comme responsable des mesures actives d’emploi sur son territoire et d’offrir le meilleur soutien possible aux citoyens et aux entreprises dans le contexte actuel du marché du travail », a commenté le ministre Boulet.

Le patronat optimiste d’endiguer la pénurie

Peu de temps après l’annonce gouvernementale, le Conseil du patronat du Québec (CPQ) y a réagi positivement.

« En cette période de rareté de main-d’œuvre, alors que 54% des 1,4 million de postes qui seront à pourvoir au Québec d’ici 2026 le seront par des jeunes, cette annonce nous permet de mettre les chances de notre côté afin de profiter de la prospérité économique que nous vivons tout en offrant aux employeurs une solution rapide à leurs besoins de main-d’œuvre », a déclaré Yves-Thomas Dorval, président et chef de la direction du CPQ.

Partager.

Laisser une réponse