Pôle Québec logistique en mode expansion

Organisation née en 2020 pour stimuler le développement de toute la chaîne logistique du transport dans l’est du Québec, Pôle Québec logistique (PQL) annonce la création d’un premier poste permanent de coordonnateur au développement.

Possible grâce à l’octroi, par le ministère de l’Économie et de l’Innovation du Québec (MEI), d’une subvention de 135 000$, cette permanence soutient la thèse, crédible, que la création de PQL était nécessaire et utile pour l’est du Québec.

Pierre Dolbec, de Dolbec International et de PQL. Crédit photo : sa page Linkedin.

Pôle multimodal dédié aux transports (routier, maritime, ferroviaire et aérien) et à la logistique pour les régions de la Mauricie, la Capitale-Nationale, Centre-du-Québec, Chaudière-Appalaches, Bas-Saint-Laurent, Gaspésie, Côte-Nord et le Saguenay-Lac-St-Jean, PQL regroupe déjà 17 membres dont le Groupe Morneau en transport routier, Congebec et Dolbec International en logistique de transport, l’Université Laval comme partenaire institutionnel en enseignement et recherche, l’Aéroport international Jean-Lesage de Québec et le Canadien National.

Logo de PQL. Crédit photo : Site Internet de l’organisme.

Embryonnaire, PQL a pour mission « d’accroître la compétitivité, l’efficacité et la performance environnementale des joueurs impliqués dans la chaîne logistique de l’est québécois, » disait le communiqué de presse envoyé au média le premier avril dernier.

« Depuis la fondation de PQL, nous avons mis en place toutes les bases pour assurer le succès de cette nouvelle organisation. Le soutien financier accordé par le gouvernement du Québec nous permettra d’aller plus loin et plus vite dans la réalisation de nos orientations, au bénéfice de nos membres, mais surtout de toute l’économie du Québec, » précisait le président du conseil d’administration et cofondateur de PQL, Pierre Dolbec.

Expansion et complémentarité

Joint au téléphone par Transport routier, M. Dolbec disait vouloir trouver, notamment, des solutions aux coûts supplémentaires que doivent absorber les clients dont les produits transitent inutilement par le port de Montréal.

Autrement dit, PQL veut améliorer la productivité et trouver des alternatives afin que toute la région de l’est du Québec soit plus concurrentielle et performante.

C’est le mandat que le coordonnateur ou la coordonnatrice au développement devra porter. « Dans un premier temps, notre coordonnateur.trice fera le tour des membres et de l’industrie afin de trouver des idées qui seront ensuite discutées au sein de PQL avant de prendre les décisions qui s’imposent, » précisait M. Dolbec.

Parallèlement à ce mandat, le recrutement de nouveaux membres permettra à PQL de valider sa raison d’être et sa pertinence auprès des acteurs du transport dans l’est du Québec.

Voulant être un complément au Port de Montréal plutôt qu’un concurrent, PQL souhaiterait notamment une dynamisation du transport de conteneurs. « Avec un port en haut profonde, Québec peut et doit être une solution de la conteneurisation à haut volume. »

C’est l’augmentation des coûts liés à la COVID-19 qui aura été, ultimement, le déclencheur dans la création du PQL. La chaîne d’approvisionnement mondiale, complètement déréglée par les confinements et la pénurie de main-d’oeuvre dans plusieurs secteurs manufacturiers mais aussi en transport, doit être améliorée dans l’est du Québec et c’est exactement à cela que PQL veut s’atteler avec son nouvel employé.

Rédacteur professionnel depuis plus de 15 ans, Christian possède une expérience considérable à titre de journaliste spécialisé en transport, notamment à titre de directeur de la rédaction de L'Écho du transport, magazine aujourd'hui disparu, et de Transport durable magazine.

Donnez votre avis

Vos données ne seront ni publiées, ni partagées.

*