Possible grève du péage sur l’autoroute 30 dès demain

0

Les 39 travailleuses et travailleurs du Syndicat des préposé-es au péage de l’autoroute 30-CSN ont adopté aujourd’hui à 100% un mandat de grève pouvant aller jusqu’à la grève générale illimitée. Si rien ne change à la table de négociation aujourd’hui, ils pourraient tenir une première journée de débrayage dès demain, vendredi 19 juillet.

Les principaux points en litige concernent la question des horaires et celle du rattrapage salarial.

« Nous avons toujours reconnu que les horaires ne sont pas simples à gérer pour l’employeur. Il ne peut toutefois pas se surprendre qu’à force d’entretenir autant de précarité, les gens doivent cumuler plusieurs emplois, ce qui réduit leur disponibilité. Trente employé-es à temps partiel sur 39, c’est énorme ! », estime le président du syndicat, Alain Courtemanche.

La présidente du Conseil central de la Montérégie-CSN, Annette Herbeuval, ajoute que les conditions de travail des employés ne sont pas seulement inconfortables en raison du manque de climatisation l’été et de chauffage l’hiver, elle affirme que les préposés doivent parfois risquer leur vie pour s’acquitter de leurs tâches.

« Il n’est pas rare que le système automatisé de péage fasse défaut; le ou la préposée doit alors franchir trois voies pour aller le débloquer, prenant ainsi des risques pour sa vie. Les membres demandent depuis des années à l’employeur d’améliorer ces points problématiques, et rien ne se fait », déplore-t-elle.

En cas de grève, il serait étonnant que les entreprises de camionnage aient congé de péage en raison de l’automatisation des procédés et de la probabilité que du personnel cadre prenne la relève des syndiqués. Par contre, des embouteillages d’automobilistes pourraient retarder les camions.

Partager.

Laisser une réponse